Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Simplification de la procédure pénale

le - - Droit - Actualité du droit

Simplification de la procédure pénale
© MJ/SG/DICOM/Caroline Montagné - Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux.

Un décret modifiant le code de procédure pénale « pour davantage de simplification des procédures » est entré en vigueur le 9 septembre dernier.

Selon la Chancellerie, « ce décret vise principalement à alléger le formalisme des actes de procédure pénale et à décharger les enquêteurs de certaines tâches dont ils étaient investis. Il constitue le deuxième volet d'un plan de simplification dont les premières mesures, qui relevaient du domaine de la loi, ont été adoptées dans le cadre de la loi du 3 juin 2016 ».

Dans cette perspective, la possibilité pour les enquêteurs de regrouper plusieurs actes de procédure en un seul et même procès-verbal est généralisée, afin de simplifier et d'alléger le formalisme de la procédure. Tel est notamment le cas du procès-verbal de fin de garde à vue, prévu à l'article 64 du code de procédure pénale, qui mentionne l'ensemble des diligences accomplies pour mettre en œuvre les droits dont bénéficie la personne suspectée (examen par un médecin, avocat, avis à famille...).

Par ailleurs, afin de permettre aux enquêteurs de consacrer davantage de temps au fond de l'affaire et au respect des règles de procédure, le nouveau décret prévoit d'expérimenter des plateformes de gestion des gardes à vue. Ces plateformes permettront de centraliser et de rationnaliser la mise en œuvre de l'ensemble des droits dont bénéficie la personne placée en garde à vue (recherche d'un médecin, contact avec l'avocat choisi, recherche d'un interprète...). Cela permettra de dégager davantage de temps au profit des enquêteurs, qui seront déchargés de la gestion matérielle de ces tâches.

Le décret autorise également les personnels de police technique et scientifique à placer eux-mêmes sous scellé les indices et prélèvements recueillis ou réalisés sur une scène d'infraction, dispensant ainsi l'officier de police judiciaire de sa présence sur les lieux lorsque celle-ci n'avait pas d'autres fins.

Comme le précise la Chancellerie, « les efforts de simplification et d'allègement de la procédure pénale constituent un engagement constant du Gouvernement afin de permettre aux enquêteurs comme aux magistrats de se concentrer sur leur cœur de métier et de renforcer l'efficacité des procédures, en même temps que ses garanties. Ces mesures de simplification seront prochainement complétées par voie de circulaire ».




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer