Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Rénovation énergétique : 78 % des Français ignorent l'existence d'aides

le - - Actualité - Informations générales

Rénovation énergétique : 78 % des Français ignorent l'existence d'aides
© A.P. - La conférence sur la rénovation énergétique a fait salle comble au Parc des expositions à Paris.

L'environnement était un des thèmes traités lors de la 23e édition du Salon des maires et des collectivités locales, créé en 1996 en parallèle du Congrès des Maires, qui s'est tenue récemment Porte de Versailles. Consacrée à la rénovation énergétique, une conférence a présenté aux élus les résultats d'une étude exclusive sur les besoins des collectivités et les solutions existantes en la matière.

En France, de tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d'énergie, représentant 43 % des consommations énergétiques. Le bâtiment produit chaque année plus de 120 millions de tonnes de CO2, soit 20 % des émissions nationales.

Par ailleurs, le plus grand potentiel d'économies en matière de gaspillage d'énergie et d'émission de CO2 provient de ce secteur. La rénovation énergétique est un défi majeur pour les collectivités locales. Le contexte budgétaire contraint les maires à trouver des solutions innovantes pour réduire l'empreinte écologique des bâtiments et résorber la précarité énergétique.

L'édition 2018 du Salon des maires a été marquée par une conférence intitulée « Rénovation énergétique : quels sont les attentes et les besoins des collectivités ? ».

"Il faut mettre en place des dispositifs pour informer
les ménages et les accompagner avant, pendant et après
les travaux."

Animée par Jérôme Gatier, directeur de la mission Plan bâtiment durable au ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Jean-Claude Migette, président de Coda Stratégie, Mathieu Paillot, président de Teksial, Vincent Perrault, responsable du programme Habiter mieux de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), et Roselyne Forestier, coordinatrice nationale des plateformes de rénovation de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), cette table ronde a permis d'ouvrir les débats au regard des résultats d'une étude exclusive, menée par Teksial et Coda Stratégies, sur les besoins des collectivités et les solutions permettant de massifier les rénovations.

Absence d'accompagnement

Selon les résultats de l'étude Teksial-Coda Stratégies, 78 % des Français ne connaissent pas les aides financières pour mener des travaux de rénovation énergétique.

Pour le président de Teksial, « 77 % des Français disent que la rénovation énergétique est un domaine compliqué. Quand les Français ont envie d'y aller, il faut les accompagner. Il y a une grande différence entre informer et accompagner. De nos jours, l'information est partout. L'accompagnement, en revanche, c'est la prise en charge de la complexité du projet énergétique, en aidant le particulier dans sa relation avec son artisan ».

C'est pourquoi Teksial propose un service d'accompagnement gratuit pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique.

« L'impression générale est qu'il y a manifestement une prise de conscience de la rénovation énergétique, mais les collectivités se positionnent plus comme des distributeurs d'aide que comme des chefs d'orchestre », commente Jean-Claude Migette, président de Coda Stratégie.

Selon Jacques Bouvard, adjoint au maire à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : « c'est un élu local qui doit expliquer l'intérêt de la rénovation énergétique aux habitants plutôt qu'un industriel. Il y a toujours un retrait de confiance à l'égard d'un industriel ».

Vers un partenariat public-privé ?

Si l'Etat et les collectivités ont un rôle important à jouer, seuls les acteurs privés sont capables de déployer des actions marketing pour « faire rêver de la transition énergétique et de la rénovation énergétique », souligne le président de Teksial.

Jean-Claude Migette et Roselyne Forestier expliquent les avantages de la rénovation énergétique. © A.P.

Pourtant, l'Etat doit garantir un environnement favorable et stable du secteur, tandis que les collectivités peuvent coordonner localement l'action des entreprises.

Selon Mathieu Paillot, « il faut mettre des dispositifs pour informer les ménages et les accompagner avant, pendant et après les travaux. L'intérêt des acteurs publics c'est l'impartialité, c'est le tiers de confiance, c'est la connaissance d'un territoire et de ses habitants. Tandis que pour les acteurs privés, c'est l'efficacité, le marketing et la capacité à convaincre d'y aller ».

Faire appel à des acteurs privés permet de mettre à disposition un accompagnement gratuit pour les Français.

« Contrairement à l'accompagnement public, le privé est gratuit. Nous arrivons à financer nos conseils, notre accompagnement, notre marketing sur les résultats des travaux de rénovation énergétique », poursuit le professionnel.

D'après les résultats récents publiés par l'Ademe, le coût d'une plateforme d'accompagnement, au regard en moyenne de 500 000 logements rénovés, s'élève à 500 millions d'euros par an.

En alliant les points forts du privé et du public (l'impartialité, la connaissance du territoire, le marketing, les coûts maîtrisés), l'accompagnement des particuliers pourrait être développé.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer