Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Spécial 8 mars - YAËL BRAUN-PIVET « Il reste du chemin à parcourir, mais je suis assez optimiste »

le - - Actualité - Interview

Spécial 8 mars - YAËL BRAUN-PIVET « Il reste du chemin à parcourir, mais je suis assez optimiste »
© DR

La présidente de la commission des lois à l'Assemblée nationale est une femme engagée sur la voie de la parité. Pour Yaël Braun-Pivet, « la Journée internationale des droits des femmes doit aussi être un moment d'évaluation, l'occasion de procéder à un état des lieux, de mettre en valeur les personnes et les initiatives qui font avancer la cause ».

Affiches Parisiennes : Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes, que représente cette journée pour vous ?

Yaël Braun-Pivet : Le 8 mars est l'occasion d'un grand coup de projecteur sur la situation des droits des femmes dans le monde. N'oublions pas que si cette situation a plutôt tendance à progresser, il reste beaucoup de chemin à parcourir, en particulier dans certains pays où même les droits fondamentaux des femmes ne sont pas garantis. Ce qui est certain, c'est qu'il est utile de parler des droits des femmes à cette date, mais qu'il est hors de question de les oublier les 364 autres jours de l'année.

A mes yeux, cette journée doit donc aussi être un moment d'évaluation : l'occasion de procéder à un état des lieux, de mettre en valeur les personnes et les initiatives qui font avancer la cause mais aussi d'identifier les failles, les manques. Cette évaluation doit nous permettre de guider l'action, de faire plus et mieux. Il doit y avoir chaque année un avant et un après 8 mars.

A.-P. : Le sexisme et les discriminations sont malheureusement encore présents dans notre société et le Président de la république, Emmanuel Macron, très sensible à ces sujets a souhaité la création d'un secrétariat d'État afin de lutter pour l'Égalité entre les femmes et les hommes. Comment s'organise la collaboration de la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa avec la commission des lois de l'Assemblée nationale que vous présidez ?

Y. B.-P. : En plus de créer le secrétariat d'Etat chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes, le Président a déclaré l'égalité femmes-hommes grande cause du quinquennat. C'est une priorité essentielle d'En Marche. Nous sommes tous, Gouvernement et majorité au Parlement, pleinement mobilisés pour mettre en œuvre les engagements pris dans ce cadre.

De nombreuses avancées ont déjà eu lieu depuis 2017, en matière d'égalité professionnelle ou encore de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Nous avons notamment adopté à l'Assemblée un projet de loi au mois d'août dernier en vue de renforcer la lutte contre ces dernières. Ce texte a fait l'objet d'un important travail conjoint entre le Secrétariat d'Etat et la commission.

D'une manière générale, je partage avec Marlène Schiappa la conviction que l'égalité femmes-hommes doit irriguer l'ensemble des textes de lois et des politiques publiques. Nous échangeons donc régulièrement, ainsi qu'avec les commissaires aux Lois et la Délégation aux droits des femmes de l'Assemblée, afin de nous assurer que cette dimension est systématiquement prise en compte de façon appropriée, quels que soient les sujets sur lesquels nous travaillons.

A.-P. : Aujourd'hui, on continue à se battre pour l'égalité entre les hommes et les femmes et notamment sur les rémunérations où les écarts sont encore importants dans certains secteurs professionnels. Faut-il attendre la prochaine génération pour que ça change ?

Y. B.-P. : Depuis quelques jours, les grandes entreprises ont l'obligation de publier leur indice de performance en matière d'égalité salariale femmes-hommes. Cet indice est un outil indispensable d'évaluation, qui a été créé par la loi avenir professionnel adoptée l'été dernier par le Parlement. Il va nous permettre d'avoir une idée très précise des écarts de salaires éventuels dans les entreprises, qui seront ensuite tenues de combler ces écarts.

Si un rattrapage salarial n'a pas eu lieu au bout de trois ans, les entreprises seront sanctionnées. Il est vrai qu'à ce stade que la publication des index confirme que le plafond de verre et les inégalités sont encore là. Mais cette mesure est un vrai coup d'accélérateur et une obligation de résultats inédite ! Il reste du chemin à parcourir, mais je suis assez optimiste.

A.-P. : Les initiatives engagées par le Gouvernement d'Edouard Philippe doivent-elles se refléter au niveau de l'Union européenne pour gagner en efficacité ?

Y. B.-P. : L'égalité femmes-hommes est un principe fondateur de l'Union européenne, inscrit dans le traité de Rome, mais aucun pays n'est à l'abri d'une régression, en particulier en cette période agitée que traverse actuellement le vieux continent. Le combat pour l'égalité femmes-hommes doit donc rester une priorité commune : nous devons le remporter collectivement, avec l'ensemble de nos partenaires européens.

La France milite de façon active et résolue au sein de l'Union européenne, comme elle le fait d'ailleurs au niveau du G7, pour enrichir l'agenda communautaire en la matière. L'égalité femmes-hommes, en particulier la lutte contre les violences faites aux femmes, sera d'ailleurs une priorité pour la Présidence française du Conseil de l'Europe de mai à novembre prochain.

A.-P. : En tant que femme politique, quels sont les grands combats que vous soutenez aujourd'hui ?

Y. B.-P. : Ce qui guide mon action en politique, c'est la justice sociale. Ce pour quoi je me bats, c'est pour que chacun ait la possibilité, en toute liberté, de faire ses propres choix de vie. Les femmes, comme les autres. Cela passe par de multiples chantiers, en faveur notamment de l'éducation, de la formation, du travail ou encore de la protection sociale.

En ce qui concerne le monde politique plus particulièrement, je suis une fervente partisane de ce qui disait déjà Simone Veil en 2006 : « Ma revendication en tant que femme, c'est que ma différence soit prise en compte, que je ne sois pas contrainte de m'adapter au modèle masculin ».

Je suis convaincue que nous devons réussir en tant que femmes, sans nous dénaturer, nous sacrifier, nous culpabiliser. Je suis également convaincue que plus de femmes aux responsabilités, c'est le meilleur moyen de faire de la promesse de l'égalité femmes-hommes une réalité.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer