Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Que pensent les auto-entrepreneurs ?

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Que pensent les auto-entrepreneurs ?
@ DR

En partenariat avec OpinionWay, l'Union des Auto-Entrepreneurs (UAE) a récemment publié les résultats d'une enquête qui donne à voir, malgré l'activité législative de ces derniers mois, le point de vue d'un public jugé « mal voire pas entendu ».

C'est un étrange paradoxe que souligne l'enquête de l'UAE réalisée par l'institut de sondage OpinionWay avec le soutien de la Fondation le Roch-Les Mousquetaires. Les auto-entrepreneurs sont à la fois au cœur de l'actualité sociale et « mal voire pas entendus ». Au cœur de l'actualité sociale via la réforme des retraites, la nouvelle indemnisation chômage, la loi LOM qui instaure des chartes pour réguler le travail des plateformes ou encore via les propositions par ces dernières d'assurances privées. Mal voire pas entendus, car faussement représentés dans les négociations sociales par un collège d'employeurs auxquels ils n'appartiennent pas. À la demande de l'UAE, OpinionWay s'est tourné vers ceux qui représentent un tiers des trois millions d'indépendants, en interrogeant 400 d'entre eux, dont 150 travailleurs des plateformes.

Quels besoins npour les auto-entrepreneurs ?

Pour 40 % d'auto-entrepreneurs et 31 % des travailleurs des plateformes, la retraite est le volet prioritaire de la protection sociale à améliorer. Pour François Hurel, président de l'UAE, « au-delà du passage d'une valeur de point calculée sur le bénéfice à une valeur de point calculée sur le chiffre d'affaires, l'enjeu de la réforme pour les indépendants est double : leur permettre de valider les points nécessaires à une pension décente et réaffirmer l'équité des cotisations de tous les indépendants par un dispositif simple, lisible et compatible avec les carrières professionnelles à activités multiples ». Cet enjeu arrive largement devant l'assurance chômage (autour de 25 % dans les deux cas), même si 56 % ne connaissent pas l'assurance chômage des indépendants entrée en vigueur au 1er novembre et que 40 % considèrent qu'elle n'est pas adaptée à leurs besoins. Bien que 20 % des travailleurs des plateformes réclament en premier lieu une meilleure couverture des risques, du type arrêt ou accident de travail, le pourcentage ne monte qu'à 15 pour les auto-entrepreneurs. Pour 83 % des auto-entrepreneurs et 76 % des travailleurs des plateformes, celle-ci doit être prise en charge par une protection sociale spécifique et non par les plateformes.

Qui pour les défendre ?

Deux tiers des auto-entrepreneurs se jugent mal représentés (dont 29 % très mal représentés) et 81 % jugent qu'ils devraient l'être par leur propre syndicat, chiffre qui monte à 88 % pour les travailleurs des plateformes. Si une majorité se dégage nettement sur la représentativité, la question de la requalification de leur statut en salarié fait, elle, débat.

En outre, 71 % des auto-entrepreneurs ne se disent pas intéressés par ce statut, mais 56 % des travailleurs des plateformes le sont. Cet intérêt est motivé par la volonté d'avoir une activité moins soumise aux aléas (autour de 60 % pour auto-entrepreneurs et travailleurs des plateformes) et une meilleure protection sociale (respectivement 54 et 43 %).




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer