AccueilDroitActualité du droitStade de France : mea-culpa de Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castéra au Sénat

Stade de France : mea-culpa de Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castéra au Sénat

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra étaient entendus par le Sénat, le 1er juin, sur le fiasco du Stade de France autour de la finale de la Ligue des Champions.
Stade de France : mea-culpa de Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castéra au Sénat
© Sénat

DroitActualité du droit Publié le , AP Rédaction

Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castéra ont été convoqués au Sénat afin de répondre à des questions concernant les incidents qui ont perturbé la finale de la Ligue des Champions, samedi 28 mai. Et notamment sur l’organisation des autorités face à l’afflux des supporters de Liverpool au Stade de France, en plus de la problématique d’une fraude massive de faux-billets chez les Anglais avancée par le Gouvernement.

Position critique de la commission

Après avoir été les auteurs de sorties médiatiques maladroites et avoir présenté des chiffres critiqués sur le nombre de supporters anglais sans billets ou disposant de faux-billets (de 30 000 à 40 000 personnes, alors que le Stade de France peut accueillir 80 000 spectateurs, et que les fans de Liverpool disposaient de 26 000 billets environ), les deux ministres étaient questionnés sur l’organisation de la finale par François-Noël Buffet, président de la commission des lois. « De graves accidents ont eu lieu lors de la finale de Ligue des Champions », a attaqué le président devant les deux ministres.

« L'organisation a été qualifiée de honte nationale. Les explications fournies font encore l'objet de critiques fortes. Concernant les causes de l'accident, vous avez incriminé, dès samedi soir, les spectateurs britanniques », a continué M. Buffet. « Dans votre rapport, tout en incombe directement à l'organisation de l'UEFA, et la préfecture de police a été totalement épargnée », a-t-il ajouté.

Anglais sans billets à l’origine du chaos selon Darmanin

Les deux ministres ont tenu à présenter des excuses aux supporters de Liverpool. Ils ont aussi reconnu des défaillances : « Nous avons sous-estimé le nombre de policiers » a alors expliqué le ministre de l’Intérieur, tout en disant n’avoir pas eu assez de temps pour se préparer, à la suite du déplacement de la finale de Saint-Pétersbourg à Paris, à cause de la guerre en Ukraine.

Gérald Darmanin a maintenu son argumentaire concernant le grand sujet de critiques à son encontre depuis une semaine : celui des chiffres concernant la présence de supporters anglais sans billets ou avec faux-billets. Des chiffres qui se sont heurtés aux remontées d’observateurs indépendants présents au stade, estimant ce total très élevé. Globalement et selon le ministre, près de « 110 000 personnes » se sont ainsi présentées aux abords du Stade de France. Avec la présence de 80 000 supporters dans le stade (dont 25 000 Anglais), il y aurait eu 30 000 supporters à l’extérieur de l’enceinte, nombre qui correspond à celui des supposés détenteurs de faux-billets. Alors que le parvis était dépeuplé au début de la rencontre, le ministre a évoqué le retour de ces 30 000 personnes vers Paris, ce qu’aucune image ou vidéo ne peut confirmer, et sans donner de chiffres de la RATP ou de la SNCF, alors qu’il avait donné le nombre de ceux s’étant rendu au stade. La thèse et les chiffres présentés posent donc un problème, comme pointé par les sénateurs dans leurs questions.

« Gestes inappropriés » de policiers, révision du maintien de l’ordre

La thématique d’un engorgement du filtrage en amont de l’accès aux portiques du stade n’a en revanche pas été reconnue par Gérald Darmanin. Un problème pourtant dénoncé comme étant à la base de tout ce qui a suivi, avec des files de contrôle sur quelques mètres de large pour contrôler 25 000 Anglais, alors que les zones de filtrage pour les Espagnols étaient plus nombreuses et mieux organisées. Un filtrage qui a occasionné un embouteillage monstre, et a donc retardé le début du match.

Par ailleurs, le ministre a concédé des « gestes inappropriés » de policiers autour du Stade de France, alors que des vidéos d’utilisation de gaz lacrymogène non justifiée ont alimenté les réseaux sociaux ces derniers jours. Le ministre de l’Intérieur a aussi indiqué que « deux saisines de l'IGPN » avaient été effectuées pour des violences commises par des policiers samedi autour du Stade de France. Enfin, la ministre des Sports a conclu en proposant de se pencher sur 5 points d'amélioration dans l'organisation d'évènements sportifs en France : la gestion des flux, la communication aux voyageurs et supporters, la sécurité, une meilleure intégration des services de lutte contre la délinquance au sein des services d'ordre et une utilisation plus systématique de la billetterie électronique.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?