AccueilImmobilierUn rapport dénonce la vétusté du parc immobilier de la gendarmerie

Un rapport dénonce la vétusté du parc immobilier de la gendarmerie

Le parc immobilier de la gendarmerie nationale est vétuste et faute de crédits pour le rénover, il faudra fermer et vendre certaines casernes parfois insalubres, selon un rapport du député PS Daniel Boisserie, présenté par les quotidiens régionaux du groupe Est-Bourgogne-Rhône-Alpes (Ebra).
Un rapport dénonce la vétusté du parc immobilier de la gendarmerie

Immobilier Publié le ,

"Vous ne voudriez pas vivre dans certaines casernes. Les conditions sont inacceptables. Des gendarmes font eux-mêmes les travaux sur leurs temps de loisirs", dénonce le député de Haute-Vienne, auteur de ce rapport sur le programme "gendarmerie nationale" du projet de loi de finances pour 2013. Selon lui, "une centaine de casernes domaniales" exigeraient des interventions urgentes. "L'état de dégradation de certaines gendarmeries pourrait aboutir au déclassement de logements pour insalubrité", assure le député pour qui "la solution serait ensuite un relogement sous le signe de l'urgence dans le parc locatif.

Avec un coût important au final". "Rien n'a été fait pendant le quinquennat précédent", dénonce encore M. Boisserie, qui promet que, alors que les crédits globaux pour les programmes d'investissements de la gendarmerie vont passer de 289 à 165 millions d'euros, en 2013, "ce sera la dernière année de baisse".

Le député juge par ailleurs "plus confortables" les situations des "casernes soutenues par les collectivités locales". Il préconise avant de se lancer dans d'importants programmes de rénovation, une réflexion sur l'organisation globale de la gendarmerie. Et notamment la suppression "en accord avec les collectivités locales" des casernes de quatre gendarmes jugées "totalement inefficaces". Enfin, il compte sur le produit de la vente des biens immobiliers de la gendarmerie, estimé à 120 millions d'euros pour 2012-2014. "Une manne non négligeable, dont on ne pourrait se passer pour rénover les casernes", assure M. Boisserie, qui, pointant la loi Duflot, juge "tout de même paradoxal de financer le logement social en récupérant cet argent des cessions". "Cela aggraverait encore la situation d'un autre logement social, celui des gendarmes ", selon lui.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?