AccueilEntrepriseRéformons nos organisations patronales

Réformons nos organisations patronales

Les représentations patronales semblent vouloir amorcer un nouveau modèle « unique » et fort, pour la défense de nos entreprises françaises.
Réformons nos organisations patronales

Entreprise Publié le ,

Laurence Parisot, présidente du Medef, a proposé par voie de presse de fusionner l’organisation avec la Cgpme. Une annonce accueillie froidement par son président, Jean-François Roubaud.

Dans une lettre adressée trois jours plus tard aux 600 000 entreprises adhérentes, il a écrit : « La Cgpme fait actuellement l’objet de manœuvres, sorte d’OPA inamicale, qualifiées par les journalistes de tentatives d’absorption de la part du Medef en désaccord notamment sur la refonte de la représentativité patronale. Le président et les vice-présidents de la Confédération Générale des PME tiennent néanmoins à réaffirmer avec force leur volonté de ne pas céder aux pressions, fussent-elles financières, visant à remettre en cause l’indépendance de l’organisation des PME. Ils mettront donc tout en œuvre pour que le patronat français continue à représenter la réalité du tissu économique de la France, composé d’une part de grandes entreprises et d’autre part de PME, de TPE et d’artisans ». La Cgpme argue que la défense des intérêts de nos petites entreprises ne serait plus assurée et profiterait davantage à nos grands groupes.

Le Medef doit faire face à l’heure actuelle à un « grand écart entre les intérêts des grandes entreprises et des petites », a récemment affirmé, Gilles Babinet, entrepreneur et ancien président du Conseil national du numérique.

Face au risque que représenterait un manque de pluralisme, l’idée ne serait-elle pas de réformer ces organisations, tout en leur laissant l’autonomie nécessaire pour défendre nos entreprises ?

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?