Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Salons : les “atouts Paris Île-de-France”

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Salons : les “atouts Paris Île-de-France”
© A.P.

Destination leader pour l'organisation de salons, la région Paris Île-de-France dispose d'une offre d'infrastructures et de manifestations pour le grand public et les professionnels unique au monde. Malgré cet avantage majeur, les entreprises de la région parisienne n'exploitent pas pleinement cet écosystème intense et bouillonnant… Pour certaines d'entre elles, cette méconnaissance constitue un frein dans leur stratégie de développement.

Selon une enquête du Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services (Crocis), l'observatoire économique de la CCI Paris Île-de-France, la région possède de très nombreux atouts et le plus important d'entre eux est sans nul doute le tourisme.

Avec 50 millions de visiteurs par an dont 20 millions d'étrangers, elle dispose du premier parc hôtelier au monde grâce à plus de 155 000 chambres mises à disposition des voyageurs. Mais Paris Île-de-France arrive aussi en tête dans le tourisme d'affaires grâce à ses salons et ses congrès.

La Région détient l'offre d'infrastructures la plus riche devant Shanghai

Avec 700 000 m² de surface d'exposition répartis sur une vingtaine de sites dédiés, la Région détient l'offre d'infrastructures la plus riche et la plus variée. Bien devant Shanghai et ses 600 000 m², la Ville lumière et sa région ont la capacité d'accueillir tout type d'événements professionnels.

450 salons chaque année

Avec des centres majeurs capables d'accueillir et de valoriser les grands évènements professionnels et culturels français et internationaux (Paris Nord Villepinte et Paris Expo Porte de Versailles), la Région Île-de-France met aussi à disposition ses sites de taille intermédiaire tout comme ceux de congrès-expositions de taille inférieure.

Grâce à ce savoir-faire exclusif, la région capitale accueille ainsi chaque année, en plus des nombreux congrès et événements d'entreprises, près de 450 salons (grand public, professionnels, mixtes), 100 000 exposants et pas moins de 9 millions de visiteurs.

Franchise Expo 2019 : le bilan

Franchise Expo Paris, qui a récemment fermé ses portes, s'est montré cette année particulièrement dynamique. Ce salon organisé par Reed Expositions et la Fédération française de la franchise a conquis à la fois ses 572 exposants et ses plus de 35 000 visiteurs. Il réaffirme par ailleurs son positionnement international avec 155 exposants étrangers et près de 3 000 visiteurs internationaux représentant 101 nationalités différentes.

Réel vecteur de développement et de dynamisme, la première région économique européenne reçoit sur son sol plus d'un million d'entreprises, en grande majorité des TPE (238 750) et des PME (48 280 au total).

À travers ces chiffres qui parlent d'eux-mêmes, c'est bel et bien un véritable vivier d'entreprises à sensibiliser aux bénéfices qu'elles pourraient tirer si elles décidaient de franchir le cap pour exposer.

Outil multifonction au service des entreprises…

D'après le Crocis, l'exposition publique donne de nombreux avantages aux entreprises qui souhaitent se faire connaître. À travers cette stratégie d'ouverture et de communication, elles peuvent prospecter plus facilement de nouveaux clients et défendre ainsi leurs offres et leurs produits.

Objectif ? Augmenter leur chiffre d'affaires (notamment à l'export) en développant de nouvelles méthodes commerciales.

De même, ces sociétés pourront aussi entretenir leurs réseaux et élargir des partenariats avec d'autres acteurs économiques, fruit d'un travail méthodique mêlant habilement prise de commande pendant l'événement et vente directe des produits sur le salon. Ces expositions garantissent également la fidélisation des clients actuels.

Même si chaque type de salon possède sa propre logique commerciale, les entreprises qui exposent sur les salons professionnels accordent une plus grande importance aux devis et à leur conclusion après l'événement.

Ces expositions leur permettent de signer des partenariats permettant un développement de l'activité sur le long terme.

… Et des filières d'excellence francilienne

Si toutes les sociétés n'ont pas vocation à exposer sur les salons, bon nombre d'entreprises d'Île-de-France appartiennent à des filières identifiées comme stratégiques.

C'est le cas de l'aéronautique (Salon du Bourget, Eurosatory), de l'agroalimentaire (SIAL – Salon international de l'alimentation), de l'automobile et des mobilités (Mondial de l'Auto), du numérique, de la santé, du tourisme, du sport et d'autres domaines encore.

