Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Résultats de l'étude Transfair : attractivité et intuition, critères clés de reprise

le - - Droit - Actualité du droit

Résultats de l'étude Transfair : attractivité et intuition, critères clés de reprise
@ A.P.

Infopro Digital Études, en partenariat avec le salon Transfair, vient de publier les résultats de son étude annuelle sur « ce qui rend une entreprise attractive aux yeux des repreneurs ». À quelques jours des Rencontres de la transmission d'entreprise, qui se tiendront le 21 novembre prochain au Palais des Congrès de Paris, voici un éclairage sur les critères d'influence d'une reprise d'entreprise.

C'est en présence des fondateurs du salon Transfair qu'InfoPro Digital a publié les résultats de son étude. S'agissant de la méthodologie, un questionnaire auto-administré a été mis en ligne du 9 septembre au 14 octobre derniers, et communiqué à un échantillon de 204 répondants, composé de repreneurs d'entreprises, de cédants et de personnes intéressées par une reprise.

Âgés de 43 à 73 ans, 40 % d'entre eux se situent en Ile-de-France. Dans le panel interrogé, 60 % sont des dirigeants, dont 54 % d'entre eux d'une entreprise de moins de dix salariés, et 43 % avec un chiffre d'affaires de moins d'un million d'euros.

Ainsi, 68 % des répondants sont des repreneurs et, parmi eux, 42 % mènent cette reprise pour leur compte exclusif. A contrario, 52 % sont des cédants et 44 % d'entre eux, exclusivement pour leur compte. De l'ensemble du panel, 44 % ont les deux statuts et 24 % se disent intéressés par une cession ou une reprise, sans être actuellement concernés.

Reprise d'entreprise : entre performance et intuition

Parmi les questions posées, les répondants ont dû indiquer ce qui caractérisait l'attractivité d'une entreprise dans le cadre d'une reprise. Pour 55 % des répondants, le potentiel de croissance de l'entreprise est le premier critère. Viennent ensuite l'activité de l'entreprise à 39 %, la rentabilité à 37 %, ou encore la valeur, à 25 %.

Cette position est félicitée par l'un des fondateurs, Laurent Benoudiz, président de l'Ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France.

« En pariant sur le potentiel de croissance d'une entreprise, les repreneurs ont raison! En effet, les chiffres montrent que, grâce aux investissements et à l'élan du nouveau dirigeant, une reprise permet bien souvent d'améliorer la croissance et l'emploi », explique-t-il.

Toutefois, le sondage met en avant l'influence de l'intuition et du conseil des professionnels dans la décision de reprise: le premier critère émotionnel, noté de 0 à 5, obtient une moyenne de 3,4/5, les notes les plus hautes ayant été données par les répondants intéressés puis par les repreneurs exclusivement pour le compte d'une entreprise. Le second, qui influence la décision de 80 % des répondants, obtient, lui, une moyenne de 3,3/5.

Plus précisément, les repreneurs pour le compte d'une entreprise sont ceux qui accordent le plus d'importance aux conseils des professionnels.

L'humain toujours au centre des décisions

En troisième position, la dimension humaine est un facteur de décision de reprise. Les critères majeurs sont l'équipe, les ressources humaines et le savoir-faire de l'entreprise puis les talents internes, qui influencent la prise de décision de 92 % des répondants.

Pour Dominique Restino, vice-président de la CCI Paris Ile-de-France, président de la CCI Paris, « la principale richesse de l'entreprise est celle des collaborateurs qui la composent. C'est un lien de confiance qui entraîne le dynamisme entrepreneurial entre cédant, repreneur et collaborateurs ».

Quand le rationnel se mêle à l'émotionnel

Lors de la décision de reprise, l'influence des critères rationnels, notés de 0 à 5, est en moyenne de 3,6/5, suivie de près par celle des critères émotionnels, avec une note moyenne de 3,2/5.

Par ailleurs, si 85 % des répondants se définissent comme rationnels en affaire, 49 % sont influencés par les valeurs véhiculées par l'entreprise plutôt que par sa valeur économique, et 30 % prennent en compte le plaisir entrepreneurial.

Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux, apporte des éléments d'explication à ce constat. Selon elle, « l'élément central qui guide tout repreneur dans sa prise de décision est objectif et rationnel. Deux autres éléments importants entrent également en considération : un élément subjectif qui relève de l'intuition mais également le conseil d'un avocat ».

La présidente du CNB a d'ailleurs souligné l'importance du rôle d'accompagnement de l'avocat tout au long du projet de reprise ou de cession.

L'étude indique également que le plaisir entrepreneurial est un critère qui influence 74 % des répondants et davantage ceux qui n'ont pas encore repris d'entreprise. à ce titre, les deux tiers estiment avoir l'intention de reprendre une entreprise au cours des deux prochaines années et 45 % d'entre eux disposent, pour cela, d'un budget de 100 000 à 500 000 euros.

Attrait du territoire

Enfin, l'attractivité du territoire est un critère qui s'avère fondamental pour les répondants, plus que celui de l'attachement au territoire (qu'il soit d'ordre affectif ou personnel à une région ou une localité). De fait, 59 % estiment être influencés par cet attachement mais seuls 8 % qualifient cette influence de primordiale.

Or, pour 71% l'attractivité territoriale est un critère qui influe davantage sur leur décision de reprise. La région Ile-de-France en est le parfait exemple puisqu'elle représente, avec le territoire du Grand Paris, 30 % du PIB français et offre de nombreuses opportunités aux cédants et repreneurs.

« La vocation du salon Transfair est d'apporter une solution à cette attractivité du territoire et de répondre aux questions concrètes des acteurs de la transmission. Dans ce cadre, les notaires du Grand Paris sont les conseillers des chefs d'entreprise, pour les aider à anticiper la cession, véritable gage d'une transmission réussie », conclut Bertrand Savouré, président de la Chambre des Notaires de Paris.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer