Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

StopCovid : la moitié des Français pense qu'un traçage numérique devrait être imposé

le - - Actualité

StopCovid : la moitié des Français pense qu'un traçage numérique devrait être imposé
@ DR

L'Hexagone est profondément divisé sur la question du tracking et de la géolocalisation pour lutter contre la pandémie. Si un Français sur 6 (16 %) préfère sa liberté à l'intérêt collectif pour sauver des vies, la moitié (49 %) estime en revanche qu'une solution de tracking devrait être imposée. Un constat intéressant que révèle l'étude récente sur le traçage numérique réalisée par Carvea Consulting et Opinea.

La maîtrise de la propagation du virus, via une application mobile qui retrace les mouvements des individus, apparaît comme une solution salutaire pour notre pays où le coût humain, social et économique du confinement devient difficilement supportable.

Cependant une solution digitale, aussi performante soit-elle, ne sert à rien si les personnes concernées n'y adhèrent pas, voire la rejettent.

Pour cette raison, le cabinet de conseil Carvea Consulting et le cabinet d'étude indépendant Opinea ont interrogé les Français en ligne pour connaître leurs intentions, du 30 avril au 4 mai dernier, sur un échantillon de 1004 répondants âgés de 15 à 75 ans, représentatif de la population française (sexe, âge, région et CSP) suivant la méthode des quotas.

Il s'avère que le pays paraît fort divisé. En effet, 45 % des sondés ont une posture négative vis à vis d'une telle solution et même 27 % la rejettent totalement, peu importe leur profil sociodémographique. Que dire des Chinois ou des Coréens du Sud à qui personne n'a posé de question pour l'adopter… ?

Les craintes sont nombreuses : la perte de l'intimité et de la vie privée arrive en tête du classement avec 57 %, et même 70 % parmi les plus jeunes. Mais sont-ils conscients du coût que la protection de cette intimité et de la vie privé représente ? A priori oui.

En expliquant qu'un traçage digital pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines des milliers d'emplois, nous retrouvons d'une part :

- 16 % des sondés qui préfèrent toujours protéger leur vie privée et leur intimité en sacrifiant les vies et les emplois ;

- 35 % qui déclarent qu'une telle solution nécessite un consentement préalable quitte à sacrifier des vies et des emplois.

Et d'autre part, 49 % des Français considèrent qu'une telle solution devrait être imposée sans discussion ni consentement afin de sauver un maximum de vies et d'épargner des emplois.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer