Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

S'accomplir par la transmission d'entreprise

le - - Entreprise - Chiffre

S'accomplir  par la transmission d'entreprise
© A.P. - Christine Kerdellant, Yves Le Breton, Anne Anquetin, Daniel Porte, Bertrand Savouré et Dominique Restino ont ouvert cette 5e édition de Transfair. © A.P.

La reprise d'entreprise perçue par trois repreneurs qui en ont fait l'expérience, tel était l'objet de la conférence d'ouverture de la cinquième édition du Salon Transfair, intitulée “Ils ont dit oui à la reprise !”. Trois témoignages d'une reprise réussie, d'un épanouissement tant professionnel que personnel, d'une folle aventure dans laquelle se réaliser et se réinventer.

Le Salon Transfair, qui s'est tenu le 21 novembre dernier au Palais des Congrès de Paris, était consacré à la cession et à la transmission d'entreprise. Une cinquième édition à succès qui a accueilli plus de 2 000 visiteurs, dont 40 % de chefs d'entreprise. Lors de la conférence d'ouverture, animée par Christine Kerdellant, directrice des rédactions de l'Usine Nouvelle, la parole a été donnée à Anne Anquetin, directrice générale de Passementerie Verrier, à Daniel Porte, président de Monnet, et à Yann Le Breton, dirigeant d'APIC.

Leur point commun ? Être tous les trois d'anciens repreneurs. à ce titre, ils ont partagé leur expérience et leurs impressions sur ce long et stimulant projet qu'est la reprise d'entreprise.

A leurs côtés, Dominique Restino, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de Paris et Bertrand Savouré, président de la Chambre des Notaires de Paris, sont intervenus en tant que conseillers des cédants et des repreneurs dans leur domaine d'expertise respectif.

Similarité des profils

Les témoignages qui se sont succédé mettent en lumière de nombreuses similitudes. Cadres supérieurs, ils ont en commun le sentiment apparu au cours de leur carrière d'une perte de sens dans l'emploi qu'ils exerçaient et l'envie de se réinventer, de s'épanouir professionnellement. Concernant Daniel Porte, c'est l'insécurité de son poste qui l'a poussé vers la reprise d'entreprise.

« J'ai eu l'intuition que le fait de reprendre une entreprise m'apporterait davantage de sécurité que de rester cadre sup », exprime-t-il.

Combinant apport personnel et prêt bancaire, ils se sont alors lancés dans une véritable « prospection commerciale », à la recherche de la meilleure offre. Pour mener au mieux cette recherche, les témoins expliquent avoir suivi la formation CRA (cédants repreneurs d'affaires), dont ils vantent unanimement les mérites, qui met à disposition des repreneurs une véritable « boîte à outils » du rachat d'entreprise, une méthodologie d'action et des contacts afin de trouver les professionnels qui les accompagneront durant cette phase. Il s'agit d'experts-comptables mais également d'avocats ou de notaires : « ça ressemble beaucoup à une recherche de job », plaisante le président de Monnet.

Les inscrits reçoivent de nombreux conseils, essentiels pour les débutants, le premier d'entre eux étant de favoriser le rachat d'une entreprise « en bonne santé », selon les témoignages.

L'interprofessionnalité pour une reprise en toute sécurité

Le rachat d'une entreprise n'est pas un projet de tout repos. Il engendre de grandes responsabilités, représente un risque financier et engage le patrimoine du repreneur. Un rachat peut également impacter le conjoint et les enfants. D'un point de vue patrimonial, certaines questions doivent nécessairement se poser, en amont.

Dès lors, et partis de ce constat, les fondateurs de Transfair ont mis à l'honneur l'interprofessionnalité.

« L'idée était de réunir toutes les professions qui accompagnent les cédants et les repreneurs autour de la transmission », explique Bertrand Savouré, revenant sur l'esprit du Salon.

Les avocats, notaires et experts-comptables travaillent ensemble autour de la CCI de Paris afin d'accompagner les intéressés et d'anticiper les possibles difficultés, notamment celles d'ordre privé. Le rachat d'entreprise est une acquisition personnelle dont les conséquences patrimoniales peuvent être lourdes. Tel est le cas en matière de régime matrimonial : les régimes en communauté entraînent plus de risques et peuvent impliquer plus fortement le conjoint dans les affaires de l'entreprise. Bertrand Savouré, en qualité de notaire, recommande vivement aux intéressés de réorganiser leur patrimoine avant toute reprise et de protéger la fiscalité de la transmission, par une préparation en amont.

À titre informatif, la formation CRA aborde ces sujets et sensibilise à ces problématiques.

La CCI de Paris, quant à elle, forme et informe les cédants et les repreneurs au travers de deux clubs en Ile-de-France qui leur sont respectivement dédiés.
« La recherche d'entreprise, c'est un véritable job », lance Dominique Restino. L'apport de ces clubs est d'autant plus considérable qu'ils offrent retours d'expérience et contacts. Leurs services effectuent un « travail sur mesure pour arriver à savoir qui est l'homme, la femme et quel est son projet. »

« La CCI a une expertise fondamentale qui est le liant, ajoute son président, qui est indispensable aux repreneurs dans les premières années de recherche et le processus d'acquisition. »

Car, une fois le rachat effectué, c'est seul que les chefs d'entreprise doivent gérer la difficulté d'insuffler une nouvelle énergie, une nouvelle manière de travailler, en motivant leurs salariés. Comme l'explique Daniel Porte, « une reprise, c'est faire aller l'entreprise plus vite ». Anne Anquetin, quant à elle, codirige son entreprise avec son cédant qui, las de « tirer l'entreprise tout seul », souhaitait lui apporter « une nouvelle dimension de développement ».

Miser sur la jeunesse

Pas moins de 97 % des entreprises en France ont moins de 20 salariés, la plupart sont disséminées sur tout le territoire. Il y a donc un réel enjeu sociétal derrière la reprise de ces TPE et PME. Pour Dominique Restino, la clé réside dans la jeunesse. « Nous avons une jeunesse formidable », scande-t-il, une force vive sur laquelle s'appuyer pour reprendre des activités qui correspondent davantage à leurs problématiques de primo-repreneurs.

Valoriser la jeunesse, c'est également le credo de Vincent Lecorne, invité d'honneur de cette table ronde d'ouverture. PGD du Centre de transfert d'entreprise du Québec (CTEQ), il défend également le talent des jeunes dirigeants dans la reprise d'entreprises. Là-bas, l'âge moyen des repreneurs est de 38 ans et l'esprit d'entreprise est orienté vers la confiance envers les jeunes. Qu'il s'agisse du CTEQ ou d'autres organismes, de nombreux événements sont organisés dans tout le Québec afin de sensibiliser les propriétaires diligents, les repreneurs et les intervenants, avec l'aide de professionnels. Car la reprise d'entreprises, c'est avant tout une aventure collective.

La reprise en chiffres

- Marché très atomisé avec plus de 150 acteurs.

- Ratio moyen de 1 cédant pour 5 repreneurs.

- Marché confidentiel représentant 60 % des transactions.

- Délai moyen de reprise entre 12 et 24 mois.

- Temps de négociation moyen de 6 mois.

- Un repreneur étudie 40 à 50 dossiers en moyenne, en garde une quinzaine et fait des propositions à une demi-douzaine.

- Trois quarts des négociations échouent.

- 250 000 euros d'apport personnel moyen des repreneurs personnes physiques.

- Entre 5 000 et 7 000 transactions annuelles de PME chaque année en France.

- Les cessions de dirigeants qui partent à la retraite représentent moins de 50 % des transactions.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer