Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Salaire des cadres : une hausse qui bénéficie surtout aux moins de 30 ans

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Salaire des cadres : une hausse  qui bénéficie surtout aux moins de 30 ans
@ DR

Sous l'effet d'une conjoncture bien orientée et dans un contexte de forte demande de compétences hautement qualifiées, la rémunération médiane des cadres progresse pour la seconde année consécutive. En 2018, le salaire brut annuel médian des cadres du secteur privé s'élève à 50 000 euros, soit une hausse de 4 % entre 2016 et 2018, après six années de stabilisation (de 2011 à 2016).

Au cours des cinq dernières années, ce sont les cadres de moins de 30 ans qui ont vu leur rémunération augmenter le plus vite : + 6 % entre 2014 et 2018.

La rémunération varie selon l'âge et s'établit à 39 000 euros pour les cadres de moins de 30 ans, alors qu'elle s'élève à 54 000 euros pour les quadragénaires. À l'échelle du territoire, l'Île-de-France figure en tête des régions les plus rémunératrices avec un salaire brut annuel médian de 52 000 euros. La Bourgogne Franche-Comté arrive en seconde position avec 50 000 euros, suivie des régions Grand Est et Centre-Val de Loire, toutes deux à 49 000 euros. En termes d'augmentation, les Franciliens sont également les mieux lotis. En 2018, 54 % d'entre eux ont été augmentés, soit 6 points de plus que les cadres des autres régions.

En 2018, si les hommes cadres gagnent 16 % de plus que les femmes cadres, en médiane brute annuelle de salaire, ce sont dans les fonctions commercial-marketing, communication-création, direction d'entreprise, gestion/finance/administration et production industrielle ainsi que dans le secteur du commerce, que les différences de salaire entre les hommes et les femmes cadres sont les plus importantes, avec des écarts supérieurs ou égaux à 20 % en faveur des hommes.

En 2019, près d'un cadre sur deux va demander une augmentation et 36 % d'entre eux pensent l'obtenir. Ce sont les cadres de moins de 30 ans qui se déclarent les plus optimistes, 63 % d'entre eux se disent confiants quant à leurs perspectives d'évolution salariale sur 3 à 5 ans (contre 21 % des plus de 50 ans).

En 2018, plus de 8 cadres sur 10 de moins de 30 ans, ayant connu un changement professionnel, ont bénéficié d'une hausse de salaire (vs 6 cadres sur 10 pour l'ensemble des cadres). Face aux plus âgés, l'écart se creuse considérablement. 36 points séparent la proportion de jeunes cadres « augmentés » de celle des plus de 50 ans dans deux situations : en cas de changement de poste au sein de l'entreprise et en cas de changement d'entreprise avec période de chômage.

Si négocier son salaire durant la phase de recrutement est courant pour 6 cadres sur 10, cela constitue une étape jugée délicate par une grande majorité de cadres.

Enfin, l'étude souligne que, malgré une issue qui peut paraître incertaine, les pratiques de négociation portent le plus souvent leurs fruits : 47 % des cadres qui ont abordé le sujet du salaire en phase de pré embauche ont obtenu la rémunération demandée, et 11 % ont même réussi à obtenir davantage.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer