Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Quels risques pour l'entreprise en cas de mauvaise expérience candidat ?

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Quels risques pour l'entreprise en cas de mauvaise expérience candidat ?
@ DR

Yaggo vient de publier les résultats de son étude, menée en partenariat avec l'Ifop, sur les conséquences, pour les entreprises, d'une mauvaise expérience lors d'un processus de recrutement, ce qu'a déjà vécu plus de trois quart des actifs non fonctionnaires, selon l'étude.

Le spécialiste de l'expérience candidat au service la performance RH et de la marque employeur Yaggo, a réalisé, en partenariat avec l'Ifop, une étude portant sur les mauvaises expériences vécues par les candidats et leur impact sur les entreprises. Ce sont près de 1005 Français, dont 477 actifs non-fonctionnaires, qui ont été interrogé sur les conséquences de l'expérience candidat sur les entreprises, sachant que 8 personnes sur 10 affirment en avoir déjà vécu une mauvaise lors d'un processus de recrutement

Risque de boycott en cas de mauvaise expérience candidature

Selon l'enquête, près de 80 % des actifs non fonctionnaires ont déjà vécu une mauvaise expérience de recrutement, caractérisée la plupart du temps par une absence de réponse à leur candidature, une réponse négative automatique et impersonnelle ou encore le silence de l'employeur à la suite de l'entretien. Conséquence, l'image de l'entreprise s'en trouve dégradée, pour près d'un tiers des candidats, et le comportement d'achat du candidat négativement impacté. De ce fait, 60 % déclarent être prêts à boycotter les produits et/ou les services de cette entreprise.

Le risque de mauvaise réputation s'accentue avec la publication d'avis négatif sur Internet, ce que sont prêts à faire 40 % des sondés.

Triple enjeu de marque, commercial et employeur

Si les expériences de candidature satisfaisantes existent malgré tout, même en cas de refus, 74 % des sondés ayant déjà reçu une réponse négative personnalisée, elles restent de 10 points inférieures aux mauvaises. S'il est trop fréquent, ce phénomène fait surtout porter un risque important sur les entreprises, et notamment sur leur marque employeur.

Conscient de l'importance de cette problématique, au cœur des enjeux de croissance des entreprises, Yaggo développe depuis quatre ans une solution permettant aux recruteurs d'optimiser et d'améliorer leur marque employeur par l'envoi d'une réponse individualisée aux candidats recalés et par le maintien d'un lien, notamment via des campagnes de fidélisation

Près de 500 000 réponses ont été apporté par le spécialiste pour le compte de ses clients BtoB, BtoC et des acteurs du recrutement, en France.

« Depuis 4 ans, nous discutons avec les professionnels du recrutement pour comprendre leurs besoins et les accompagner dans un secteur en mutation. Nous avons décidé de lancer notre propre étude avec l'IFOP pour donner des arguments monétaires aux recruteurs et placer les réflexions RH au centre de la stratégie de l'entreprise », explique Matthieu Penet, fondateur de Yaggo.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer