AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisTensions autour du mariage gay

Tensions autour du mariage gay

Ce sujet, qui divise les Français, a été l'occasion d'une passe d'armes entre Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale et Eric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Ce dernier a adressé en décembre, aux 8 300 chefs d’établissement de l’enseignement catholique, un courrier pour leur rappeler la position officielle de l’Eglise (elle est opposée au « mariage pour tous ») et suggéré de « prendre les initiatives (…) localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée à l’égard des choix aujourd’hui envisagés par les pouvoirs publics ». Vincent Peillon a immédiatement réagi, envoyant une lettre aux recteurs pour leur demander « une grande vigilance » vis-à-vis des établissements privés sous contrats, précisant qu’il ne lui semble « pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous ». Selon lui, « en adressant une lettre aux chefs d’établissement, le secrétaire de l’enseignement catholique a commis une faute ». Le ministre a dit craindre des manifestations d’homophobie et rappelé que « les tentatives de suicide sont cinq fois plus fréquentes chez les jeunes qui se découvrent homosexuels que chez les autres ».

La loi Debré de 1959, qui régit l’enseignement privé sous contrat, autorise à y rappeler la position de l’Eglise en raison du « caractère propre » des établissements concernés. Ce rappel doit s’effectuer en conformité avec l’application des programmes scolaires et en respectant la liberté de conscience de chacun. Le courrier envoyé par M. de Labarre s’inscrit a priori dans ce cadre. Il est quelque peu paradoxal de voir M. Peillon invoquer la liberté de conscience pour tenter d’interdire tout débat. Cela étant, l’Eglise catholique est mal placée pour donner des leçons de démocratie : elle n’a jamais consulté ses fidèles pour déterminer sa position officielle et un récent sondage montre qu’un tiers des catholiques pratiquants sont favorables au mariage pour tous.

Sur ce sujet, il est normal que les avis soient partagés. Rappelons cependant que la laïcité, qui fait partie du socle de nos valeurs républicaines, implique avant tout la pratique de la tolérance.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?