Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Régionales 2021 : Laurent Saint-Martin, le candidat qui veut redonner goût à l'Ile-de-France

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Régionales 2021 : Laurent Saint-Martin, le candidat qui veut redonner goût à l'Ile-de-France
© Notaires du Grand Paris - « Je souhaite que l'échelon local soit mieux préservé et que la Région ait un rôle plus puissant », déclare le candidat LREM aux Régionales Laurent Saint-Martin.

Dans le cadre de son cycle de rencontres avec les candidats aux élections régionales 2021, les Notaires du Grand Paris ont invité le député du Val-de-Marne et Rapporteur général du budget Laurent Saint-Martin (LREM) lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a présenté ses projets et ambitions pour la région Ile-de-France.

Lors d'une rencontre menée par le journaliste Gilane Barret, et en présence de Cédric Blanchet, président de la Chambre des notaires du Grand Paris, le candidat aux prochaines élections régionales Laurent Saint-Martin, en tête de la liste de la majorité présidentielle Envie d'Ile-de-France, a présenté son programme électoral, en partie né du constat que beaucoup de Franciliens ont envie de quitter la Région.

L'enjeu global est donc de redonner l'envie aux habitants d'y vivre, en utilisant toutes les capacités d'action à disposition. Le candidat a ensuite insisté sur sa volonté de donner du sens à son engagement politique et de mener une « campagne politiquement claire », estimant que la clarté politique est un respect à avoir vis-à-vis des électeurs.

En tant que représentant de la majorité présidentielle, il s'est dit fier de ce qui a été fait en matière sociale, économique, financière et souhaite porter au niveau régional le savoir-faire politique national, avec de réelles propositions de fond. Pour Laurent Saint-Martin, le plan de relance sera le plus gros levier d'action pour donner à la région Ile-de-France les clés d'un rebond économique, de créations d'emplois, de nouvelles opportunités d'investissements, de davantage de compétitivité et de croissance verte.

Ses objectifs : répondre aux problèmes quotidiens des Franciliens (logement, transports, insécurité, travail, pouvoir d'achat etc.) et faire face aux grandes mutations qui attendent la Région et que la crise sanitaire et économique a contribué à créer.

« Tout ce que j'ai fait dans ma vie politique depuis maintenant quatre ans, je l'ai fait avec une seule boussole, un seul objectif, la prospérité et l'emploi dans notre pays. », a-t-il clamé.

Relance économique : renforcer l'attractivité du territoire

Le candidat aux régionales ambitionne de redonner toute son attractivité à l'Ile-de-France, en permettant à l'économie et aux entreprises franciliennes d'attirer des investisseurs, et notamment des investisseurs étrangers, grâce à un niveau de fiscalité et de réglementation suffisamment attractifs pour eux. Laurent Saint-Martin a enfin assuré qu'en tant que président de région, il n'augmenterait pas la fiscalité des entreprises, estimant que « la fiscalité en réponse à la crise est une double faute, d'abord technique et ensuite politique ».

Ce dernier veut également développer dans sa Région une compétitivité « verte », basée sur le principe de ne jamais opposer croissance et transition écologique. Cela implique d'avoir confiance en les capacités d'innovation de la Région et en les entreprises plus respectueuses de l'environnement, en investissant à leurs côtés.

Le candidat souhaite aussi que l'Ile-de-France, dans le cadre de son engagement contractuel avec l'Etat, mette davantage l'accent sur tous les crédits à la relance qui permettront le verdissement de l'industrie, afin que « les nouvelles opportunités économiques soient aussi de nouvelles opportunités écologiques », a-t-il expliqué, confirmant sa volonté de faire de l'écologie « un vecteur d'emploi et de création de valeur ».

