AccueilEntrepriseVie des entreprisesRSE : Bouygues Télécom lance une plateforme de bénévolat

RSE : Bouygues Télécom lance une plateforme de bénévolat

Bouygues Télécom a inauguré le 16 octobre dernier sa super-plateforme du bénévolat en ligne. Sébastien Hamonic, le responsable de la plateforme, nous explique le projet.
RSE : Bouygues Télécom lance une plateforme de bénévolat
© DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le , Propos recueillis par Margot HERRADA

Affiches Parisiennes : Depuis combien de temps travaillez-vous chez Bouygues Telecom ?

Sébastien Hamonic : Je travaille chez Bouygues Telecom depuis sept ans. J’ai débuté à la direction de la stratégie, où je m’occupais des études de marché. J’étais au plus près des consommateurs pour écouter leurs besoins et mettre en place de nouvelles offres ou services qui y soient adaptées.

A.-P : Et quel poste occupez-vous maintenant ?

S.B. : Depuis trois ans, je suis responsable marketing grand public, avec une double fonction de chef de projet, où je mets en place les projets de bout en bout, notamment la plateforme de bénévolat.

A.-P : Bouygues vient tout juste de lancer sa super-plateforme du bénévolat, pourquoi ?

S.H. : Bouygues Telecom possède une Fondation qui est extrêmement active depuis quinze ans. De nombreux salariés y sont impliqués, 15 % précisément. Ils s’investissent auprès d’associations et dans le bénévolat de manière générale. Nous cherchons sans cesse comment aider ces associations, comment mettre nos compétences à profit pour soutenir le bénévolat et accompagner ces structures dans leur transition numérique. Par exemple, nous avons créé Bbox Asso, une box internet dédiée aux associations et nous lançons maintenant la plateforme de bénévolat.

A.-P : Quels sont les objectifs de cette plateforme ?

S.H. : Tout d’abord, nous souhaitons faciliter et démocratiser le bénévolat en France. Bouygues Telecom compte aujourd’hui 26 millions de clients et beaucoup de Français veulent s’engager bénévolement mais ne savent pas comment le faire. D’après une étude réalisée pour Bouygues Telecom en septembre 2021 par l’institut de sondage de l’ObSoCo, ils seraient 3 Français sur 10 à souhaiter faire du bénévolat et cette plateforme a vocation à y contribuer en leur permettant de faire du bénévolat quand ils peuvent et pour les structures qu’ils choisissent. C’est une mission d’intérêt public qui nous tient à cœur en tant que grande marque.

Le deuxième objectif, c’est de continuer à digitaliser les associations. 10 % d’entre elles n’ont absolument pas commencé leur transition numérique et une grande majorité est en cours de transition dans ce domaine-là. La plateforme et notre partenariat avec OHME vont donc répondre à cet objectif en leur offrant une visibilité en ligne.

A.-P : Qui sont vos partenaires sur le projet ?

S.H. : Nous nous sommes associés à des partenaires très compétents dans le milieu associatif en ligne : JeVeuxAider.gouv, Tous Bénévoles et One Heart. Ce sont des plateformes importantes pour trouver une mission de bénévolat, d’où l’intérêt d’agréger l’ensemble de leurs missions disponibles sur une seule plateforme. Cela facilité les recherche et permet ainsi d’avoir plus d’impact. De plus, One Heart est un partenaire avec qui nous avons déjà travaillé lors de notre campagne de don de giga l’année dernière, avec la Croix-Rouge française.

A.-P : Depuis combien de temps travaillez-vous avec vos équipes à son élaboration ?

S.H. : Nous travaillions sur le sujet de l’engagement et du bénévolat bien avant la crise sanitaire, mais cette dernière a renforcé notre conviction de mettre en place une plateforme de bénévolat à destination des associations et de l’ensemble des Français, EN effet nous avons vu que l’une des difficultés majeures des associations était le recrutement de bénévoles Nous avons lancé notre plateforme dès le 16 octobre dernier.

A.-P : Pourquoi avoir proposé de faire du bénévolat et pas simplement des dons, financiers ou matériels, à travers cette plateforme ?

S.H. : Nous avons déjà fait des dons financiers et des dons matériels. Par exemple, nous avons fait don de 600 4G Box au SAMU social de Paris durant le confinement et à destination des centres d’hébergement. Avec le don de giga l’année dernière, nous avons donné 20 000 forfaits mobiles et 10 000 smartphones.

Bénévolat en Ile-de-France :

- sur Paris 729 missions à date  
- plus de 5000 missions disponibles dans tous les départements de la région 

Mais ça ne suffit plus. Le recrutement de bénévoles est une vraie priorité pour les associations, et en tant qu’acteur du numérique, nous nous devions d’agir. Il y a énormément besoin de bénévoles aujourd’hui. Par exemple, la Banque Alimentaire cherche plus de 10 000 bénévoles pour aider sur le mois de novembre, dans toute la France. Là où nous aidons, c’est en rendant accessibles à tous des offres de missions bénévoles, pour donner envie à des personnes qui n’ont jamais fait de bénévolat d’en faire un peu plus pour la société. 

A.-P : Quels sont les enjeux du bénévolat ? Peut-il avoir un véritable impact sur la société dans laquelle nous vivons, d’autant plus en cette période d’après crise ?

S.H. : Nous avons pu constater auprès des associations qu’Il y a plusieurs enjeux. D’abord, celui de fidéliser les gens qui s’inscrivent. L’association a un intérêt fort à faire revenir les bénévoles et les garder. Il y a aussi un enjeu à trouver des gens qualifiés pour certaines missions qui demandent des compétences précises. Par exemple, certaines associations recherchent des comptables et c’est plus facile pour une association d’être sur une grande plateforme de bénévolat pour trouver des profils plus rares.

A.-P : La plateforme s’inscrit dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire qui se déroule en novembre, a-t-elle vocation à perdurer à plus long terme ?

S.H. : Oui, bien sûr. Si aujourd’hui nous sommes dans une phase de lancement plateforme, avec donc un objectif de la faire connaitre au plus grand nombre, nous voulons poursuivre son déploiement et intégrer Benenova, une plateforme de missions de bénévolat courtes, avec qui nous travaillons déjà. Depuis quelques jours, nous cumulons déjà 1 500 visites quotidiennes dessus, et nous espérons que cela va augmenter. Lors du lancement, nous comptions 10 000 missions bénévolat recensées et nous sommes déjà à 12 000, moins d’un mois après.

A.-P : Que répondez-vous à vos détracteurs qui estiment qu’il s’agit là d’une campagne de communication pour redorer votre blason ?

S.H. : La Fondation Bouygues Telecom existe depuis 15 ans et nous avons l’ambition d’aller plus loin sur le sujet de l’engagement auprès des associations. C’est une plateforme ouverte à tout le monde, dans la continuité de ce que nous faisions avec la Fondation. Lorsque nous constatons que 15 % de nos salariés s’y investissent déjà, c’est dans notre ADN, il y a une vraie envie interne d’aller plus loin et c’est une véritable motivation. Avec ce projet, nous cherchons à promouvoir le bénévolat de proximité où il est possible de faire des missions en famille, avec des enfants, ou même ponctuellement. Beaucoup de missions à distance sont également à la portée de tous. Notre but avec la plateforme, c’est vraiment de démocratiser le bénévolat au maximum.

 

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?