Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Stig.Pro développe l'intelligence collective en entreprise

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Stig.Pro développe l'intelligence collective en entreprise
© DR - Jean-Baptiste Canivet, directeur associé de Stig.pro.

Issue de l'application de la civic tech Stig, déclinée pour le monde professionnel, l'application Stig.Pro encourage la coconstruction au sein des organisations en permettant d'associer toutes les parties prenantes aux prises de décision. Un nouvel outil digital « qui va dans le sens de l'évolution de l'entreprise », pour Jean-Baptiste Canivet, directeur associé de Stig.pro.

Avec Stig.Pro, salariés, actionnaires, dirigeants, et même prestataires d'une entreprise, d'une association ou de n'importe quelle organisation peuvent être intégrés au processus de prise de décision.

L'application apporte ainsi aux organisations la solution numérique adaptée pour introduire et développer une dimension d'intelligence collective et en exploiter toutes les potentialités.

Les usages sont nombreux et variés : gouvernance collective, budget participatif, remontée des best practices, amélioration continue, feedbacks produits, événementiel, etc.

Adaptation de la civic tech Stig

Stig.Pro est un dérivé de l'application de la civic tech Stig, qui permet de faire remonter la volonté générale et de construire la loi.

« Stig remet le citoyen au cœur du processus législatif en comblant un manque flagrant des démocraties représentatives : l'absence d'expression de la volonté générale, pourtant présente explicitement dans la Déclaration des droits de l'Homme », commente Jérémie Paret, cofondateur de Stig.

Trois actions sont possibles sur l'application : proposer une idée, voter pour ou contre les autres contributions, ou les enrichir. Le système met en évidence les propositions plébiscitées par la communauté pour afficher la volonté générale et renouer le dialogue entre élus et citoyens.

« On l'a adapté afin d'en faire une application dédiée aux entreprises pour leur permettre de laisser la parole à toutes les parties prenantes de l'organisation : salariés, actionnaires, dirigeants, prestataires, fournisseurs, etc. », explique Jean-Baptiste Canivet, cofondateur de l'appli Stig.Pro.

« Elle permet de soumettre des idées à l'approbation collective et de laisser à la collectivité la possibilité de faire remonter des projets. Cela permet non seulement une remontée d'idées mais également la possibilité pour chacun de les enrichir, de voter pour ou contre, d'ajouter des amendements. Ensuite, notre algorithme les classe selon leur degré d'approbation », ajoute-t-il.

L'appli s'inspire du concept de “stigmergie”, qui désigne un mécanisme d'organisation indirecte, dans laquelle les individus communiquent entre eux en modifiant leur environnement, d'abord observé chez des insectes sociaux comme les fourmis.

Renouveau de l'entreprise

Cet outil spécifique a été créé avec l'objectif de développer le dialogue en entreprise en instaurant un système d'intelligence collective. Il est né de la volonté d'organisations souhaitant disposer de leur propre version de Stig pour faciliter la prise de décision et la communication auprès de leurs salariés.

Il s'inscrit parfaitement dans la lignée du projet de loi Pacte (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) qui affirme la responsabilité sociétale de l'entreprise au même titre que son objectif traditionnel de rentabilité. Les salariés sont les premiers concernés et représentent une source d'innovation et de compétitivité, pour peu que l'on capitalise sur leur force de proposition.

« Le renouveau de l'objet social de l'entreprise est quelque chose qui nous parle et nous concerne », souligne le cofondateur.

« Stig.Pro est un outil qui va dans le sens de l'évolution de l'entreprise », ajoute ce dernier.

Dans un monde professionnel en quête de sens et de bonheur au travail, les collaborateurs s'interrogent et réfléchissent davantage, de façon indépendante et critique, à la politique des entreprises. Il appartient ainsi aux décideurs d'amorcer la transformation de leurs organisations pour y introduire une dimension participative qui accentue la responsabilité, la fédération et l'implication des acteurs concernés.

Stig.Pro se distingue d'autres outils de collaboration de plus en plus utilisés en entreprise, à l'instar de Slack et Trello.

« Ce sont des outils différents, Trello vous permet de conduire un projet alors que Slack est un Skype largement optimisé et amélioré. Stig.Pro est moins un outil de l'instantanéité que du moyen terme permettant de créer des idées et de pousser celles qui sont jugées bonnes par la communauté », précise Jean-Baptiste Canivet.

Trois questions à Jean-Baptiste Canivet, directeur associé de Stig.pro

Affiches Parisiennes : En quoi Stig.Pro permet de relancer une forme de démocratie en entreprise ?
Jean-Baptiste Canivet : D'abord il ne peut pas y avoir de véritable démocratie en entreprise car les dirigeants ne sont pas élus. On parle donc moins de démocratie que d'intelligence collective finalement. Evidement l'appli participe d'une volonté de démocratisation à partir du moment où elle est mise en place dans une entreprise. Toutes les voies portées par l'appli devront ainsi être prises en compte et en ce sens, nous déconseillons la modération a posteriori. Mais encore une fois, moins que de démocratie, c'est d'intelligence collective dont nous parlons. Les idées sont proposées, votées, enrichies, discutées… et finalement, cooptées, en quelque sorte.

A.-P. : Quand et comment vous est venue cette idée ?
J-B C. : L'idée vient de Stig, la civic tech qui permet à n'importe quel citoyen de proposer des idées à l'échelle de sa ville, de sa circonscription ou de son pays, et de les partager sur la plateforme. Nous avons eu l'idée d'appliquer ce concept aux entreprises et de la prescrire à travers, SDCG (Sloop Communication des Gouvernances), une agence de communication spécialisée dans la gouvernance des organisations que j'ai co-fondée il y a peu et qui a trouvé ses clients parmi le Groupe Macif, la CFE-CGC, l'Ordre des avocats de Paris, le Medef, etc. L'idée était de délivrer, en plus du conseil, un outil concret pour appliquer des mesures réelles de bonne gouvernance.

A.-P. : Quelle clientèle visez-vous ?
J-B C. : Nous visons absolument toutes les organisations, du public au privé, et du grand groupe du CAC 40 à la TPE-PME. En ce moment, nous sommes en train de travailler à l'organisation des universités d'automne du syndicat CFE-CGC. L'appli peut donc être utilisée sur un événement dédié par un petit groupe de personnes comme sur une période plus longue par des milliers d'utilisateurs. Il s'agit d'un outil applicable à toutes les organisations. D'ailleurs nous sommes en train de développer un Stig dédié aux associations. Nous avons à cœur de participer au changement du fonctionnement des organisations. Il y a donc une part d'engagement importante. Nous souhaitons donner du sens à l'entreprise. Cela en donnera à notre action.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer