AccueilActualitéEuropeUkraine : vers la création d’un parquet international ?

Ukraine : vers la création d’un parquet international ?

La Commission européenne se penche actuellement sur la mise en place d'un “parquet international”, afin de rassembler des preuves du crime d'agression commis par la Russie en Ukraine, avant l'éventuelle création d'un tribunal spécial.
Didier Reynders, commissaire européen à la Justice.
Didier Reynders, commissaire européen à la Justice.

ActualitéEurope Publié le ,

« Avant que les discussions sur un tribunal spécial puissent éventuellement recueillir un consensus et un soutien suffisants au niveau international, un mécanisme d'enquête pourrait d'abord être envisagé », a déclaré le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, au Parlement européen à Strasbourg. Selon lui, « La Commission réfléchit à la possibilité de mettre en place un parquet international, afin de lancer des enquêtes sur le crime d'agression, dans le but de préserver et de stocker les preuves en vue d'éventuels procès futurs. »

« Les discussions sont en cours (...) ce sera un premier niveau dans la lutte contre l'impunité », a affirmé Didier Reynders, insistant par ailleurs sur « l'engagement sans faille de la Commission » pour que les crimes commis en Ukraine « ne puissent rester impunis ».

Fin novembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait proposé de travailler à la création d'un tribunal spécial « soutenu par les Nations unies, pour juger les crimes d'agression de la Russie en Ukraine », comme le réclame Kiev.

À LA Haye, siège de la Cour pénale internationale (CPI), La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock a, de son côté, appelé à un « nouveau format » de tribunal pour « traduire les dirigeants russes en justice ».

La CPI n'est compétente que pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité perpétrés en Ukraine et non pour les “crimes d'agression” de la Russie, car Moscou et Kiev ne sont pas signataires du traité de Rome instituant la Cour.

Si l'Ukraine a accepté la juridiction de la CPI, ce qui lui a permis en février d'ouvrir une enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité dans le pays, "nous continuons de penser que l'Ukraine devrait ratifier le traité de Rome", a insisté Didier Reynders. « Cela serait un signal important de la part de l'Ukraine », a-t-il ajouté.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?