Autre point clé de son programme, la création d'un Fonds d'épargne populaire et citoyen, avec l'objectif d'obtenir 2 milliards d'euros pour financer la relance. Ce fonds vise à faire se rencontrer le besoin d'épargne croissant des Français avec le besoin de renforcement de fonds propres des petites entreprises, des commerçants et des artisans. Il s'agirait de créer, avec l'aide d'une société de gestion, une « passerelle » entre le citoyen et son économie locale, un « patriotisme économique local » en somme. Techniquement, le citoyen placerait un euro, tout comme la région, et accepterait que son épargne soit bloquée pendant 5 ans pour assurer le rendement nécessaire.

Interrogé sur la gouvernance de l'Ile-de-France et son millefeuille territorial, que la Métropole du Grand Paris vient accentuer, le candidat a tenu à rappeler son engagement pour les projets communs du Grand Paris, comment faire de la Seine-Saint-Denis un pôle industriel puissant ou encore s'assurer que Paris et la Petite couronne fonctionnent ensemble et soient plus puissants. Sur l'aspect politique du projet, Laurent Saint-Martin a souligné qu'une proposition de loi a été déposée par les députés de la majorité pour que les communautés de communes deviennent des EPCI à fiscalité propre, et soient donc des échelons qui aient la possibilité de lever la taxe et l'impôt pour assurer leurs compétences avec plus d'autonomie.

« Je souhaite que l'échelon local soit mieux préservé et que la Région ait un rôle plus puissant, qu'elle soit la cheffe de file d'une vision claire de l'aménagement du territoire », a-t-il exprimé.

Travail, logement et cadre de vie

Si, conséquence de la crise sanitaire, les modes de travail ont évolué, la relation au travail doit être repensée, selon Laurent Saint-Martin. Le télétravail a été vecteur de nouvelles pratiques et d'une nouvelle dynamique, comme par exemple le lissage efficace du trafic pendant les heures de pointe, à conserver. Pour améliorer les conditions de travail, notamment des gens qui ne peuvent pas télétravailler chez eux, le candidat est favorable à la création de tiers lieux, des espaces de coworking où les Franciliens viendront travailler plus près de chez eux sans avoir besoin de s'engorger dans les mêmes transports en commun. Ces tiers lieux seraient notamment basés aux portes des 68 gares du Grand Paris Express qui deviendront de réels quartiers de « services-logements-business ».

S'agissant de la question du logement, le député croit beaucoup en « la mixité sociale » et s'est dit pour le développement des logements sociaux, dans lequel la Région aurait une responsabilité d'action. Celle-ci doit être un « financeur de spécialisation » et agir, avec l'Etat, dans la lutte contre les logements indignes, contre les marchands de sommeil, agir pour résoudre toutes les problématiques locales. Si la Région seule ne fera pas baisser le prix du foncier, elle peut, avec son pouvoir d'attractivité et d'aménagement du territoire, redistribuer les façons de vivre par pôle plutôt qu'autour de Paris et donc créer des « espaces de respiration » qui modifieraient nécessairement le prix du foncier.

Sur le sujet des transports, le candidat s'est dit opposé à leur gratuité pour tous en Ile-de-France, une mesure soutenue par sa rivale Audrey Pulvar, qui représenterait une privation de ressource trop importante pour Ile-de-France Mobilités, mais pour la mise en place d'une aide à l'acquisition de véhicule propre.

En effet, le candidat souhaite faciliter l'achat d'un véhicule électrique, encore considéré comme financièrement inaccessible, et accompagner les Franciliens dans la transition écologique. L'objectif est d'arriver à ne faire payer aux citoyens éligibles aux aides d'Etat que 30 % du prix total grâce à une bonification de la Région de ces dernières, soit environ 5 000 à 6 000 euros à sa charge par véhicule.

Enfin, s'agissant du calendrier du Grand Paris Express (GPE) et de la priorisation du projet par rapport à la rénovation des lignes existantes gérées par IDF Mobilités, le député a insisté sur le fait qu'il s'agit d'un enjeu considérable d'aménagement du territoire et de la petite couronne francilienne ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer