AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisUniversité d'été du Medef : «Quelle France dans 20 ans ?»

Université d'été du Medef : «Quelle France dans 20 ans ?»

Les 28 et 29 août, l'Université d'été du MEDEF a célébré son 20e anniversaire au Campus HEC de Jouy-en-Josas. Cette année, le thème principal de la rencontre était axé sur l'avenir du pays, à travers des thèmes prospectifs : le monde de l'entreprise et la France dans 20 ans.
Université d'été du Medef : «Quelle France dans 20 ans ?»
© A.P.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

L'événement était l'occasion pour les 6 000 participants d'assister à des conférences et d'essayer de trouver réponse aux questions essentielles : « A quoi croira-t-on dans 20 ans ? », « Au bord de l'épuisement : quelles ressources en 2030 ? », « Keynote : des solutions plutôt que des problèmes », « Ubérisation : un ennemi ? Qui vous veut du bien ? »...

Soutenu par plus de 80 partenaires, l'Université d'été du Medef avait notamment pour invités Edouard Philippe, Premier ministre, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France, Sylvie Goulard, ancienne ministre, Xavier Huillard, P.-D.G. de Vinci, Anna Notorianni, présidente de Sodexo France et Charles-Edouard Bouée,
P.-D.G. de Roland Berger Strategy Consultant.

Lors de la séance d'ouverture, Geoffroy Roux de Bézieux, le nouveau président du Medef, a cité Winston Churchill : « Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur ». Selon lui, cette phrase illustre l'esprit de cette édition 2 018. « A l'origine, l'Université d'été a été créée pour sortir des questions strictement conjoncturelles et sociales, lever la tête et essayer de se projeter. C'est cet esprit que nous avons voulu retrouver. L'objectif de l'Université d'été est vraiment d'ouvrir les débats de société, d'avoir un Medef qui soit un modèle de proposition, capable de se faire challenger par l'extérieur. »

« Nous devons affirmer notre volonté de construire l'Europe »

Selon le président du Medef, l'Europe doit être au cœur de l'action des entrepreneurs : « La victoire d'une Europe populiste est un scénario tout à fait possible. C'est pour cela que j'ai choisi l'Europe comme point d'orgue de notre université d'été ». Geoffroy Roux de Bézieux souhaite que la France s'affirme davantage en Europe. Il a ainsi proposé « aux syndicats que l'Europe figure à l'agenda social et économique ». Pour lui, l'objectif est d'avoir « une vision commune du projet européen ».

Dans le cadre de son projet “Merci l'Europe”, il souhaite faire témoigner les entrepreneurs des apports concrets de l'Europe. « Nous devons convaincre une majorité de nos concitoyens, sans arrogance, sans suffisance, que le projet européen est notre avenir. Même perfectibles, l'Europe et l'euro ont apporté stabilité et confiance à nos entreprises et à nos entrepreneurs. L'Europe est le meilleur rempart contre les dangers du nouveau monde. Voilà un défi et un enjeu clef pour le Medef. »

Olaf Scholz, ministre allemand des Finances, et Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, ont apporté leur vision de l'Europe en abordant des thèmes tels que « Le budget de la zone euros et l'assurance chômage européenne ».

« Aujourd'hui, ce sont les entrepreneurs qui changent le monde »

À travers leurs compétences et leur motivation, « ce sont les entrepreneurs qui relèvent la plupart des défis présents et à venir : transition énergétique, biodiversité, urbanisation... », a affirmé le président du Medef, qui a lancé un message à Edouard Philippe. « Monsieur le Premier ministre, nous préférons les preuves d'amour aux déclarations d'amour ». Le message est clair : les chefs d'entreprise réclament des actes concrets. Après avoir félicité le Premier ministre sur « la confiance redonnée aux entrepreneurs et la politique pro-entreprise menée par le Gouvernement », Geoffroy Roux de Bézieux a souligné l'importance de fixer « des objectifs ambitieux en matière d'apprentissage » et de poursuivre les deux chantiers en cours « la réforme de la santé au travail et l'assurance chômage ». Avec toutefois « une ligne rouge, celle de ne pas alourdir les charges des entreprises ».

Les axes de réforme annoncés

Goeffroy Roux de Bézieux et Patrick Martin, président délégué du Medef, ont annoncé que l'organisation patronale devait se réformer. « Le Medef a 20 ans. Il est normal qu'il se remette en question », selon son président. Ensemble, les deux entrepreneurs ont expliqué les changements qu'ils souhaitaient mettre en œuvre rapidement.

- Les changements internes

Cette réforme va toucher l'organisation. « C'est pour nous un sujet trés important », selon Patrick Martin. Pour lui, une meilleure organisation induit une meilleure efficacité. en marge de cette évolution, le président délégué souhaite aborder devant le conseil exécutif un sujet « extrêmement sensible », celui du financement : « Le Medef est l'organisation syndicale la plus autonome et la plus indépendante, avec des ressources essentiellement fondées sur les cotisations. »

La gouvernance du mouvement syndical constitue également un axe de réforme annoncé, vers davantage de transparence et de démocratie interne : « Nous allons courageusement et avec beaucoup d'optimisme aborder ce sujet de la gouvernance. Il y a dans cette maison une somme d'expertises et de bonnes volontés absolument incroyables qu'il faut mettre à profit pour atteindre plus efficacement nos objectifs stratégiques. Nous savons qu'il y a une attente en interne à ce sujet. »

- Le rapprochement avec les territoires

Le Medef compte 173 000 d'entreprises adhérentes qui représentent quelque 70 % des effectifs salariés français : « C'est une puissance incroyable et parfaitement représentative », souligne Patrick Martin. Selon lui, l'organisation syndicale peut gagner en influence, notamment en rapprochant les instances du terrain : « Nous pourrions valoriser davantage le Medef dans les territoires souvent illustré par des réussites brillantes. » Dynamiser et Revaloriser les territoires sont les mots forts employés par le président délégué du Medef pour qualifier cet axe de réforme.

La rencontre avec le Premier ministre

Devant Edouard Philippe, Geoffroy Roux de Bézieux a souhaité aborder plusieurs sujets. L'assurance chômage est le premier d'entre eux : « Je ne suis pas choqué par le fait de renégocier ce qui a été négocié il y a moins d'un an. C'est un enjeu très important, mais il ne s'agit pas de renégocier à la marge. Il y a une logique financière et un problème de déficit structurel ». Retour à l'emploi, incitation du retour de l'emploi, formation des demandeurs d'emploi... sont d'autres sujets sur lesquels le président du Medef souhaite débattre.

Autre point important : la santé au travail. Selon Geoffroy Roux de Bézieux, « nous avons un système de prévention de santé au travail complexe et qui n'est pas forcément efficace. C'est ce que nos adhérents nous disent. Nous sommes prêts à travailler sur le sujet, pour plus d'efficacité et de simplicité pour les salariés »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?