Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Prix des 100 jours EIM-KPMG : l'exemplarité à l'honneur

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Prix des 100 jours EIM-KPMG : l'exemplarité à l'honneur
@ AP

La 5e édition des “100 jours EIM-KPMG” vient de récompenser les dirigeants des groupes Kantar, OVH, B&B Hotels ainsi que la présidente du groupe Christofle, prix spécial du jury.

La remise des prix était présidée par Frédéric Marquette, associé d'EIM – leader mondial du management de transition et de l'accompagnement des dirigeants –, et Nicolas Richard, associé et membre du comité exécutif de KPMG France – leader en matière d'audit, de conseil, et d'expertise comptable. Trois dirigeants ont été récompensés, nommés depuis moins de deux ans, pour l'exemplarité de leur prise de poste.

Comme le souligne Nicolas Richard, « l'objectif de cette cérémonie est de saluer les talents que l'on rencontre chez nos clients et mettre la lumière sur ces dirigeants qui nous ont épaté dans l'exercice de leurs fonctions ».

Des critères issus d'un guide de bonnes pratiques

Les candidats ont été sélectionnés au travers de sept clés managériales, établies par Frédéric Marquette dans son ouvrage Cent jours pour réussir, paroles de dirigeants, ainsi que sur la difficulté de la situation à laquelle s'est confronté le candidat à son arrivée dans l'entreprise et sur les premiers résultats obtenus.

Parmi les critères d'excellence, formulés dans ce guide de bonnes pratiques : la capacité du nouveau dirigeant à évaluer rapidement la situation de sa nouvelle entreprise, à informer en interne de la marche à suivre, à constituer de nouvelles équipes, ainsi qu'à prendre des mesures rapides et efficaces porteuses de motivation.

L'appréciation du jury s'appuie également sur la mise en place d'un plan d'action et la définition des résultats attendus, la capacité à obtenir la mobilisation de tous les salariés sans bouleverser les systèmes déjà en place, la capacité à communiquer en interne ainsi que l'aptitude du nouveau dirigeant à agir en leader auprès de ses équipes.

Les leaders récompensés « ont le soucis de développer le patrimoine commun qui leur est confié à un moment donné. Ils sont capables d'insuffler leur force dans la vision qui en ressort (…) en permettant, au quotidien, à chacun des collaborateurs d'être le meilleur dans son poste » selon Nicolas Richard.

Stars du management de transformation

Chaque profil a été étudié par les membres d'un jury composé, cette année, de Xavier Du Boÿs, président non exécutif de Kiloutou, Bertrand Finet, firecteur général délégué de FFP, Patrick Martin, président délégué du Medef, ainsi que président et actionnaire majoritaire du groupe Martin Belaysoud, Marie-Laure Pochon, présidente et CEO d'Acteon, et de Frédéric Marquette et Nicolas Richard.

Ces dirigeants de grands groupes et de fonds d'investissement, nommés depuis moins d'un an, sont reconnus par leurs pairs pour leur mise en œuvre rapide et réussie de grands projets de transformation, souvent confrontés à de forts enjeux.

Une fois sélectionnés, les nominés ont été regroupés dans trois catégories : “entreprise de moins de 5 000 collaborateurs”, “entreprise de 500 à 2 500 collaborateurs” et “entreprise de plus de 2 500 collaborateurs”.

Et les lauréats de l'édition 2019 sont…

Dans la première catégorie, le prix a été décerné à Ketty De Falco, présidente et CEO de la Division Insights de Kantar, réseau de veille d'études et de conseil de renommée internationale. En recevant son prix, elle a fait le bilan de ses 100 jours : « j'ai récupéré une entreprise où il y avait beaucoup d'inertie et je voulais vraiment travailler avec toutes les strates de l'entreprise. J'ai voulu les écouter et leur donner ma confiance et ils étaient satisfaits de voir que je m'intéressais à eux ».

Elle était nominée avec Florence Beyaert (Paris Experience Group), Marie-Cécile Guillaume (Paris La Défense) et Pablo Nakhle Cerruti (Viparis).

Dans la catégorie “Entreprise de 500 à 2 500 collaborateurs”, le prix a été décerné à Michel Paulin, CEO d'OVH, fournisseur mondial de cloud hyperévolutif. Sur ses début au sein de cette entreprise, il constate que « c'est une remise en cause permanente de tout le monde », lui compris. « Être capable d'embarquer des talents, alors qu'il y a une compétition extrêmement dure sur notre marché, pour pouvoir faire en sorte qu'ensemble ils participent à un projet, est particulièrement enthousiasmant. C'est une mission à aborder avec beaucoup d'humilité ».

Michel Paulin était nominé avec Nicolas Hubert (Milleis Banque), Guillaume de Lavallade (Hub One) et Guénolé Merveilleux (Océalliance) et Nathalie Remy (Christofle).

Cette dernière a, quant à elle, reçu le prix spécial du jury, distinction visant à « honorer singulièrement l'une des entreprises candidates », comme le souligne Patrick Martin.

Dans la catégorie “Entreprise de plus de 2 500 collaborateurs”, le prix a été décerné à Fabrice Collet, président directeur général de B&B Hotels, chaîne hôtelière indépendante ayant la croissance la plus rapide au niveau européen. L'équipe du gagnant reconnait : « sa capacité à animer une équipe multiculturelle, à écouter, sous les auspices d'un calme olympien et du respect des délais ».

Il était nominé en compagnie d'Alexandre Falck (BUT), Gérald Karsenti (SAP France), Raphaël Miolaine (Courtepaille), Dominique Schelcher (Groupe Système U) et Nicolas Sterckx (Webedia).

Retour d'expérience

La remise des prix s'est clôturée par une table ronde, rassemblant les quatre lauréats autour du thème “Rapport au temps du dirigeant, variable de l'action et de la décision”. Chacun a pu revenir sur son expérience et les leçons tirées de cette période importante de prise de poste. Les lauréats se rejoignent sur les difficultés temporelles qui apparaissent, notamment entre le dynamisme existant des actionnaires et celui que le nouveau dirigeant souhaite insuffler.

Selon Fabrice Collet, « la difficulté est de gérer des actionnaires qui ont des attentes précises en termes de résultat ». Les dirigeants ont notamment trouvé une alternative à ce phénomène au travers des quick wins, actions à très court terme qui rapportent rapidement de l'argent à l'entreprise, rassurent les salariés et permettent de mener à côté des actions à plus long terme.

L'enjeu est également de gérer le risque de surchauffe au sein de l'entreprise. Face à un marché en évolution rapide, l'objectif était alors de « trouver une sérénité, bien choisir ses batailles et les gagner », selon Michel Paulin.

Le challenge temporel qui s'impose à ces dirigeant réside dans la capacité à délivrer des résultats, à insérer des changements dans les équipes, sans altérer la confiance qui leur est accordée à leur arrivée. Comme l'explique Ketty de Falco, « on ne peut pas imposer aux équipes de changer de façon de faire. Il faut à chaque fois réexpliquer la situation de l'entreprise, redonner le cap, fédérer, convaincre et donner beaucoup d'énergie sur tous les sujets ». Une mission remportée haut la main par les lauréats 2019 de ces “100 jours EIM-KPMG”.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer