AccueilSport ProfessionsRapport accablant du Sénat pour les autorités après le fiasco du Stade de France

Rapport accablant du Sénat pour les autorités après le fiasco du Stade de France

Le Sénat a rendu les conclusions des travaux menés sur les incidents survenus au Stade de France, lors de la finale de Ligue des Champions. Le rapport est accablant pour les autorités et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.
Rapport accablant du Sénat pour les autorités après le fiasco du Stade de France
© Sénat - François-Noël Buffet et Laurent Lafon

Sport Professions Publié le ,

Laurent Lafon, président de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, et François-Noël Buffet, président de la commission des lois, ont présenté au Sénat leur rapport sur les incidents du Stade de France, survenus le 28 mai lors de la finale de Ligue des Champions entre Liverpool et le Real Madrid. Pour rappel, des individus avaient franchi les zones de contrôle comme les grilles du stade sans billets, profitant d'un afflux massif de personnes aux abords de l'enceinte dyonisienne, entraînant le retard du coup d'envoi, ou des réactions parfois disproportionnées des forces de l'ordre, avec par exemple l'utilisation du gaz lacrymogène. Depuis, les autorités concernées ont multiplié les approximations, présentant notamment des chiffres sur la présence de faux-billets décrits par de nombreux spécialistes comme surévalués, en plus de faire peser la responsabilité du fiasco sur les supporters de Liverpool.

Ainsi, les conclusions de ces travaux sont accablantes pour les autorités françaises. Elles pointent des « dysfonctionnements » de l’organisation, en amont et en aval de la rencontre de football. Les deux commissions ont mené un travail d’enquête et d’auditions publiques, effectuant « une analyse précise et détaillée des différents dysfonctionnements, et de l’enchaînement de dysfonctionnements, pour établir les responsabilités des uns et des autres. Mais aussi faire des propositions pour éviter que cela ne se reproduise », a expliqué Laurent Lafon.

Des « dysfonctionnements » administratifs et décisionnaires

Le président a aussi indiqué que le cadre administratif et décisionnaire autour de ces dysfonctionnements était « assez flou ». Les autorités se sont renvoyées la balle de la responsabilité : « Finalement, personne ne s’est vraiment senti responsable. Il n’y a pas eu une vraie coordination et une autorité qui fasse preuve d’un esprit clairvoyant, assurant la coordination et le bon fonctionnement de l’ensemble, et surtout qui prenne les arbitrages nécessaires ». Les deux hommes ont donc détaillé, dans les conclusions du rapport, en quoi ont consisté des défaillances présentes « à tous les niveaux, et même en amont de l'organisation ».

La première cause aura été la gestion de la billetterie par l'UEFA, décrite comme « inadaptée ». « Néanmoins, la fausse billetterie n'est pas la cause unique et majeure des dysfonctionnements et des incidents au Stade de France » ont-ils continué. François-Noël buffet explique qu’est ainsi surtout mis en cause le filtrage effectué par la préfecture de police. « Le dispositif mis en place a d'abord été débordé sur un point très précis, le pré-filtrage, situé dans la continuité de la sortie du RER B. Cet échec tient donc aux décisions prises par la préfecture de police. Le dispositif a été combiné à un contrôle de validité des billets par les stadiers. Ceci a créé un goulot d'étranglement. L'espace disponible était réduit à 4 ou 5 mètres de large par la présence de véhicules destinés à faire obstruction aux voitures béliers. ».

©AdobeStock

Des fans blâmés pour détourner l’attention de l’échec des organisateurs

Le rapport dénonce également des dysfonctionnements après les événements de mai dernier, lorsqu’est venu le temps de faire le bilan du fiasco, et de retenir les responsabilités. Un poids que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la préfecture de police de Paris, par la voix de Didier Lallement, ont fait peser sur les fans anglais, décrits depuis plusieurs semaines comme source majeure de plusieurs problématiques. Une analyse qui « n’était pas la bonne », selon le président Buffet. « C’était une analyse partielle et imprécise, les premières déclarations ne correspondaient pas à la vérité. ».

Laurent Lafon et François-Noël Buffet ont exposé que « les supporters n'ont pas été écoutés et ont mal été identifiés. Les supporters de Liverpool ont été identifiés comme des hooligans, les renvoyant aux modèles des années 1980. Nous n'avons pas les moyens de vérifier ce chiffre de 30 à 40 000 faux billets, ou spectateurs sans billet, mais ça n'est pas important. Il y avait bien évidemment plus de gens que la capacité réelle du stade, mais l'enceinte est capable de gérer jusqu'à 110 000 personnes. Pour nous, le surplus de personnes sans billet ou avec des faux-billets n'est pas un élément majeur dans l'explication des dysfonctionnements. ».

Des recommandations pour l’avenir, dont les JO 2024

Pour finir, le rapport a présenté des recommandations pour solutionner ces dysfonctionnements, alors que se profilent les Jeux olympiques de 2024. Avec plusieurs événements sportifs au Stade de France (Saint-Denis), la question de l’organisation, des transports (RER D et B), de la sécurité, comme d'une véritable coordination se pose, ce que n’ont pas manqué de relever les deux présidents de commissions. « Les modalités de vérification des billets ont fait débat. Notre première recommandation est de rendre obligatoire le recours à des billets électroniques pour les compétitions aux enjeux les plus importants ». Alors que les problématiques de changements de sites sont déjà plurielles (basket, boxe), être privé de l'enceinte du titre mondial de football 1998 serait désastreux.

Les relations avec les supporters ont aussi été évoquées. « Nous préconisons un réel plan de communication avec les supporters, et d'améliorer l'attractivité des abords du Stade de France, afin d'inciter les fans à venir plus tôt dans l’enceinte. Nous souhaitons que le regard des autorités vis-à-vis des supporters évolue. C'est une recommandation forte que nous faisons. ». Il faut désormais espérer que ces bons conseils soient à l’avenir pris en compte.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?