Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

VictorIA, le nouveau chantier du Notariat

le - - Droit - Actualité du droit

VictorIA, le nouveau chantier du Notariat
@ AP

En posant les premières pierres du chantier VictorIA, la Chambre des notaires de Paris redit avec enthousiasme son envie d'apprivoiser les nouvelles technologies au service de son expertise juridique, et semble nettement se distinguer en la matière parmi les professions du droit. à ce projet sont associées la Banque des Territoires et la société Hyperlex.

« Enthousiaste », Bertrand Savouré lançait récemment à la Chambre des notaires de Paris qu'il préside le projet VictorIA. Il ne s'agit pas de rénover le bâtiment des notaires situé sur l'avenue parisienne du même nom mais d'une intelligence artificielle qui, comme l'a présenté Jacques Binard, directeur des systèmes d'information à la Chambre, permettra de libérer les notaires de tâches chronophages pour qu'ils puissent se focaliser sur l'expertise juridique qui constitue leur cœur de métier. « C'est permettre à l'intelligence humaine de se déporter ailleurs, sur des problèmes de droit plutôt que sur des calculs de surface à partir de permis de construire ».
Reliés à la base notariale avec ses 5,4 millions de documents et 33 000 data rooms qu'elle possède sur le territoire, les algorithmes de VictorIA viendront assister les offices en réalisant pour eux un travail de classement et d'identification d'informations sur des actes de ventes, des baux commerciaux ou encore des permis de construire.

Après la base notariale, utilisée pour des projets d'envergure comme les Jeux olympiques et paralympiques ou le Grand Paris Express, après Vidoc, application recensant l'ensemble des biens immobiliers localisés à Paris, consultée 400 000 fois depuis son lancement, le notariat n'en est pas à son coup d'essai en matière de numérique. « Nous avons compris depuis plusieurs années que l'innovation devait être au cœur de nos actions. Les notaires constituent une profession très dématérialisée et ont une avance technologique reconnue à maintenir. VictorIA est un projet emblématique de ce que doit être ce développement », explique Bertrand Savouré. Les progrès de la technologie permettront, selon lui, de mieux répondre aux attentes de rapidité et de simplicité des clients, tout en maintenant l'expertise et la rigueur auxquelles les notaires tiennent.

Autour de VictorIA, la démarche se veut « très collective » selon les mots du président de la Chambre. Très collective d'abord car le projet est désiré par une chambre unie, qui depuis 2018 abonde un fonds d'investissement dont le solde s'élève à 6,2 millions d'euros. Très collective aussi car sont associés au projet d'autres acteurs comme la Banque des territoires. Marianne Louradour était d'ailleurs présente pour entériner la participation au financement de sa branche de la Caisse des dépôts à hauteur de 50 000 euros (un tiers du coût de l'opération). Elle a rappelé le partenariat historique liant les deux institutions qui s'est incarné récemment dans une convention signée le 4 décembre 2018 avec le Conseil Supérieur du Notariat ou dans de nombreux projets d'Inventons la Métropole du Grand Paris auxquels ces acteurs se sont trouvés associés. Par ailleurs, alors que de nombreux risques existent autour de l'IA, Marianne Louradour trouve « quelque chose de rassurant à ce que les notaires se saisissent de la question avec le sérieux qu'on leur connaît ». Autre partenaire associé au projet, la société Hyperlex, « solution en ligne de gestion et d'analyse de contrats basés sur l'IA ». Aussi Alexandre Grux, l'un des fondateurs de cette legaltech en vogue, est-il venu expliciter la méthode de construction de l'outil. Des étudiants en droit viendront entrer des données permettant d'entraîner l'IA et de construire son modèle dont les notaires, avant de recommencer ce cycle, viendront évaluer les résultats. A la suite des apprentissages qui débuteront bientôt, l'IA sera finalement capable de déduire le label à associer à n'importe quel fichier brut.

Prochain point d'étape du projet : l'AG du notariat qui se tiendra au mois de juin. Après la simple identification de document, l'intelligence artificielle sera entraînée pour extraire les données pertinentes d'un document.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer