AccueilActualitéProjet 2017/2027 : prospective et dialogue

Projet 2017/2027 : prospective et dialogue

Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, lance l'opération « 2017/2027 voir plus loin, voir plus clair », afin d'« apporter sa pierre au débat préélectoral ». Avec ce projet, France Stratégie entend répondre à un besoin d'éclairage de l'opinion sur la situation du pays et les politiques publiques à engager pour faire face aux défis futurs.
Projet 2017/2027 : prospective et dialogue
Arthur Sode, Gilles Moec, Gilbert Cette et Jean Pisani-Férry au pupitre

Actualité Publié le ,

Il existe aujourd’hui « un grand besoin de diagnostic précis qui nourrie un débat exigeant », explique Jean Pisani-Ferry. C’est pourquoi France Stratégie souhaite fournir, une analyse de la situation, un éclairage sur les enjeux et un inventaire des défis à venir. L’ancien Commissariat général du Plan a ainsi engagé le projet « 17/27 » afin d’analyser les enjeux de la décennie qui suivra la prochaine élection présidentielle et de dessiner les contours des grands arbitrages qui se profilent.

Un éclairage participatif opportun

Pour bien faire, France Stratégie suit une méthode rigoureuse et participative. Elle vient d’ouvrir une plateforme de contenu sur le web afin de publier chaque semaine de brefs documents d’introduction rédigés par ses experts sur les douze thèmes suivants :

- la croissance mondiale d'une décennie à l'autre
- nouvelles formes du travail et de la protection sociale
- compétitivité : que reste-t-il à faire ?
- quelle feuille de route pour l'Europe ?
- tirer parti de la révolution numérique
- investir dans la jeunesse en faisant face au vieillissement
- modèle de développement et répartition du revenu
- quelles priorités éducatives
- dette, déficit, dépense : perspectives pour la finance publique
- politiques de l'emploi et du marché du travail
- dynamiques et inégalités territoriales
- ambition et stratégie climatiques .

Ces notes posent les enjeux, dressent un constat et, tentant de se projeter à un horizon de dix ans, explicitent les questions auxquelles il importe de rechercher une réponse politique. Il est intéressant de noter que leur mise en ligne s’accompagnera pendant trois mois de débats thématiques et de contributions écrites d'experts et d'acteurs de la société civile.

Enfin, à partir de mai et au rythme d’un par quinzaine, seront publiés des documents de synthèse pour affiner le diagnostic des politiques publiques envisageables.

Un contexte socio-économique morose

« Le contexte est particulièrement difficile parce qu’en 2017 le revenu par tête en France sera le même qu’il y a 10 ans », ce qui est quasiment inédit souligne Jean Pisani-Ferry. En outre, c’est la première fois depuis 50 ans que le pays est menacé dans sa sécurité intérieure.

Ce contexte général rend la clarification du débat politique à la fois plus nécessaire et plus difficile qu’à l’accoutumée. En effet, nous sommes face à beaucoup d’incertitudes, notamment autour de la baisse du chômage, de la réforme du droit du travail, de l’évolution des emplois, des retraites, du pouvoir d’achat etc. Par ailleurs, la situation économique et institutionnelle européenne est instable.

« Les parents pensent que leurs enfants vivront plus mal qu’eux, ce qui est une rupture profonde », déplore le commissaire général à la stratégie, qui décrit une société méfiante, tétanisée, instable et appauvrie.

Des perspectives de croissance faible

Après avoir présenté la démarche globale du projet, Jean Pisani-Ferry a invité Arthur Sode, expert de France Stratégie, à lever le voile sur la première thématique abordée : La croissance mondiale d’une décennie à l’autre.

L’expert a proposé un cadrage des points clés de l’environnement macroéconomique international (affaiblissement des économies avancées ; contribution moindre des économies émergentes victimes de la trappe à revenu intermédiaire ; excès d’épargne ; baisse de la productivité ; risques géopolitiques…) complété par une présentation de scénarii de croissance faible pour les économies avancées, les pays émergents et la croissance mondiale.

Ces travaux économiques ont ensuite été débattus par le « pessimisme raisonné » de Gilles Moec, chef économiste Europe de la Bank of America, et la vision plutôt optimiste de Gilbert Cette, adjoint au directeur général des études et des relations internationales de la Banque de France. Pour ces deux experts, les politiques publiques doivent résoudre le problème du déséquilibre entre épargne et investissement, et du ralentissement de la productivité dû au vieillissement de la population.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?