Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Un nouveau tunnel achevé pour le Grand Paris

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Un nouveau tunnel achevé pour le Grand Paris
DR

Les derniers centimètres de béton se sont effondrés dans un grondement sourd. Le tunnelier “Ellen” du Grand Paris Express vient d'achever le percement du tunnel du Grand Paris Express reliant Bagneux à Clamart.

À 42 m sous terre, dans le chantier de la future gare de Fort d'Issy-Vanves-Clamart, élus et responsables de chantier s'étaient rassemblés pour voir la machine de 100 m de long percer les 50 derniers centimètres du tunnel qui accueillera les trains de la future ligne 15. « C'est une belle opération qu'on a réussie aujourd'hui », s'est félicité Gualtiero Zamuner, l'un des chefs du projet. « Ça fait quatre ans qu'il creuse et aujourd'hui il arrive ici, parfaitement là où c'était prévu. »
« Le creusement du tunnel », explique-t-il, « est un vrai travail de précision ». À l'avant, la roue de coupe, de 10 m de diamètre et de 135 tonnes, creuse entre 10 et 15 m par jour, broyant la roche en tournant sur son axe. L'engin assemble en même temps le tunnel derrière lui en posant le revêtement à l'aide d'une machine à ventouses. Les déblais, aspirés au fur et à mesure, sont évacués à l'arrière du tunnel. Une centaine d'opérateurs se sont relayés pendant plusieurs années aux commandes de ce titan de 1 600 tonnes, baptisé en hommage à la navigatrice Ellen Mac Arthur – les tunneliers portent traditionnellement des noms de
femmes.

Pilotes et scaphandriers

Les derniers pans de la paroi sont tombés. Une odeur de ciment humide et de poussière flotte encore dans l'air quand une vingtaine de pilotes et scaphandriers émergent, accueillis par une salve d'applaudissements. Le plus dur est fait. Après de longs mois sous terre, le tunnelier doit à présent être démonté et extrait du chantier, avant de repartir en convoi exceptionnel à Bagneux pour creuser les 900 m de tunnel qui relieront Bagneux à la future gare d'Arcueil-Cachan. A Fort d'Issy-Vanves-Clamart, « on va pouvoir finir les planchers, avant de commencer à construire les locaux techniques », détaille Gualtiero Zamuner. « On aura ensuite besoin de trois ans pour aménager la gare. »

Cette future gare, à quelques mètres seulement de la gare de Clamart, est la première du Grand Paris à avoir entamé sa construction. Un ouvrage particulièrement technique car situé sous les voies ferrées et à proximité des habitations. La mise en service est prévue à l'horizon 2025, un délai que le président du directoire de la Société du Grand Paris espère pouvoir tenir malgré l'impact de la pandémie.
Sur l'ensemble du projet, « l'impact du Covid se traduit par un rallongement des procédures de trois à huit mois », estime Thierry Dallard. « Un retard qui ne retardera pas forcément la mise en service », a-t-il nuancé, mais qui « peut se traduire par une augmentation des cadences ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer