AccueilDroitRapport Haeri sur « L'avenir de la profession d'avocat »

Rapport Haeri sur « L'avenir de la profession d'avocat »

Kami Haeri, avocat au barreau de Paris, a remis au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas son rapport intitulé « L'avenir de la profession d'avocat ». Au côté de Pierre Berlioz, professeur de droit et conseiller du garde des Sceaux, il a présenté lors de Jinov les grandes lignes de ce travail ayant pour objectif « d'essayer de répondre aux inquiétudes des jeunes avocats, de préparer la profession et de lui permettre de se réorienter ».
Rapport Haeri sur « L'avenir de la profession d'avocat »
© AP - Pierre Berlioz, conseiller du garde des Sceaux, au micro,entouré de Kami Haeri, Bruno Dondero et le bâtonnier F.Sicard.

Droit Publié le ,

Ce rapport présente un regard moderne d'avocats sur leur profession à l'heure où celle-ci est confrontée à de nombreux défis : croissance exponentielle de ses effectifs (+40 % en 10 ans) ; développement accéléré des nouvelles technologies dans la pratique du droit ; arrivée des legaltechs sur le marché juridique ; interprofessionnalité depuis la loi Macron…

« Le ministre a souhaité avoir cette vision hors des cadres classiques puisque la transition numérique est disruptive », explique Pierre Berlioz qui a participé au travail de commande du rapport.
« La problématique essentielle sur laquelle les institutions réfléchissent est l'innovation », souligne ce dernier.

"Un regard libre et éclairé"

L'objectif était de rendre un travail original réalisé par un petit groupe paritaire et représentatif des diversités du barreau composé de Maîtres Sophie Challan-Belval (barreau de Rouen), Eléonore Hannezo (barreau de Paris) et Bernard Lamon (barreau de Rennes). Et ce, « de façon à avoir un regard libre et éclairé par des individus variés qui se mettent au service de la profession », explique Kami Haeri qui a dirigé cette commission.

Construit sur la base de 130 auditions d'avocats, d'experts en économie et en nouvelles technologies, de sociologues et de démographes, le rapport a été élaboré avec un « champ libre absolu ». « En termes de méthodologie, on a choisi d'écouter les non-avocats en premier afin de déterminer d'abord comment la technologie allait transformer nos usages et habitudes de consommation », précise Kami Haeri. « Ce n'est qu'après cette première phase d'audition qu'on a auditionné les jeunes avocats », ajoute-t-il.

Innovation, agilité, excellence

Prospectif autant que pragmatique, ce rapport est bâti autour d'objectifs cardinaux : excellence, agilité, innovation, mobilité, symétrie des attentions, bien-être au travail.

Faisant fi de certaines idées reçues, il suscite des réflexions telles que :

  • la création d'un parcours du jeune avocat en matière de formation continue ;
  • l'investissement dans les cliniques juridiques et les incubateurs ;
  • le développement d'offres de services fondées sur les nouvelles technologies en partenariat avec les acteurs de la legaltech ;
  • autoriser la rémunération de l'apport d'affaires entre avocats ;
  • l'octroi du legal privilege aux juristes d'entreprise ;
  • l'expérimentation d'une discrimination positive pour l'embauche d'avocats de la diversité.

« Notre objectif est d'essayer de répondre aux inquiétudes des jeunes avocats, de préparer la profession et de lui permettre, à travers nos propositions, de peut-être se réorienter de manière à mieux aller à la rencontre de la société qui est en train de se dessiner », explique Kami Haeri.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?