Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Tourisme 2018 : le temps des records pour l'Île-de-France

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Tourisme 2018 : le temps des records pour l'Île-de-France
© DR - L'an dernier, la région parisienne a accueilli 50 millions de touristes.

Paris marque son grand retour sur la scène du tourisme international. C'est du moins le constat des chiffres du Comité régional du tourisme de la région parisienne, pour l'année 2018. Ils dessinent par ailleurs de belles perspectives pour les Jeux Olympiques 2024.

Paris a encore excellé sur le plan touristique en 2018, avec 50 millions de touristes accueillis en région parisienne, nouveau record de fréquentation pour la métropole ayant ainsi généré quelque 21,5 milliards d'euros au cours de l'année, soit 974 millions de plus qu'en 2017 et 2,3 milliards de plus qu'en 2016.

Comme le souligne Éric Jeunemaître, président du Comité régional du tourisme Paris – Île-de-France : « C'est une année exceptionnelle pour l'activité touristique de la région. Les chiffres démontrent à nouveau le rayonnement international de notre destination. Le CRT met tout en œuvre pour que cette belle dynamique se poursuive, main dans la main avec les professionnels du secteur, en termes d'accueil, d'offres touristiques ou d'infrastructures à l'horizon 2024 pour les Jeux Olympiques et Paralympiques ».

La confiance internationale de retour

Toujours en tête des destinations phares à l'échelle internationale, la capitale de l'art de vivre bat de nouveaux records en termes d'accueil touristique. Le bilan hôtelier annuel totalise 1,4 million de visiteurs étrangers de plus qu'en 2017. En tête des fréquentations, les Italiens (+27,5 % d'arrivées hôtelières par rapport à 2017), puis les Japonais (+18,5 %) et les Espagnols (+16,1 %), qui constituent les trois gisements de consommation les plus profitables au marché du tourisme.

Une nouvelle d'autant plus réjouissante que l'essor du secteur, en net ralentissement depuis 2010, marque le retour de la confiance de ces consommateurs étrangers en termes de sécurité, à laquelle ces populations restent particulièrement sensibles.

Les taux d'occupation des hôtels métropolitains, mais aussi leurs prix, retrouvent leur rayonnement d'avant les attentats, avec un taux d'occupation moyen de 76,5 % marquant une hausse de 3,3 points par rapport à 2017, dépassant même les taux obtenus avant les attentats de 2015.

50 millions de touristes accueillis en région parisienne en 2018.
En tête de la fréquentation, les Italiens, les Japonais et les Espagnols.

Le chiffre d'affaires du marché de l'hôtellerie est en progression de 7,8 % pour le haut de gamme parisien et de 14,4 % pour son homologue plus économiques. Après plusieurs années de progression continue, les déplacements professionnels diminuent légèrement (-1,2 % par rapport à 2017). Ils ont toutefois généré 33,5 millions de nuitées hôtelières, soit
46,7 % de la fréquentation total en 2018.

La culture au cœur du rayonnement parisien

Le rayonnement culturel de la capitale tient une place particulière. Le succès de grandes expositions, telles que “Delacroix 1798-1863” au musée du Louvre ou “T-Rex à Paris” au musée national d'Histoire naturelle, confirme une tendance à la hausse, pour la plupart des musées et monuments franciliens. Le musée du Louvre enregistre une augmentation de 25,9 % de son nombre de visiteurs.

De belles perspectives pour les J-O 2024

L'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 est largement soutenue par les Français. Ces derniers y sont favorables à 62 %. Les autorités rassurent quant aux risques financiers liés à ces jeux. Quelque 95 % des infrastructures sportives qui vont accueillir les épreuves existent déjà, selon le Comité Paris 2024. Pour rassurer ses habitants, la Ville met en avant un budget « assuré, réaliste et responsable ».

« On a fait le pari de la sobriété », a déclaré Valérie Pécresse sur BFMTV.

Les seules dépenses devraient donc concerner la construction du village olympique, lieu d'hébergement des athlètes en compétition, le village médias, ainsi que le centre aquatique de La Plaine Saulnier, à Saint-Denis. Au terme des épreuves, il sera restitué à la population.

Selon les différents scénarios envisagés par l'étude d'impact du Centre de droit et d'économie du sport (CDES), les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 pourrait générer jusqu'à 10,7 milliards d'euros de retombées et créer 247 000 emplois, sur la période de l'olympiade mais aussi pendant les années qui précédent, du fait de la construction des infrastructures. Sans oublier que ces jeux devraient permettre conforter définitivement Paris dans le classement des premières destinations touristiques mondiales.

Le musée de la Grande Guerre de Meaux progresse, quant à lui, de 31,9 % en termes de visites et le stade de France de 24,6 %. Valérie Pécresse, présidente de la Région se félicite de ces résultats : « Nous sommes très fiers de ce record de fréquentation touristique jamais enregistré à en Île-de-France. Il prouve que depuis 2016, notre plan de relance du tourisme a porté ses fruits. Nous le poursuivons en 2019, notamment pour accompagner et aider les professionnels du secteur et les commerçants à surmonter les conséquences des manifestations qu'a connues Paris ces dernières semaines. Nous allons aussi renforcer le déploiement des volontaires du tourisme, l'offre de services dans la Région et la qualité d'accueil des touristes.»

Les français restent pourtant sur leurs gardes

Ce succès prometteur ne semble pourtant pas rassurer les professionnels qui s'inquiètent de la baisse de leur chiffre d'affaires dans le contexte des perturbations sociales actuelles.

L'acte 10 des gilets jaunes du 12 janvier a, par exemple, entraîné une baisse de 9 % du revenu moyen par chambre disponible (chiffre d'affaires global de l'établissement divisé par le nombre de chambres) des hôteliers franciliens le 13 janvier et de 10 % le 25 janvier, veille de l'acte 12.

Dans ce contexte, les professionnels du secteur émettent des doutes sur les conséquences de ces manifestations sur leur chiffre d'affaires annuel, alors que 40 % d'entre eux qualifient de « moyenne » leur activité du mois de janvier, 42 % l'estimant en baisse par rapport à janvier 2018.

25,9 % de visiteurs supplémentaires au Louvre

Ces craintes sont en outre alimentées par les prévisions des réservations aériennes dans les aéroports parisiens. De février à avril, la baisse devrait atteindre 6 %, toutes nationalités confondues, par rapport à février-avril 2018.

Toutefois, les Français voient majoritairement dans cette fréquentation touristique de la capitale, une manière de répondre aux bouleversements économiques générés par les crises internes. Ils sont en effet 52 % à estimer que le tourisme génère des retombées plus positives que négatives (contre seulement 3 % qui sont d'avis contraire). De leur côté, 77 % sont favorables à la promotion de la Ville à l'échelle internationale, dans l'espoir de la maintenir comme destination phare.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer