AccueilEntrepriseChiffreQuand les CAC interviennent auprès des petites entreprises

Quand les CAC interviennent auprès des petites entreprises

Cette année, la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) a décidé de joindre exceptionnellement à la 30e édition des Assises de la profession une journée d'étude sur les mandats et leur valeur ajoutée dans les petites entreprises (PE). La CNCC a ainsi pu présenter les résultats d'une enquête sur l'intervention des CAC auprès des PE.
Quand les CAC interviennent auprès des petites entreprises

EntrepriseChiffre Publié le ,

Le développement des petites entreprises est une des priorités du Gouvernement. Pour anticiper d'éventuels changements dans les conditions de désignation d'un CAC, la CNCC a souhaité investiguer les attentes des petites entreprises et des entrepreneurs à son égard.

Il s'agit plus précisément d'apprécier leur valeur ajoutée telle que les entrepreneurs la perçoivent et de déterminer des pistes pour le développement de services à valeur ajoutée sans pour autant déroger à leur interdiction de faire du conseil.

Dans ce cadre, le dispositif a donc pour vocation d'établir le bilan du rôle du CAC dans l'entreprise et d'évaluer le niveau de satisfaction et de recommandation des dirigeants et des DAF.
Ensuite, il s'agit de comprendre leurs attentes à l'égard des CAC et de les hiérarchiser.
Enfin, cette étude vise à identifier les domaines sur lesquels les CAC pourraient développer leur intervention.

Les dirigeants attendent des CAC qu'ils détectent les fraudes et sonnent l'alerte en cas de difficultés financières

Cette enquête a été menée auprès de 416 dirigeants au sein d'entreprises de 0 à 49 salariés faisant appel à un commissaire aux comptes, réparti en 70 % de dirigeants et 30 % de DAF-RAF.

Il en ressort que le rôle du CAC ne se limite pas à la certification des comptes, mais touche aussi à la sensibilisation de l'entreprise en cas de difficultés financières. Ils assurent ainsi un rôle-clé pour les entreprises, au-delà des seules exigences réglementaires.

En effet, la plupart des dirigeants de PE attendent des CAC qu'ils réalisent la détection des fraudes et sonnent l'alerte en cas de difficultés financières (délai de paiement, BFR…).

Par ailleurs, l'étude montre un intérêt pour de nouvelles missions des CAC, avec le contrôle du Fichier des écritures comptables (FEC) en tête, mais aussi une piste prometteuse avec le RGPD et le diagnostic des systèmes et process internes.

Les CAC doivent développer des pistes liées à la dématérialisation (FEC) et à la réglementation (RGPD)

En outre, quatre domaines d'intervention principaux se dégagent nettement :

  • la fiscalité pour 52 % des dirigeants ;
  • les options comptables pour 47 % ;
  • le juridique pour 40 % ;
  • la fraude pour 35 %.

Enfin, les vertus cardinales des CAC, selon les dirigeants, sont avant tout la rigueur et les compétences, qui émergent comme atout n°1 nettement avant les autres (24 %). On trouve ensuite l'indépendance et le respect de la déontologie (19 %), la connaissance du secteur d'activité (14 %), la relation de confiance avec les dirigeants (12 %) et la connaissance de l'entreprise (11 %).

Afin d'enrichir leur apport auprès des dirigeants de petites entreprises, les CAC doivent donc développer des pistes liées à la dématérialisation (FEC), à la réglementation (RGPD), mais aussi à la proximité avec les entreprises et les différents secteurs économiques.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?