Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Un ressortissant albanais perd son statut de réfugié après sa condamnation pour violences conjugales

le - - Droit - Actualité du droit

Un ressortissant albanais perd son statut de réfugié après sa condamnation pour violences conjugales
© Adobe Stock

Par une décision rendue le 17 mai dernier, la Cour nationale du droit d'asile (CNDA) a exclu du bénéfice de la protection subsidiaire qui lui avait été accordée un ressortissant albanais condamné par le tribunal de grande instance de Lyon à une peine de huit mois d'emprisonnement avec sursis pour des faits de violences aggravées sur son épouse.

Après avoir été informé par la préfecture du Rhône de ce que l'intéressé avait été condamné pour des faits de violences conjugales, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a saisi la CNDA afin que celle-ci révise la décision, datée du 12 avril 2017, par laquelle elle lui avait accordé une protection en raison de craintes pour sa sécurité en Albanie.

Pour sa défense, l'intéressé a fait valoir que les faits commis ne pouvaient être qualifiés de crime grave dès lors qu'il n'avait purgé aucune peine d'emprisonnement ferme, n'avait fait l'objet d'aucun signalement et qu'il présentait tous les signes de réinsertion. En audience, il a également affirmé que, depuis sa condamnation, il a acquis la volonté de changer de comportement vis-à-vis de son épouse.

La Cour a cependant estimé que les violences physiques particulièrement graves dont il s'est rendu coupable sur sa conjointe, qui se trouvait alors enceinte depuis plus de trois mois et a souffert d'une incapacité de plus de huit jours, constituent bien un crime grave au sens du droit en vigueur.

Pour appuyer sa décision, la CNDA a également pris en considération la durée des violences infligées à son épouse, attestées depuis 2009, l'absence de démarches concrètes de sa part visant à l'amendement de son comportement et la dissimulation volontaire de sa condamnation pénale, survenue une semaine avant sa première audition devant la Cour, au mépris du devoir de coopération qui s'impose aux demandeurs d'asile.

Qu'est-ce que l'exclusion ?

Les personnes susceptibles de bénéficier du statut de réfugié et de la protection subsidiaire en sont exclues si elles ont pris part à des crimes contre la paix, des crimes graves de droit commun, des agissements contraires aux buts et principes des Nations unies. En outre, en matière de protection subsidiaire, l'exclusion joue en cas d'exercice sur le territoire d'une activité constituant une menace grave pour l'ordre public, la sécurité publique ou la sûreté de l'Etat, de commission par le demandeur, avant son entrée en France, d'un ou plusieurs crimes et qui seraient passibles d'une peine de prison s'ils avaient été commis en France, et que le demandeur n'a quitté son pays d'origine que dans le but d'échapper à des sanctions résultant de ces crimes.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer