Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Un concept novateur en matière d'éclairage

le - - Actualité - Interview

Un concept novateur en matière d'éclairage
Florent Longa - Quentin Martin-Laval (à gauche) et Florent Longa

Echy est une jeune société qui développe un système d'éclairage par capteurs et fibres optiques. Florent Longa, cofondateur de cette société, donne des précisions sur ce concept novateur.

Affiches Parisiennes : Pourriez-vous présenter la société Echy ?

Florent Longa : Echy est une société basée à Champs-sur-Marne,  que j’ai créée voici un an avec Quentin Martin-Laval et Stéphanie Rémy. L’idée est de capter la lumière extérieure et de la conduire dans des pièces sans fenêtre (ateliers, bureaux, entrepôts…). 

 

A.P : Sur le plan technique, cette lumière est-elle filtrée et comment est-elle captée ?

F. L. : Nous utilisons des capteurs, généralement installés sur le toit, et la lumière est transportée à l’intérieur par des fibres optiques, après avoir été filtrée pour éliminer les rayons infrarouges et ultraviolets. Un panneau de 3 m2 permet d’éclairer 50 m2 et nécessite un câble de quelques centimètres de diamètre. Si le temps est nuageux, un éclairage électrique prend le relais. D’où le nom de la société : Echy pour « éclairage hybride ».

 

A.P : Quel est votre principal argument de vente, le confort ou les économies d’énergie ?

F. L. : Nous ciblons surtout des entreprises, le poste éclairage représentant 30 à 40 % de leur consommation énergétique. Il est vrai que ce système permet des économies d’énergie, ce qui facilite le respect des nouvelles réglementations énergétiques, mais son atout principal est le confort, car on voit mieux qu’avec une lumière artificielle. Des études ont montré  que le fait de travailler avec une lumière naturelle entraîne un meilleur moral, une concentration accrue, une baisse de l’absentéisme, une diminution du nombre d’accidents du travail…

 

A.P : Peut-on envisager un retour sur investissement assez rapide ?

F. L. : Dans la première version de notre système, le retour sur investissement n’est pas un argument de vente. Mais nous avons été subventionnés par la  BPI – Banque publique d’investissement –, ce qui nous a permis d’investir dans la recherche/développement. Nous préparons actuellement une deuxième version, avec un meilleur rendement et un coût plus faible, qui devrait être opérationnelle d’ici fin 2014.

 

A.P : Le fait que votre société ait été primée, notamment par Scientipôle Initiative, vous a-t-il aidé ?

F. L. : Oui. Outre une aide financière, ces prix nous ont donné une meilleure crédibilité vis-à-vis des investisseurs et des clients potentiels. Nous avons obtenu 100 000 € de prêts d’honneur. Pouvoir lever des fonds est important pour une société comme la nôtre car il y a une phase de recherche/développement avant de pouvoir lancer le produit. Ainsi, Echy a été créée en octobre 2012 et nous intervenons actuellement chez notre premier client, dans le Sud de la France.

 

Propos recueillis par Claude Thimonier






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer