AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisRapport Auzannet: colère et inquiétudes des élus du nord-est de l'Ile-de-France

Rapport Auzannet: colère et inquiétudes des élus du nord-est de l'Ile-de-France

Des élus du nord et de l'est de l'Ile-de-France ont exprimé "colère" et "inquiétudes" jeudi alors qu'un rapport sur le projet de supermétro francilien suggère un report de la livraison de la ligne qui traverse leur territoire.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Le Grand Paris Express coûtera 9,5 milliards de plus que prévu, soit près de 30 milliards d'euros au total, affirme ce rapport du haut fonctionnaire Pascal Auzannet, remis à la ministre de l'Egalité des territoires Cécile Duflot. Il évoque surtout un étalement des travaux jusqu'à 2030, qui affecterait notamment l'arc nord-est, reliant Le Bourget (Seine-Saint-Denis) au Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) au nord et à Noisy-Champs à l'est, alors que jusqu'ici, le projet devait officiellement aboutir entre 2018 et 2020.

"Nos inquiétudes sont très fortes", a résumé le maire PS d'Aulnay-sous-Bois Gérard Segura, dont la commune compte énormément sur sa nouvelle gare pour rebondir après la fermeture de l'usine PSA en 2014. "Comment attirer (aujourd'hui) un investisseur industriel à forte valeur ajoutée sur le site de PSA à l'horizon 2025-2026 ? Ca n'est pas raisonnable (...) Il ne faut pas revenir sur ce qui a été acté", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse avec d'autres maires concernés. Il a aussi demandé que la promesse d'une construction "concomitante" de la ligne rouge (arc nord-est) et la ligne orange (arc sud) soit respectée. "On ne fait pas un réseau bouclé en le coupant en tronçons", a pour sa part commenté pour l'AFP Vincent Eblé, président PS du conseil général de Seine-et-Marne car sinon, "on continue de renforcer les déséquilibres régionaux, ce qui est inacceptable".

La ligne rouge devait ainsi permettre au Mesnil-Amelot "d'être enfin désenclavé" tout en attirant de nouvelles entreprises, a témoigné son maire UMP Alain Aubry. Le projet d'une gare avait entraîné le dépôt de huit demandes de permis de construire pour des hôtels, a-t-il souligné lors du point presse. Elle doit aussi desservir des communes très enclavées de Seine-Saint-Denis aujourd'hui seulement reliées à Paris par bus, comme Clichy-sous-Bois ou Montfermeil. "On ne peut pas continuer à verser des larmes de crocodile sur l'égalité territoriale et ne pas maintenir ce projet", a jugé Olivier Klein, maire PS de Clichy, tandis que le maire UMP de Montfermeil, Xavier Lemoine, a dit sa "colère": "il faut rompre avec la mentalité d'épicier qui prévaut ces derniers temps. Qui a calculé ce que coûterait l'asphyxie de notre région?". La ligne rouge doit desservir des quartiers d'où sont parties les émeutes urbaines en 2005 --Les Tilleuls au Blanc-Mesnil, Les Beaudottes à Sevran, Les 3.000 à Aulnay, Le Chêne-Pointu à Clichy--, a rappelé le maire communiste du Blanc-Mesnil Didier Mignot. "Nous sommes toujours sur une poudrière, nous ne pouvons décevoir une fois de plus ces populations", a-t-il lancé. Le député PS Daniel Goldberg a lui demandé que la ligne rouge soit construite dans "des délais fermes et acceptables". "Des marges de manoeuvre existent pour le financement de ce projet", a assuré Stéphane Troussel, le président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis, dès mercredi, dans un communiqué. Il a plaidé pour un emprunt "sur des durées supérieures à 40 ans", rappelant que le métro parisien "n'a été payé que dans les années 1970!".

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?