Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Régler le déficit d'attractivité de la profession de CAC

le - - Entreprise - Experts-comptables

Régler le déficit d'attractivité de la profession de CAC
© A.P. - Une table ronde a débattu de la question de l'attractivité lors des Assises de la CNCC.

Pour Jean Bouquot, président de la CNCC, parvenir à augmenter le niveau d'attractivité de la profession de commissaire aux comptes est un des défis les plus pressants à relever pour cette profession réglementée vieillissante. Pourtant, son périmètre d'action ne cesse de s'élargir et les professionnels de l'audit comptable participent activement à la croissance économique du pays.

Il y a actuellement en France 13 500 commissaires aux comptes, travaillant dans des structures de taille et profils très variés, qui emploient au total environ 45 000 personnes. Selon Jean Bouquot l'attractivité est « une vraie préoccupation aujourd'hui » car la profession vieillit. L'âge moyen des CAC augmente tandis que le nombre d'entrants dans la profession baisse.

« Comme d'autres professions réglementées, nous sommes confrontés à une problématique de renouvellement, presque un enjeu de survie si nous ne faisons rien », a souligné le président de la CNCC devant ses confrères.

L'attractivité est d'ailleurs l'une des cinq priorités que Jean Bouquot s'est fixée dès son élection en février dernier, parmi l'unité de la profession, le numérique, la territorialité et les périmètres d'intervention.

« Nous connaissons une forte baisse d'attractivité de notre métier », confiait-il dans nos colonnes en septembre dernier à l'occasion du 72e congrès des experts-comptables.

« Il faut qu'on continue d'attirer les talents mais surtout qu'on les retienne », Philippe Castagnac

Pourtant, la profession a de nombreux atouts. Les CAC ont un rôle majeur dans la société en ce qu'ils sont des producteurs de transparence et confiance, dans le domaine financier mais aussi social et environnemental. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Benjamin Griveaux, a d'ailleurs souligné ces qualités lors la "Journée PE" la veille des Assises, et rappelé que « la relève est importante ».

Yves Pascault (CJEC), Frédéric Dardel (Paris Descartes) Chritine Guéguen (H3C), Philippe Castagnac (département EIP) et Isabelle Gounin-Levy (animatrice) ont débattu de l'attractivité des CAC devant une salle comble.© AP

Une table ronde a ainsi débattu de la question de l'attractivité sans tabous. « Il faut qu'on continue d'attirer les talents mais surtout qu'on les retienne », a expliqué Philippe Castagnac, CAC président du département EIP. C'est le cas grâce à l'élargissement des missions des cabinets.

« Les étudiants ne sont plus attirés par un seul métier mais par une pluralité de missions », a ajouté Frédéric Dardel, président de l'université Paris Descartes. « Ils n'ont qu'une vision partielle des métiers et pensent un peu par défaut », a-t-il déploré en invitant les CAC à venir se présenter dans les amphis. La faculté organise désormais des rencontres avec les professionnels, réalise des clips vidéo sur les professions, et commence à développer des parcours d'apprentissage dans le domaine des affaires.

Le CJEC met en place une plateforme pour faciliter la transmission des mandats entre les aînés et les jeunes

Yves Pascault, président du Club des jeunes experts-comptables et commissaires aux comptes, a expliqué qu'il faut non seulement retenir les talents mais aussi les diplômer et les accompagner. Une partie des jeunes CAC délaissent ce rôle car ils n'arrivent pas à obtenir de premier mandat. Pour y remédier, le CJEC met en place une plateforme pour faciliter la transmission des mandats entre les aînés et les jeunes en formant des binômes.

Enfin, Chritine Guéguen, présidente du H3C, l'organe régulateur de la profession, a précisé que l'attractivité de la profession est au premier plan de ses préoccupations car la mission majeure du H3C est d'accroître la qualité de l'audit, « donc de faire appel à des ressources humaines de qualité ». Si la mission légale devrait avoir une attractivité suffisante selon elle, le régulateur doit aussi se demander en quoi, par son action, il peut être un frein à l'attractivité de l'activité. Elle a ainsi dénoncé un « certain excès de zèle » dans certains contrôles, sous les applaudissements.

Tous les intervenants ont mis en avant les qualités de cette profession technique mais aussi humaine qui, contrairement aux clichés, n'a pas que le nez dans les chiffres !

« Les étudiants ne sont plus attirés par un seul métier mais par une pluralité de missions », explique Frédéric Dardel. © AP




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer