AccueilEntrepriseRéduction du déficit public : les entreprises dans le collimateur

Réduction du déficit public : les entreprises dans le collimateur

Alors que la Commission européenne vient de publier ses chiffres, le gouvernement accuse un taux de croissance quasiment à l'arrêt (0,1%). Très optimistes durant la campagne, l'exécutif doit désormais faire face à une réalité politique et économique peu glorieuse.

Entreprise Publié le ,

Le déficit de 3% du PIB souhaité par Bruxelles, à travers le pacte de stabilité Européen, sera impossible à tenir en l’état. Le gouvernement recherche, avec difficulté, des sources d’économies supplémentaires. Sans grande surprise, ce sont les créateurs de richesse qui sont dans le collimateur.

Un récent rapport de Jean-Jacq Queyranne propose de réduire de 3 milliards d’euros les aides aux entreprises sur la période 2014-2015, un chiffre nettement supérieur à celui fixé initialement par le Premier ministre, qui visait autour de 2 milliards d'euros en moins.

Jean-Marc Ayrault n'aura pas de mal à convaincre l’opinion sur le bien fondé d’une réorganisation des aides publiques. Laurence Parisot, présidente du Medef, a pour sa part affirmé qu’une remise à plat du système était nécessaire. Toutefois, la hausse des impôts des entreprises, associée à une conjoncture économique peu favorable, donne le sentiment aux dirigeants d’être souvent les cibles d’une mauvaise orientation des politiques publiques.

« La vérité, c'est que les 3 % de déficit seraient atteignables si on aidait les entreprises à investir et à créer des emplois », a estimé Valérie Pécresse, l'ancienne ministre du Budget.

Un simple « coup de rabot » ne suffira pas, l’Etat doit engager une réelle réforme structurelle des dépenses publiques, s’il souhaite atteindre -avec utopie certes- « l’objectif zéro à la fin du quinquennat »...

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?