Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Quatrième édition des Assises du droit du sport

le - - Droit

Quatrième édition des Assises du droit du sport
@ AP

La Maison du barreau accueillait dernièrement la quatrième édition des Assises du droit du sport ; deux jours de conférences et d'ateliers pratiques sur une multitude de thèmes. Simultanément, l'association Sports au Barreau organisait les premiers Jeux internationaux des barreaux, qui ont vu s'affronter des équipes composées d'avocats du monde entier dans de nombreuses épreuves sportives.

Geoffroy Canivet, président de Sports au Barreau, dont Affiches Parisiennes est partenaire, revient sur l'évolution de l'association, et salut cette première édition des Jeux internationaux des barreaux (JIB). « Nous avons notamment réuni une douzaine de nationalités lors de ces jeux, et cela devrait augmenter lors des prochaines éditions », précise-t-il. Au programme, de nombreuses épreuves, incluant pétanque et échecs.

La remise des prix se déroule le 11 juillet autour de midi, et, ce même jour, en soirée, un gala de boxe clôture l'événement. Outre la démonstration sportive, l'avocat et écrivain Bertrand Périer est présent pour montrer que la joute s'effectue avec les mots tout autant qu'avec les poings.

Parmi les ateliers proposés lors de ces assises, deux semblent particulièrement intéressants : le statut de l'entraîneur sportif et Comment accompagner une reprise de club ?

De l'embauche au licenciement

Le premier atelier est animé par l'avocat Jean-Jacques Bertrand, avocat du cabinet Bertrand & Associés, Antoine Kombouaré, ex-entraîneur du PSG et de Dijon, et José Ruiz, président du Syndicat des coachs de basket (SCB) et de la Fédération des entraîneurs professionnels (FEP). Assiste notamment au débat Raymond Domenech, l'ex-sélectionneur de l'Equipe de France.

Les propos tournent autour de l'embauche et du licenciement des entraîneurs. Jean-Jacques Bertrand explique que la profession d'entraîneur, officiellement appelée “éducateur sportif”, est validée par un diplôme et réglementée par la loi. « La rédaction du contrat facilitera le travail de l'avocat en cas de licenciement, car c'est sa seule arme », explique-t-il.

Contrairement à beaucoup d'acteurs du monde du football, Antoine Kombouaré n'a jamais fait appel à un agent. « Lors de mes licenciements, j'ai toujours appelé mon avocat, indique-t-il. Savoir vers qui se tourner est particulièrement important aujourd'hui, car si un club veut licencier, il trouvera une raison de le faire. »

Des entraîneurs, le sujet passe au statut des adjoints. Les adjoints arrivent et partent généralement avec l'entraîneur. « L'entraîneur est “employeur” de son staff », reprend Jean-Jacques Bertrand, « mais les clauses des contrats des adjoints peuvent les protéger, en leur permettant de faire valoir leurs propres droits. »

Reprise de haute volée

Le deuxième atelier est animé par Jacques Messeca, avocat au cabinet Ayache Salama, Stéphane Martin, consultant et ancien président des Girondins de Bordeaux, Bruno Belgodère, co-dirigeant en charge des affaires économiques du syndicat Première Ligue, et d'Henri Philippe, associé chez Accuracy. Les quatre intervenants commencent par présenter les différents modèles de clubs. Ils détaillent le projet industrialo-sportif de Tony Parker à l'Asvel, le projet du Paris Volley et le changement de projet de l'Olympique de Marseille. Ils mentionnent le modèle des investisseurs étrangers, des investisseurs nationaux ou le modèle du mécénat dont le Paris Saint-Germain et Manchester City sont les deux principaux représentants.

Le financement de ces modèles provient principalement des droits télévisés.
« Les gens regardent un club qui réussit », explique Stéphane Martin. « Il y a une corrélation entre performance sportive et budget », enchaîne Henri Philippe, « et l'attention du spectateur est limitée. Si on considère un club de football comme un spectacle sportif, étant donné l'offre disponible, le spectateur doit considérer son choix comme rentable ». Le modèle des fonds d'investissement change totalement la donne dans l'économie du football.
« Le foot européen pèse 25 milliards, la musique mondiale, 20 milliards seulement », souligne Bruno Belgodère. « On peut acheter ou créer un petit club, tant que l'on n'a pas l'ambition de participer aux Coupes d'Europe ».

Néanmoins, les grands clubs voient en ces petits clubs des opportunités. Ils représentent également des marques, et achètent des clubs dans des petits championnats pour en faire des satellites. « Acheter un club cinq millions pour avoir le droit de faire des transferts, ce n'est pas beaucoup pour un fonds d'investissement », précise l'ancien président des Girondins. D'autant plus que leur présence dans les grands clubs relève avant tout d'un intérêt pour la présence géopolitique que cela leur permet d'établir, tout particulièrement dans le cas des pays du Golfe.

Le football demeure l'un des domaines dont on parle le plus. « Aujourd'hui, les gens regardent le football et la téléréalité », constate Stéphane Martin. Les audiences ne mentent pas : les trois plus importantes en 2018 ont été enregistrées pendant la Coupe du Monde, et les trois plus grosses de 2019 seront certainement trois matchs de la Coupe du Monde féminine. Le monde de l'édition fonctionne selon le même schéma.
« Vous écrivez un livre sur le football, vous avez un rayonnement médiatique instantané », dit simplement Henri Philippe.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer