Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Testing sur les discriminations à l'embauche Faut-il changer de sexe pour faire de la mécanique ?

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Testing sur les discriminations à l'embauche Faut-il changer de sexe pour faire de la mécanique ?
© DR

La Fondation des femmes, en partenariat avec Femme Actuelle, et avec le soutien de la Région Ile-de-France, a réalisé un testing sur les discriminations à l'embauche sur les métiers masculinisés. Elle en annonçait récemment les résultats, en présence de Jacques Toubon, Défenseur des droits.

Comme le précise la fondation, « Si les inégalités de revenu entre femmes et hommes persistent, c'est en partie parce que celles-ci sont cantonnées dans quelques métiers, peu valorisés financièrement. Mais que se passe-t-il lorsque les femmes osent aller vers des secteurs masculinisés ? Plus de 900 CV factices, identiques en dehors du sexe du candidat, ont été envoyés sur une période de six mois en réponse à des offres pour des emplois de jardinier, chauffeur livreur ou mécanicien. Il en ressort que :

« une femme candidate à un emploi dit “masculinisé” a 22 % de chance de moins qu'un homme candidat d'être convoquée à un entretien par un employeur ;

- ce chiffre atteint 34,2 % pour le métier de chauffeur-livreur ;

- ce résultat atteint plus de 30 % en moyenne si l'on considère également comme une discrimination le fait que l'employeur n'insiste pas auprès de la femme lorsqu'il n'a pas de réponse à sa proposition d'entretien, à la différence du candidat homme, comme s'il s'agissait d'un choix de dernier recours ».

Il est souvent reproché aux femmes de ne pas se positionner sur ces métiers. Le testing met en évidence une réelle différence de traitement entre un candidat et une candidate pour l'envoi d'un CV similaire en réponse à une même offre. C'est clairement une barrière à l'intégration des femmes dans certains métiers.

Pour Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, « ce testing montre que ce n'est pas aux femmes de culpabiliser de ne pas y arriver, mais aux employeurs de respecter la loi. Nous lançons un appel à témoins pour d'éventuelles poursuites judiciaires, parallèlement à l'organisation de sessions de sensibilisations. Les femmes ont assez entendu de grands discours sur l'égalité, il faut que les choses changent dans la réalité ».

La Nuit des relais

Le 4 décembre prochain, au Grand Palais, la Fondation des femmes organise la troisième édition de la Nuit des relais, « une soirée solidaire de récolte de fonds pour soutenir les femmes victimes de violences et sensibiliser au sujet ».

Dans une ambiance festive, les équipes, composées de cinq à 10 membres et ayant collecté 1 000 euros au préalable, se relaieront toutes les 8 minutes. Buvette, DJ et animations seront là pour faire passer une soirée agréable. L'intégralité des fonds sera reversée à des associations qui accompagnent les femmes victimes de violences.




Philippe CHARRESSON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer