Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Société du Grand Paris : le temps du bilan

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Société du Grand Paris : le temps du bilan
@ DR

La société du Grand Paris, en charge du projet Grand Paris Express, a récemment publié son rapport d'activité 2018. Entre les changements internes à l'entreprise et l'avancée du projet de métro entièrement automatique, l'activité est intense.

Créée en 2010 à l'initiative de l'État, la Société du Grand Paris est une entreprise publique qui a pour vocation de piloter le projet du Grand Pari Express. Ce grand projet urbain, le plus important d'Europe, prévoit un renouvellement total de toutes les lignes de métro, soit 200 km de lignes, toutes automatiques.

Quatre nouvelles lignes sont également prévues ainsi que le prolongement de l'actuelle ligne 14. But de l'opération : relier tous les territoires du Grand Paris entre eux mais également à la capitale et réduire de cette manière l'utilisation de la voiture.

C'est donc dans la poursuite de cet objectif que la Société du Grand Paris a réalisé son année 2018, de manière à faire avancer le projet plus rapidement et efficacement. Et pour ce faire, l'entreprise n'a pas hésité à revoir complètement son organisation.

La Société du Grand Paris fait peau-neuve

En 2018, sous l'impulsion de son nouveau président Thierry Dallard, la Société du Grand Paris a entrepris un processus de réorganisation profond. Finalisé dès 2019, ce nouveau cadre de fonctionnement a vocation à lui permettre de faire face aux multiples problématiques auxquelles elle doit répondre, en partenariat avec ses parties prenantes.

Cette nouvelle organisation s'articule autour de la création de huit nouvelles directions dont les responsables sont membres du comité exécutif, supervisé par le directoire constitué de Thierry Dallard, président, Frédéric Brédillot et Bernard Cathelain.

Outre ces trois derniers, le comité exécutif compte donc huit autres membres, chacun en charge d'un des pôles de direction : la direction du pilotage, des méthodes et outils, la direction des lignes, la direction des systèmes de transport et exploitation, la direction financière, la direction des achats, la direction gares et ville, la direction des relations extérieures et la direction des ressources.

Le métro du Grand Paris Express prend forme

Plus de 100 sites étaient en chantier en 2018. Cette année aura vu le lancement de trois tunneliers dont deux sont déjà en action, ainsi que le début des travaux de génie civil sur la ligne 16.

Tous ces chantiers ont un impact considérable en termes d'emploi, d'insertion et d'attractivité sur les territoires concernés.

En 2018, année de démarrage de construction des tunnels, on compte désormais 65 chantiers de génie civil, sur les lignes 15 Sud et 16 du Grand Paris Express, et 35 chantiers préparatoires, soit un tiers du nombre total de la plupart des chantiers prévus par le projet et 35 kilomètres de ligne en cours de réalisation.

Dans le détail, la quasi-totalité des ouvrages annexes de la ligne 15 Sud est en travaux, tandis que la plupart des gares de la ligne 16 sont désormais en phase de génie civil. La première partie de cette ligne, longue de 19 kilomètres et dont la réalisation a été confiée en 2018 à un groupement d'entreprises piloté par Eiffage Génie Civil, sera mise en service pour les jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Lorsque l'ensemble du Grand Paris Express sera construit, la ligne 16, qui reliera dix gares, de Saint-Denis Pleyel à Noisy – Champs en passant par Clichy – Montfermeil, transportera plus de 800 000 voyageurs chaque jour. Elle permettra alors de relier La Courneuve Six-Routes à La Défense en 17 minutes, contre 36 actuellement, et Le Bourget RER à Saint-Denis Pleyel en six minutes, contre 24 aujourd'hui.

Au cours de l'année écoulée, trois tunneliers ont été lancés. Le premier, Steffie-Orbival, a été mis en action en avril 2018. En août 2018, le second tunnelier, Malala, a commencé son travail depuis le puits Rû de Nesle à Noisy – Champs jusqu'à l'emplacement de la gare Bry – Villiers – Champigny. En novembre, une troisième machine équivalente, baptisée Ellen, a été mise en place dans les Hauts-de-Seine, sur le chantier du puits Robespierre, pour une mise en action début 2019.

Près de 2 000 entreprises se sont engagées sur les chantiers du projet. Sur tous les territoires concernés, ces chantiers ont un impact très important, notamment sur le tissu économique local. Fin 2018, sur les 1 967 entreprises engagées sur le Grand Paris Express, 1 336 sont des TPE/PME, dont 863 originaires du territoire francilien.

Sur l'année écoulée la Société du Grand Paris a par ailleurs intensifié son programme d'insertion qui prévoit de consacrer 5 % des heures de main-d'œuvre nécessaires à la réalisation du chantier aux personnes éloignées de l'emploi. Fin 2018, près de 800 personnes en insertion avaient ainsi participé à la réalisation du Grand Paris Express depuis le début des travaux. Sur l'ensemble de ses chantiers, le projet emploie par ailleurs plus de 4 800 personnes. La Société du Grand Paris a également inscrit dans ses marchés de travaux une part minimale de 20 % à faire exécuter par des PME, en co-traitance ou en sous-traitance.




COUTANSAIS AMÉLIE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide