Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Présidentielle US : peu de suspense

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Vue du Vieux continent, la campagne américaine pour la Maison Blanche peut sembler bien étrange. Plusieurs sondages récents donnent en effet 48-49 % des voix au président sortant contre 45-46 % à son challenger, alors que Barack Obama aurait plus de deux-tiers des suffrages si l'élection avait lieu en Europe.

Après avoir eu beaucoup de mal à choisir un candidat, les Républicains ont finalement jeté leur dévolu sur Mitt Romney, homme d’affaires et ancien gouverneur du Massachusetts, associé à Paul Ryan, un jeune loup ultraconservateur. Les deux colistiers font campagne chacun de son côté, se contredisant parfois, et Mitt Romney accumule les gaffes.

Sur l’Iran, il vient de déclarer qu’il était sur la même ligne que l’actuel président (refus de voir ce pays disposer de l’arme nucléaire), alors qu’il a précédemment approuvé la position du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui entend intervenir pour empêcher l’Iran d’avoir la capacité à se doter de l’arme nucléaire. Sur la réforme du système de santé (Medicare), que beaucoup de ses électeurs voudraient annuler, il vient d’indiquer qu’il en garderait volontiers une partie. Sur une vidéo prise à l’occasion d’une collecte de fonds, il déclare que les 47 % d’Américains qui ne paient pas d’impôt sur le revenu sont des assistés qui se prennent pour des victimes et s’empiffrent de bons alimentaires tandis que les patrons travaillent seize heures par jour. Notons au passage que le candidat républicain, soupçonné d’investissement dans des paradis fiscaux, a longtemps tardé à rendre publique sa feuille d’impôt… Son projet pour les Etats-Unis est simple : « créer la richesse, pas la redistribuer ». Les Américains vivant avec des revenus modestes, dont le pourcentage va croissant, apprécieront.

Certes, Mitt Romney est le candidat vers lequel affluent les dons et l’institution des SuperPac’s – des structures de financement illimité et opaque – permettra aux lobbys industriels et financiers de soutenir discrètement et massivement sa campagne. Mais plusieurs grands duels télévisés sont prévus avant l’élection du 6 novembre. Le talent oratoire du président sortant devrait alors lui permettre de creuser l’écart.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer