AccueilActualitéVidéo. Geoffroy Roux de Bézieux peu convaincu par l'augmentation des salaires

Vidéo. Geoffroy Roux de Bézieux peu convaincu par l'augmentation des salaires

Alors que le gouvernement a ouvert la porte à une augmentation des salaires dans plusieurs secteurs, le patron des patrons Geoffroy Roux de Bézieux reste prudent sur cette annonce. Il craint notamment que cela se répercute sur les consommateurs.
Vidéo. Geoffroy Roux de Bézieux peu convaincu par l'augmentation des salaires

Actualité Publié le ,

Lundi, le ministre de l'économie Bruno Le Maire a prié les patrons à augmenter la rémunération de leurs salariés afin que « la croissance soit bénéfique à tous ». Cette déclaration est intervenue à la veille de la Rencontre des Entrepreneurs de France (LaREF) qui s'est tenue à l'hippodrome de Longchamp entre le 24 et le 26 août. Il justifie cette demande car les chiffres de la croissance sont plutôt bons (+ 6% cette année).

Cette annonce a fait grincer quelques dents du côté du patronat. Le président du Mouvement des Entreprises de France, (Medef), Geoffroy Roux de Bézieux a donné sa position sur cette annonce. Selon lui, une augmentation des salaires n'est pas la solution car, dans de nombreux secteurs, notamment la restauration, elle pourrait se répercuter directement sur le consommateur.

Pour étayer ses propos, il a pris l'exemple de la restauration rapide : « Si on augmente le salaire des employés d'un fast-food, le prix du burger va inévitablement augmenter. Le point de vue des consommateurs est une variable à prendre en compte ». Le président du Medef semble sur ce point en désaccord avec le Ministre de l'Économie.

Sur le reste, le Medef et Bercy sont sur la même ligne

Les deux hommes avaient introduits LaREF ensemble ce mardi et leurs deux discours semblaient en accord sur de nombreux points, notamment la fin du « quoi qu'il en coûte » pour les secteurs dont l'activité a totalement repris après la crise sanitaire. Le gouvernement souhaite désormais passer à un système d'aide « sur-mesure », pour les secteurs encore fragilisés. Parmi les secteurs concernés, on retrouve la restauration , la santé ou encore la culture. Pour le reste, Bruno le Maire souhaite « que l'économie soit libre et qu'elle crée des emplois . »

Geoffroy Roux de Bézieux a salué cette décision en affirmant : « On ne devient pas entrepreneur pour vivre des aides de l'État ». Il a par ailleurs remercié le gouvernement pour l'aide apportée aux entreprises durant la crise sanitaire.

L'entente entre le président du Medef et Bruno Le Maire semblait si bonne, que certains membres du public présent s'étaient demandés si les deux hommes ne s'étaient pas échangés leurs discours. La question des salaires semble donc être l'unique point de divergence majeur Bercy et le patronat.

Pour le Medef, le problème majeur de cette rentrée est la difficulté que rencontrent les entreprises pour recruter. Cette question se pose plus spécifiquement pour certains secteurs parmi lesquels la restauration, la sécurité, la propreté… Afin de résoudre ce problème d'embauche, le patronat compte sur la mise en application de la réforme de l'assurance chômage.

Sur ce point, ils ont été rassurés hier par le discours du Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance qui a affirmé que cette réforme serait mise en place dès le premier octobre. Suite à cette annonce, Bruno le Maire a longuement été applaudi par les patrons présents dans l'assemblée.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?