AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisValérie Pécresse présente son projet, « entièrement financé »

Valérie Pécresse présente son projet, « entièrement financé »

La présidente sortante a présenté la dynamique globale de son projet, « pour une Région toujours plus sûre, plus écologique, et plus solidaire » et expliqué son financement.
Valérie Pécresse présente son projet, « entièrement financé »
© DR

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

La candidate a rappelé les principales caractéristiques de son projet, conçu dans la continuité de la précédente mandature autour de cinq principes directeurs. Le premier est résumé par une formule simple : “zéro hausse d'impôt”. « A l'instar de l'engagement que nous avons tenu durant ce mandat, nous nous engageons à ne pas les augmenter durant le prochain », a assuré Valérie Pécresse.

La présidente sortante a également indiqué vouloir se montrer intransigeante sur les principes de la République. « Nous avons fait voter une Charte de la laïcité. Aucun euro ne va à une association ou à un organisme qui ne l'a pas signée et les subventions peuvent être retirées en cas d'infraction à ce texte », a-t-elle notamment indiqué.

Le troisième principe directeur vise à dire « stop aux ghettos », en mettant une limite au financement des logements sociaux dans les zones où il y en a plus de 30 %.

L'environnement aura aussi une place prépondérante, comme l'a précisé Valérie Pécresse. « Au moins un euro dépensé sur deux chaque année par la Région sera fléché vers une politique qui améliorera notre environnement », a-t-elle annoncé, précisant que cela pourrait représenter 13 milliards d'euros (l'ensemble du projet présenté atteint les 26,5 milliards d'euros). « Et nous serons la première Région de France certifiée anticorruption, dans la continuité de la charte éthique que nous avions fait voter en 2016 », a ajouté la candidate.

Nous serons la première
Région de France certifiée
anticorruption, dans la continuité
de la charte éthique
que nous avions fait voter
en 2016.

Valérie Pécresse

Les cinq grandes priorités du prochain mandat correspondent également aux grands tournants déjà engagés par la candidate (« tolérance zéro » face aux violences, relance des entreprises et de l'emploi, une Région propre/nature/zéro carbone, l'égalité des chances et la lutte contre les fractures). Parmi les mesures visant à lutter contre les violences, la candidate a évoqué : une police régionale de 4 000 hommes (soit 1 000 hommes supplémentaires), l'utilisation de la reconnaissance faciale dans les réseaux de transport pour lutter contre le terrorisme, la création d'un centre régional de supervision vidéo des lycées (unique en France), ou encore le doublement des centres éducatifs fermés pour mineurs, et la création d'une Agence régionale des travaux d'intérêt général pour parvenir à
100 % d'exécution des peines.

Valérie Pécresse a aussi annoncé une mesure en lien direct avec l'actualité : une aide de 6 000 euros pour l'achat d'un véhicule propre (ou le rétrofit d'un véhicule thermique) pour ceux travaillant dans la zone à faibles émissions (ZFE). Parallèlement, la présidente de la Région souhaite tripler la production francilienne d'énergies renouvelables et créer 17 000 bornes de recharge électrique. Quant à l'égalité des chances et la lutte contre les fractures, elle prévoit notamment créer une maison de santé dans chaque ville francilienne de plus de 10 000 habitants.

Un endettement “zéro”

« Ce projet est entièrement financé, il sera mis en œuvre sans augmentation d'impôt et sans augmentation de la dette. Toutes les mesures nouvelles seront financées par la dynamique de nos recettes et par les économies que nous allons faire sur nos dépenses de fonctionnement, à raison de 400 millions d'euros par an et de 2,4 milliards d'euros sur le mandat. En matière de transport, une partie des nouvelles mesures seront financées par les économies réalisées sur la mise en concurrence des transports publics, qui seront selon Valérie Pécresse « de meilleure qualité et à un meilleur prix ».

Pour elle, la preuve de la crédibilité de ce programme en matière financière est faite à la lecture du compte administratif 2020 de la Région. « Nous n'avons pas augmenté la dette de 20 %, comme l'Etat, mais nous l'avons stabilisée », a assuré la présidente de la Région.

« Ce compte conforte tous nos résultats : lorsque nous sommes arrivés en 2015, la Région dépensait 60 % en fonctionnement et 40 % en investissement, aujourd'hui c'est radicalement l'inverse, nous avons fait 2 millions d'euros d'économies sur le fonctionnement, ce qui fait que nous sommes à 60 % en investissement, et 40 % en fonctionnement ». L'investissement en 2020, à hauteur de 2,1 milliards d'euros, est également « record » selon la candidate. De même, Valérie Pécresse a tenu à souligner que la quasi-totalité des fonds dévolus au plan de relance avaient été exécutés. « Donc la Région est beaucoup plus agile que l'Etat en la matière », a-t-elle pointé. L'Île-de-France est par ailleurs « l'une des Régions les mieux gérées de France, elle est notamment la seule Région à avoir vu ses dépenses de fonctionnement baisser sur cinq années consécutives, soit 9 % sur la mandature ».

Pour Valérie Pécresse, la Région a par ailleurs « fait des économies considérables sans avoir fusionné comme d'autres Régions. Nous avons le plus baissé les effectifs du siège et la masse salariale. Les effectifs globaux ont baissé de 2 %, alors que nous avons augmenté le nombre des agents dans les lycées qui avaient baissé sous nos prédécesseurs ».

L'Île-de-France est enfin la « deuxième Région de France pour la maîtrise de son endettement, à 0 % en volume ; et cette dette est stabilisée, malgré l'adoption du plan de relance ». n

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?