AccueilDroitActualité du droitRéforme de la haute fonction publique : le rapport Thiriez remis au Premier ministre

Réforme de la haute fonction publique : le rapport Thiriez remis au Premier ministre

Frédéric Thiriez a officiellement remis au Premier ministre les 42 propositions de son rapport sur la réforme de la haute fonction publique.
Réforme de la haute fonction publique : le rapport Thiriez remis au Premier ministre
@ DR

DroitActualité du droit Publié le ,

Après neuf mois d'élaboration, le rapport Thiriez, intitulé “Pour une haute fonction plus agile, plus attractive et plus représentative” a été remis au Premier ministre et rendu public.

Parmi la quarantaine de propositions, l'une d'elles suggère de faire disparaître l'École nationale d'administration (ENA) au profit d'un nouvel établissement d'enseignement supérieur, l'École d'administration publique (EAP).

« Décloisonner la haute fonction publique »

L‘un des objectifs affichés de cette réforme est de décloisonner les formations des fonctionnaires. Pour ce faire, le rapport prévoit un socle commun de six mois à tous les élèves des sept grandes écoles de service public, comprenant une phase de préparation militaire de trois semaines, une phase d'encadrement des jeunes du Service national universel de la même durée et quatre mois de stage sur le terrain, dans différentes administrations. Le rapport supprime le classement de sortie à l'EAP et le remplace par la mise en place d'une phase « d'affectation par rapprochement des offres et de demandes » afin d'éviter tout risque de favoritisme. Le texte est également revenu sur l'immédiateté de l'entrée dans le grand corps, en faveur d'un recrutement différé.

Un recrutement plus éclectique

La réforme de la haute fonction publique prévoit également une diversité du recrutement, autant pour les élèves, grâce à des épreuves avec options, que pour les membres des jurys, dont la composition serait revue et la formation généralisée.

Un concours unique serait organisé pour toutes les écoles administratives, parallèlement à un autre, spécialement consacré aux jeunes issus des famille les plus modeste, qui leur réserverait 10 % de l'effectif des promotions pour accéder aux écoles du service public. En outre, le texte propose de créer une vingtaine de classes préparatoires publiques, avec au moins une classe par région, Outre-mer compris.

Des carrières plus dynamiques

Outre les modes de recrutement et de formation des hauts fonctionnaires, l'ambition du rapport est également de valoriser le potentiel de ces derniers et de renforcer leurs compétences au cours de leur carrière. Pour la dynamiser, le rapport prévoit, entre autres, de mettre en avant le mérite, via des évaluations, ainsi que la formation continue et de lutter contre « les situations acquises ». Un « réel suivi RH » est ainsi préconisé. Il est notamment suggéré de réviser le référentiel des compétences des hauts fonctionnaires pour qu'il intègre davantage la notion d'innovation, de renforcer l'évaluation, la formation et la reconnaissance des performances des cadres supérieurs.

Enfin, obligation serait faite de publier les postes de cadres dirigeants de l'État à pourvoir et de penser une meilleure mobilité afin d'encourager et de sécuriser le passage du secteur public vers le privé. n

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?