AccueilEntrepriseVie des entreprisesRef 2022 : Bruno Le Maire rassure les entrepreneurs

Ref 2022 : Bruno Le Maire rassure les entrepreneurs

Lors de la Rencontre des entrepreneurs français, organisée par les Universités d’été du Medef, Bruno Le Maire s’est montré rassurant sur la gestion des crises et a réitéré ses objectifs pour les prochains mois.
Ref 2022 : Bruno Le Maire rassure les entrepreneurs
© AP

EntrepriseVie des entreprises Publié le , Laura Ouvrard

La fin du gaz Russe, la remontée des taux des banques centrales, la guerre en Ukraine qui dure, la crise climatique ou encore l’inflation, Ruth Elkrief a mis Bruno Le Maire face au climat inquiétant dans lequel la France s’apprête à vivre cet hiver, lors de la Rencontre des Entrepreneurs Français (Ref).

« Je veux le dire avec beaucoup de force, l’économie française résiste. Les chiffres sont solides et j’aborde cette rentrée avec détermination et confiance ». C’est cet optimisme que le ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique a brandi dès le début de cet entretien face aux entrepreneurs. L’objectif étant d’obtenir des bons résultats économiques, la politique de l’offre est défendue : « Notre politique est simple : moins d’impôts, plus de travail et plus de richesse pour tous les Français, puisque cela donne des résultats sur l’emploi, sur la croissance, sur l’investissement et sur l’attractivité de la France ».

Gestion de la crise énergétique

La veille, c’est Elisabeth Borne, Première ministre, qui s’était exprimée sur la gestion de la crise énergétique en demandant aux administrations, grâce à une campagne d’information sur les éco-gestes, une certaine sobriété énergétique. Mais cette adaptabilité pose la question de la compatibilité avec la croissance économique. « La réduction du chauffage dans les entreprises et les administrations est une source d’économie qui ne pénalise ni la croissance, ni l’emploi et encore moins le pouvoir d’achat », a défendu Bruno Le Maire.

Au même titre que pour les citoyens, où l’objectif est d’amortir le choc inflationniste, les entreprises bénéficient également du gel des prix du gaz ou du plafond d’électricité à 4 %. Il existe notamment un guichet auprès duquel les sociétés peuvent venir chercher des aides financières pour alléger la facture énergétique. « La condition pour tout le monde, c’est de faire des économies d’énergie. Je ne veux pas pour autant donner le sentiment qu’il y a ceux qui vont devoir en faire et ceux qui pourraient s’en exonérer. C’est un engagement national qui concerne chaque citoyen, chaque entreprise, chaque administration et chaque commerce. Plus nous serons responsables dans la consommation d’énergie, plus nous éviterons d’être obligés de venir à des rationnements qui pénaliserait l’économie française », a insisté le ministre de l’Économie.

« Taxer moins pour produire plus »

« Je ne sais pas ce que signifient les superprofits. Tout ce que je sais, c’est que l’entreprise doit être profitable ». Face à la polémique actuelle sur les profits exceptionnels que font certaines entreprises, Bruno Le Maire n’y voit pas d’inconvénients puisqu’il défend l’objectif de celles-ci. Pour répondre aux difficultés que certaines petites et moyennes entreprises rencontrent, dans un contexte où la crise s’est installée à différents niveaux, économique, climatique et sanitaire, le ministre a appelé toutes les sociétés qui ont les marges de manœuvre nécessaires « d’alléger la facture de l’inflation pour nos compatriotes ». Une manière, selon lui, de ne pas toucher aux impôts car « taxer plus, c’est produire moins ».

Cette approche permet, finalement, à chacun de prendre ses propres responsabilités puisque l’allégement des charges et des factures se fait seulement sur la base du volontariat. Bruno Le Maire compte recevoir les assureurs ou les banques pour leur « demander de faire un effort sur les primes d’assurances et toutes les primes quotidiennes des Français ainsi qu’un effort sur les frais bancaires ». Une façon de « conseiller » les entreprises sans « taxer ni interdire », comme le reproche le ministre à l’opposition.

Poursuite des réformes

Malgré ces différentes crises, la transformation économique, prévue depuis le début du mandat par Emmanuel Macron, se poursuit. La réforme de l’assurance chômage est notamment concernée : « Je vous invite, pour que nous gagnions cette bataille du travail, à poursuivre la réforme de l’indemnisation du chômage mais également que vous notifiez des meilleures conditions de travail, avec des perspectives de carrière et des rémunérations qui augmentent pour vos salariés », a déclaré Bruno Le Maire aux chefs d’entreprises présents. « Il y a de grandes attentes et il faut y répondre en matière d’organisation, de respect de la vie familiale ainsi que le respect de la vie privée. Et cela passe par, entre autres, cette réforme ».

En ce qui concerne la réforme des retraites, le sujet est toujours d’actualité mais moins urgent, comme l’avait déjà souligné Geoffroy Roux de Bézieux. Bruno Le Maire s’en tient toutefois au calendrier fixé et souhaite qu’elle entre en vigueur dès l’été 2023 : « Cette réforme reste déterminante pour la nation française car nous devons augmenter le volume global de travail, afin d’accroître la prospérité de notre pays ».

Malgré l’inflation et la crise énergétique, Bruno Le Maire a partagé son optimisme aux entrepreneurs et confie une prévision de croissance de 2,5 % pour 2022, soit « le meilleur taux de croissance de tous les pays de la zone euro ». Sans en oublier les objectifs d’avant-crise.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?