Toutes ces filières spécifiques disposent sur le territoire de nombreux évènements qui se révèlent être de brillants outils pour faire rencontrer clients, prospects, fournisseurs, partenaires, concurrents et leaders d'opinion.

En Île-de-France, chaque filière stratégique est aujourd'hui structurée autour d'un tissu important de TPE et PME, de nombreux salons dont au moins un salon “leader” mature, ainsi que d'un (ou plusieurs) pôle de compétitivité avec, parfois, un réseau structuré de sociétés permettant de faire le lien entre l'ensemble des acteurs.

Beaucoup de visites, peu d'exposition

En 2018, 78 % des entreprises de la région Île-de-France étaient capables de citer le nom d'un salon de leur filière. Leur participation à l'un d'entre eux en tant que visiteur fait partie de leurs habitudes.

Un réflexe bien ancré puisque 55% de ces sociétés en visitent au moins un par an. Paris Île-de-France excelle en termes de visites puisque neuf entreprises sur dix qui se rendent sur un salon comme visiteur le font sur les salons franciliens.

Cependant, ces bons chiffres sont à nuancer avec ceux de leur participation en tant qu'exposant. 82 % des entreprises franciliennes interrogées déclarent ne jamais tenir de stand, 8 % se font connaître en n'exposant qu'une fois par an. 7 % ne le font que deux à trois fois par an et seulement 3 % des sociétés quatre fois (ou plus) par an.

En 2018, 78 % des entreprises de la région Île-de-France
étaient capables de citer le nom
d'un salon de leur filière.

Parmi celles qui exposent, 20 % ne participent à aucun salon sur le territoire francilien, préférant de loin se faire connaître en province ou à l'international.

L'enquête du Crocis montre que plus les entreprises sont grandes, plus elle ont tendance à exposer. En effet, 64 % des grandes sociétés (de 500 salariés ou plus) apparaissent sur au moins un salon contre 34 % des moyennes entreprises (entre 50 et 499 salariés) et 16 % des petites (moins de 50 salariés).

Cette différence se retrouve aussi sur le nombre de salons fréquentés : les grosses sociétés exposant sur cinq salons ou davantage sont six fois plus nombreuses que les moyennes et 16 fois plus que les petites entreprises.

Ainsi, la petite taille de l'entreprise rend bien souvent la présence plus compliquée.

En effet, il faut organiser et gérer les effectifs sur le salon, dégager le personnel nécessaire pour y être présent et trouver le budget adéquat. Pour la CCI d'Île-de-France, il s'avère donc fondamental qu'une attention toute particulière soit portée aux PME et TPE afin de mieux les sensibiliser et les accompagner.

Sept millions de contrats signés

Les entreprises (surtout les plus petites) justifient de plusieurs manières leurs réticences à exposer. 61 % des PME ne voient pas (à tort ou à raison) l'intérêt pour leur activité et 51 % d'entre elles jugent les coûts de participation trop élevés. 20 % de ces petites et moyennes structures estiment que leur présence à un salon est trop compliquée à organiser et 14 % manquent d'informations et d'accompagnement pour se lancer.

Le rapport du Crocis révèle qu'il y a donc un réel déficit de connaissance concernant l'apport réel des salons pour les entreprises, le salon étant pourtant un réel apporteur d'affaires.

En 2018, si l'on tient compte des retombées liées à la participation à un salon et les neuf mois qui suivent, les entreprises de moins de 10 salariés y ont réalisé en moyenne 68 000 euros de chiffre d'affaires. Celles de 10 à 49 salariés, 246 000 euros et celles de 50 salariés ou plus 658 000 euros.

Cela se traduit par un chiffre d'affaires global de 20 milliards d'euros pour 7 millions de contrats signés par les entreprises exposant sur les salons franciliens.

Au-delà du chiffre d'affaires, l'indicateur du retour sur investissement est à prendre globalement en considération : il reste nettement positif et ceci quel que soit le secteur étudié et le type de salons (professionnels et grand public).

Pour 1 euro investi par une entreprise, sa participation à un salon à Paris Île-de-France lui rapporte 2 euros en moyenne pendant la manifestation et 8 euros dans les neuf mois qui suivent. Par ailleurs, 77 % des PME franciliennes rentabilisent leur investissement dès leur première participation à un salon en tant qu'exposant




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer