AccueilEntrepriseVie des entreprisesPréparer les salariés aux changements à venir

Préparer les salariés aux changements à venir

France Stratégie a récemment publié un rapport sur l'impact de l'Intelligence Artificielle (IA) dans le monde du travail, en particulier dans le secteur des transports, de la banque et de la santé.
Préparer les salariés aux changements à venir

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Les changements annoncés dans le domaine du travail suscitent deux types de réaction. Certains se montrent plutôt optimistes face à une technologie porteuse de gains de productivité, donc source de richesse, et qui promet d'en finir avec les tâches les plus fastidieuses. D'autres s'appuient sur des spéculations et craignent la disparition de pans entiers d'activité(s).

Pour éclairer ces débats, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du Numérique, ont confié à France Stratégie une mission sur les impacts de l'Intelligence Artificielle (IA) sur le travail. Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective a passé au crible trois secteurs, transports, bancaire et santé, afin d'élaborer des scénarios d'évolution.

L'Intelligence Artificielle permet d'exécuter des missions compliquées mais répétitives, ce qui affectera logiquement les métiers incluant ces tâches. Mais France Stratégie rappelle que cette transformation n'est pas radicalement différente de la numérisation de l'économie, phénomène déjà ancien auquel se sont adaptés la banque, les transports ou la santé, en modifiant notamment le contenu des emplois, en formant les travailleurs, en développant de nouvelles activités.

Lutter contre les différentes craintes

La montée en compétence des salariés en réponse à la robotisation est ancienne, et peut être une garantie d'emploi si elle assure la croissance de l'activité de l'entreprise et du secteur. Le rapport souligne par exemple la robotisation avancée de l'industrie automobile allemande : cette dernière, une des plus fortement robotisées au monde, emploie en 2016 plus de 800 000 salariés, 100 000 de plus qu'il y a 20 ans, contre 440 000 en France.

Il existe un risque de perte d'autonomie du salarié soumis à un contrôle automatisé de plus en plus insidieux. Le basculement dans l'amélioration des conditions de travail ou au contraire dans l'aliénation dépendra, selon France Stratégie, des choix opérés dans l'organisation des tâches et des équipes.

Comprendre les possibilités offertes par l'IA

Dans les trois champs examinés dans ce rapport, des avancées spectaculaires sont annoncées : un véhicule autonome assurant la mobilité, un conseiller bancaire automatisé sous forme d'un robot conversationnel, un assistant médical qui concourt au suivi de la santé et du bien-être au quotidien, au prédiagnostic et aux propositions thérapeutiques.

L'Intelligence Artificielle pourrait effectivement soustraire à l'homme certaines activités. L'avènement du véhicule autonome en est le parfait exemple. Cette révolution dans la mobilité pourrait faire disparaître à terme le métier de chauffeur. Toutefois, elle ouvre en même temps des possibilités multiples de nouveaux métiers dans les activités complémentaires. Construction, entretien, gestion de flotte, accompagnement des passagers demeureront, alors la logistique ou tout simplement les déplacements professionnels bénéficieront de coûts plus faibles ou d'une disponibilité accrue.

Appréhender progressivement les changements

Combien de personnes sont concernées dans leur travail au quotidien ? Potentiellement tout le monde, selon le rapport. Les 800 000 personnes travaillant en France comme conducteurs sont susceptibles de voir leur travail changer radicalement, à mesure que se déploient les véhicules autonomes. Le plus souvent, cette transformation ne sera pas brutale, mais elle conduira les salariés à s'orienter vers des tâches de supervision, ou vers des tâches d'accueil, ou encore vers des tâches que la machine est incapable de gérer.

France Stratégie insiste dans son rapport sur le fait que les possibilités technologiques ouvrent des perspectives nouvelles pour les individus, les organisations, les structures. Il n'est pas envisageable de s'opposer durablement à des solutions qui améliorent l'état de santé de nos concitoyens, qui donnent accès à une mobilité plus sûre et à moindre coût ou à des services financiers moins chers et plus adaptés aux besoins des consommateurs.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 mai 2022

Journal du27 mai 2022

Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?