AccueilEntrepriseVie des entreprisesQuel impact de la crise du Covid-19 sur l'activité des start-up et PME ?

Quel impact de la crise du Covid-19 sur l'activité des start-up et PME ?

Cap Digital dévoile les résultats de son baromètre « Start-up & PME face à la crise », qui partage l'état précis de l'activité des entreprises innovantes du numérique et met en lumière tant les impacts économiques de la crise que les solutions trouvées pour la surmonter.
Quel impact de la crise du Covid-19 sur l'activité des start-up et PME ?
@DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Cap Digital, premier collectif d'innovateurs du numérique d'Europe, publie les résultats de son baromètre d'activité « Start-up & PME face à la crise », basé sur une étude menée auprès de 850 de ses membres, du 23 au 30 avril 2020, comptabilisant 125 répondants.

Qu'il s'agisse de leur chiffre d'affaires, de leur trésorerie ou de leurs effectifs, le baromètre analyse les impacts économiques de la crise, la façon dont les start-up et PME se sont saisies des aides mises en place par les Régions et l'Etat mais également le recours à leur banque et leur projection dans l'avenir.

Pas de réduction d'effectif malgré une activité impactée

Selon le baromètre, si la grande majorité des entreprises sait qu'elle va subir une baisse du chiffre d'affaires et que leur trésorerie est limitée, les startups et PME ont fait le choix de maintenir leurs effectifs. Ainsi, 80 % des répondants prévoient une baisse de leur chiffre d'affaires en avril 2020, supérieure ou égale à 50 % de celui d'avril 2019 dans 58 % des cas. En outre, leurs capacités de trésorerie actuelles ne leur permettent pas de tenir sur le long terme : pas plus de trois mois pour 31 % des répondants et pas plus de six pour 29 %.

Pour autant, la quasi totalité des entreprises n'ont pas réduit leur effectif, 81 % ayant indiqué ne pas avoir diminué leur masse salariale depuis le début de la crise. A noter toutefois que 20 % des entreprises ont indiqué avoir suspendu une levée de fonds en cours depuis cette période.

Large recours au chômage partiel et au télétravail

Les start-up et les PME numériques sont 44 % à avoir placé tout ou partie de leurs salariés en activité partielle, 40 % ayant placé l'intégralité de leurs effectifs. Par ailleurs, 38 % ont gardé une partie de leurs salariés en temps plein et 19 % ont priorisé le placement en forfait jour.

Pour 40 % des répondants, la possibilité de placer tous les effectifs en télétravail a été la raison majeur du non recours à l'activité partielle. Enfin, plus de 20 % des entreprises ont maintenu l'intégralité de leur activité malgré la crise.

Le Prêt garanti par l'Etat, l'aide n°1

Parmi les aides plébiscitées par les startups et les PME, le Prêt garanti par l'Etat (PGE) arrive en tête : 66 % de celles qui se sont tournées vers les garanties et prêts opérés par BpiFrance ont demandé à obtenir le PGE. Parallèlement, le remboursement accéléré par l‘État des crédits d'impôts restituables a été également majoritairement demandé : 40 % des entreprises ont demandé un remboursement accéléré du CIR et 13 % de la TVA.

A contrario, le Fonds de solidarité a été peu sollicité, 84 % des sondés ayant indiqué qu'ils n'avaient pas demandé à en bénéficier.

Les banques, un allié de taille face à la crise

Selon le baromètre, plus de la moitié des entreprises se sont tournées vers leur banque, depuis le début de la crise, pour obtenir un prêt. L'objectif était de combler en premier lieu le besoin en fond de roulement, pour 30 % des sondés, de générer une capacité d'investissement, pour 18 %, de payer les salariés pour 8 % et de payer les fournisseurs pour 4 %.

Face à très peu de refus, 23 % des entreprises sont néanmoins encore en attente de réponse de leur banque.

Projection : opportunité vs difficulté

Sur leur projection dans le futur, les entreprises évoquent une opportunité et une difficulté. Ainsi, 49 % des entreprises interrogées ont répondu ou envisagent de répondre à un ou plusieurs appel(s) à projets de R&D et d'innovation.

Toutefois, 29 % rencontrent des difficultés pour recouvrir leurs créances clients depuis le début de la crise.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?