AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisZoom sur la préservation des ressources en eau en Île-de-France

Zoom sur la préservation des ressources en eau en Île-de-France

Le Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif) distribue de l’eau potable à plus de quatre millions de Franciliens, ce qui nécessite un suivi quotidien des ressources.
Zoom sur la préservation des ressources en eau en Île-de-France
© Sedif

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Le Sedif suit en continu l’état des ressources en eau du territoire, qu’elles soient superficielles comme la Seine, la Marne ou l’Oise, ou qu’il s’agisse de nappes souterraines comme l’Albien, l’Yprésien ou les calcaires de Champigny. Le syndicat vérifie notamment la pollution des eaux, et met en place de nombreux plans d’action pour protéger les captages et lutter contre les pollutions.

Des outils pour protéger les eaux

Des périmètres de protection ont été instaurés à proximité des captages d’usines de production d’eau potable, notamment grâce à des arrêtés préfectoraux interdisant les activités polluantes. Ainsi, si une pollution due à des rejets d’assainissement, un accident industriel ou à des hydrocarbures est constatée, des renforcements de traitement sont effectués, pouvant même aller jusqu’à l’arrêt des usines selon la gravité de l’événement.

La nappe des calcaires de Champigny, dont dépendent plus d’un million de Franciliens, bénéficie même d’une protection renforcée avec le dispositif « Terre & Eau 2025 », copiloté par le Sedif. Ce plan d’action sur la période 2020-2025 est engagé dans la protection des captages de la fosse de Melun et de la basse vallée de l’Yerres, et concerne ainsi 63 communes de Seine-et-Marne, d’Essonne et du Val-de-Marne. La protection vise à lutter contre les pollutions par les nitrates et produits phytosanitaires pour une meilleure qualité de l’eau, trois volets d’action sont d’ailleurs prévus dans ce cadre-là, avec un montant prévisionnel de 2,7 millions d’euros.

Encourager vers d’autres modes d’agriculture

De plus, la Chambre d’agriculture de la Région Île-de-France continue, en parallèle, à conseiller les agriculteurs pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. En ce sens, les surfaces en agriculture biologique et en cultures à bas niveau d’intrants ne cessent d’augmenter, respectivement de 4 % et 7%, sur la zone prioritaire d’action de 31 000 Ha de surface agricole. Tout au long de ses actions, le Sedif peut se reposer sur un réseau solide de prévention et d’alerte entre tous les acteurs du territoire, communes, Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), pompiers, gestionnaires de réseaux et industriels afin de gérer au mieux l’ensemble des risques, dont la pollution fait partie.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?