Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

VivaTech : les innovateurs bien accompagnés

le - - Entreprise - Innovation

VivaTech : les innovateurs bien accompagnés
© A.P. - Plus de 100 000 visiteurs et 9 000 start-up, venus du monde entier, se sont rendus à la 3e édition du salon, une hausse de 47 % de la fréquentation!

Devenu le rendez-vous incontournable de l'innovation pour les start-up, grands groupes et investisseurs du monde entier, le Salon Viva Technology a ouvert ses portes du 24 au 26 mai dernier, Porte de Versailles à Paris. Parmi les nombreux professionnels présents, les professions juridiques et comptables ont montré qu'elles étaient incontournables pour accompagner la réussite des entrepreneurs.

Placée sous le signe de l'innovation et de l'international, cette 3e édition fut riche en événements, avec des interventions inspirantes, des visites de ministres, des centaines de conférences, des ateliers pratiques, un “robot park”, un grand hackathon des labs dédiés à l'open innovation et à la coopération start-up/grand groupe… Tout pour favoriser la réussite des pépites françaises et internationales innovantes.

Après le président Emmanuel Macron, qui s'est exprimé pendant une quarantaine de minutes le jour d'ouverture du congrès en prônant la réconciliation entre l'innovation et le bien commun (lire encadré page 8), de nombreux grands patrons de la “tech” se sont succédé sur la grande scène du salon abordant les enjeux économiques, sociaux et éthiques de l'intelligence artificielle (IA), du Big data ou encore de la robotique.

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a ainsi fait une arrivée très attendue jeudi après-midi, après les discours des PDG d'IBM (Ginni Rometty), de Microsoft (Satya Nadella) et d'Uber (Dara Khosrowshahi). Victime de son succès, le célèbre créateur du réseau social le plus utilisé au monde, dont le biopic a été réalisé alors qu'il n'avait que 22 ans, a fait salle comble. Une large majorité de visiteurs du salon, ne pouvant accéder à la salle déjà pleine, a dû se contenter d'une retransmission vidéo. En discussion avec Maurice Lévy, PDG de Publicis (à l'origine du salon), il a ainsi annoncé que si Facebook est devenu “GDPR compliant”
en Europe, la plateforme va étendre ses procédures de protection des données au monde entier.

Le Règlement européen sur la protection des données, communément appelé RGPD (ou GDPR en anglais), entré en application vendredi 25 mai dernier, est en effet une nouvelle législation qui impacte fortement les innovateurs. Parmi de nombreuses autres questions qui inquiètent ces derniers, la mise en conformité avec ce nouveau règlement européen sur le digital fut une des questions centrales du salon.

Tout l'écosystème du conseil et de l'accompagnement des entreprises innovantes était donc présent, notamment les professionnels du chiffre et du droit.

Ainsi, le Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables et la Compagnie nationale des commissaires aux comptes ont participé au salon en animant le “Scale-up Lounge”. Ils y ont proposé des petites conférences animées par des spécialistes sur les thématiques telles que l'évaluation, le financement par levée de fonds, les spécificités des dispositifs de financement de l'innovation et le diagnostic stratégique.

Le cabinet d'avocats August&Debouzy mène le programme Start You Up qui offre à des innovateurs un accompagnement juridique d'excellence. © A.P.

En outre, des avocats étaient présents, notamment ceux du cabinet d'affaires August&Debouzy. Si ce cabinet renommé a plutôt comme clientèle des grands groupes du CAC40, ça ne l'a pas empêché de créer en 2013, le programme de sponsoring Start You Up, dédié à la tech et à l'innovation. Chaque année, le concours est ouvert à toutes les start-up françaises de la tech créées depuis moins de trois ans, dont cinq sont sélectionnées pour bénéficier d'un accompagnement juridique sur mesure et d'un réseau business conséquent. Hyperlex, une des lauréates 2018 qui développe une plateforme d'analyse et de gestion des contrats s'appuyant sur l'IA, était représentée sur le stand August&Debouzy.

Enfin, de nombreux juristes et conseillers en propriété industrielle de l'Inpi ont animé, aux côtés de quatre start-up accompagnées, le grand stand de l'INPI, situé au centre de l'espace “Accelerate” du salon.

Clé pour les levées de fonds, différentiation technologique, construction et valorisation de l'image de marque, facilitation du développement à l'international, l 'augmentation du pouvoir de négociation, création de ressources financières complémentaires : la propriété intellectuelle peut être stratégique, voire vitale, pour les start-up. « Dans les premières années de la vie de leur entreprise, les startupers sont souvent davantage préoccupés par l'aboutissement de leur R&D, leur lancement commercial ou le recrutement de collaborateurs que par la propriété intellectuelle », explique Romain Soubeyran, directeur général de l'INPI. « Elles sont d'ailleurs rarement très outillées pour gérer cette question. Pour autant, la sécurisation des actifs immatériels est nécessaire dès le démarrage de leur activité pour assurer leur croissance. C'est pourquoi l'INPI les accompagne tout au long de leur développement », ajoute ce dernier.

Entre les discours encourageants de ceux ayant réussi, le soutien féroce du Gouvernement et des Pouvoirs publics et la présence d'un tissu d'experts de l'accompagnement, les innovateurs n'ont plus qu'à se lancer.

Mark Zuckerberg a annoncé que Facebook va étendre au monde entier les procédures de protection des données liées au RGPD déjà appliquées en Europe. ©DR

Sommet Tech for Good

Le président de la République a profité de l'occasion du salon VivaTech pour inviter, la veille, une soixantaine de dirigeants français et étrangers, acteurs de la high-tech mondiale pour mener une réflexion lors d'un sommet baptisé “Tech for Good “.
Emmanuel Macron s'est adressé aux grands acteurs de la Tech, dont les PDG de Microsoft, IBM, SAP, Wikimedia, Thalès, BNP Paribas, Orange, SNCF ou Uber, pour les convaincre de transformer la société à bon escient en s'engageant en faveur des “biens communs” (éducation, emploi, santé, égalité, protection des données…).

Le président a ainsi accueilli les participants à l'Elysée, puis à Matignon pour trois tables rondes sur : l'avenir de l'éducation, le travail à l'ère de l'intelligence artificielle, l'égalité et la diversité à l'heure de la technologie. Il s'est félicité d'avoir obtenu de plusieurs grands groupes internationaux des engagements sur ces thèmes au cœur des inquiétudes des citoyens.

De nombreux grands acteurs de la « tech » se sont succédé sur scène pour donner des discours inspirants sur l'importance de l'innovation. © A.P.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer