AccueilEntrepriseVie des entreprisesRetour d’une dynamique positive pour l’emploi des cadres

Emploi cadre Retour d’une dynamique positive pour l’emploi des cadres

Après la pandémie de covid-19 et une année compliquée pour l’emploi cadre, la dynamique de recrutements de ce secteur est de nouveau positive et les prévisions pour le 4e trimestre globalement réjouissantes.
Retour d’une dynamique positive pour l’emploi des cadres
© DR - Pierre Gamblin et Gilles Gâteau ont présenté les résultats du baromètre de l'Apec

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) a publié dernièrement son baromètre du troisième trimestre de l’année de 2021. Les conclusions de l’étude réalisée par cet organisme sont plutôt encourageantes. La part des entreprises ayant recruté au troisième trimestre 2021 est supérieure de deux points à ce qu’elle était lors du troisième trimestre 2020. Autre indicateur venant confirmer cette reprise, le volume d’offres d’emploi cadre a dépassé pour la première fois celui de 2019. On remarque dans le même temps une augmentation de 8 % du volume d’offres d’emploi cadre par rapport au troisième trimestre 2019, dernière année avant le début de la crise sanitaire.

Les intentions de recrutement de cadres sont plus importantes chez les grands groupes et les ETI. Au total, 55% des entreprises de plus de 250 salariés souhaitent recruter au moins un cadre pendant le quatrième trimestre 2021, ce chiffre est cependant bien moins important dans les PME (18%) et dans les TPE (5%).

Du côté des cadres, la confiance est également retrouvée, son niveau est en augmentation concernant l’évolution de leur entreprise et leur évolution personnelle. L’Apec note une certaine sérénité retrouvée et une plus grande capacité à se projeter dans la mobilité qui était restée limitée pendant la crise. Cette envie de mobilité est d’autant plus forte chez les jeunes, où 62% se déclarent prêt à déménager pour leur évolution. Les raisons poussant les jeunes cadres à vouloir partir de leur lieu d’habitation et de travail actuel est la volonté d’améliorer leur cadre de vie. Cette préoccupation passe avant leur évolution et la possibilité de nouvelles perspectives professionnelles. Si l’Apec rappelle que l’ensemble des jeunes ayant déclaré leur intention de bouger ne le fera pas, cet indicateur permet tout de même d’anticiper une augmentation de la mobilité d’entreprise dans les prochains mois. De plus en plus de cadres voient le fait de changer d’entreprise comme une opportunité (53%) et non comme un risque (47%).

Le problème est la difficulté de recrutement

Si la plupart des indicateurs sont repassés au vert pour l’emploi cadre, une ombre au tableau persiste. Il s’agit de la difficulté de recrutement dans de nombreux secteurs d’activité, des métiers « en tension » que l’Apec a identifié comme étant :

  • Les ingénieurs du BTP, chefs de chantier et conducteurs de travaux ;
  • Les ingénieurs et cadres des télécommunications ;
  • Les ingénieurs et cadres d’administration, maintenance en informatique ;
  • Les ingénieurs et cadres technico-commerciaux ;
  • Les ingénieurs et cadres de la fabrication et de la production.

Les facteurs de la difficulté à recruter des cadres dans ces domaines sont multiples. Tout d’abord, ces secteurs n’attirent pas, ou peu les cadres, en raison de leur pénibilité, l’explication peut également être conjoncturelle. L’implantation géographique des entreprises joue également dans la facilité ou non à recruter des cadres. Les difficultés rencontrées par les entreprises lors des recrutements de leurs cadres ont également été identifiées et recensées par les équipes de l’Apec. Lors du deuxième trimestre 2021, deux entreprises interrogées sur trois estimaient avoir reçues trop peu de candidatures et plus de la moitié d’entre elles annonçaient que les candidatures reçues ne correspondaient pas au profil recherché.

La reprise ne bénéficie pas à tous les cadres

Si de manière générale, les chiffres sont plutôt positifs, la reprise n’a pas bénéficié à tous les cadres. Pour les seniors et les jeunes, la reprise est plus timide et le retour à l’emploi des cadres seniors est difficile. L’Apec précise qu’à 55 ans, un cadre a encore un quart de sa vie professionnelle devant lui. L’accompagnement de ce public vers l’emploi est donc une des priorités de l’Apec qui met en place plusieurs dispositifs à leur disposition. Pour les managers, les cadres seniors ont de nombreux atouts. La première qualité recherchée par les managers est l’expérience, vient ensuite la qualité d’expertise et le relationnel. Cette expérience est notamment recherchée pour échanger avec les jeunes générations de cadre. L’opération « Talents Séniors » a été lancée dans le but d’accompagner les cadres de plus de 50 ans dans leurs démarches de retour à l’emploi. Créée par l’Apec, elle a été expérimentée cette année dans sept régions. Dans chacune d’entre elles, 50 binômes ont été formés. Ces duos étaient composés d’un cadre sénior demandeur d’emploi et d’une personnalité économique, qui devait coacher le cadre. Ce dernier sera suivi pendant un an par son référent et par un consultant de l’Apec, à raison d’un rendez-vous par mois. Il va également participer à divers ateliers visant à renforcer sa confiance en lui et à préparer les candidatures et les éventuels entretiens.

Les néo-diplômés exclus de la reprise

Tout comme leurs aînés, les jeunes cadres, fraîchement diplômés, ont encore du mal à voir les bénéfices de la reprise. En effet, selon le baromètre de l’Apec, le taux d’emploi mois après l’obtention du diplôme est en nette régression. Il y a un an, il s’établissait à 85 %, c’est désormais seulement 69 % d’entre eux qui obtiennent un emploi dans l’année suivant la fin de leurs études. On observe également une précarisation des contrats obtenus par ces jeunes cadres. Le taux d’embauche en CDI a baissé de 10 points en un an. Les diplômés en 2018, étaient 69 % à avoir été embauché en CDI, ils n’étaient que 59 % dans la promotion de l’année suivante. A l’inverse, le taux d’emploi en CDD a bondi de 12 % entre les deux promotions passant de 25 à 37 %. Comme pour les séniors, l’Apec met en place des dispositifs de soutien et d’accompagnement. Entre septembre 2020 et l’été 2021, l’association a accompagné 50 000 jeunes diplômés, ils seront 40 000 de plus l’année prochaine. A l’issue des ateliers « Objectif premier emploi », mis en place par l’Apec, 77 % des jeunes ont décroché un entretien pour un CDD ou un CDI.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?