AccueilImmobilierPremière pierre à l’hôpital Émile Roux AP-HP

Première pierre à l’hôpital Émile Roux AP-HP

Les travaux viennent d’être lancés à Limeil-Brévannes. Ils permettront à l’hôpital Émile Roux d’augmenter sa capacité d’accueil de 244 lits, à destination des personnes âgées.
Première pierre à l’hôpital Émile Roux AP-HP
© DR - Les élus et responsables de l'AP-HP présents lors de l'événemen

Immobilier Publié le ,

La première pierre a été posée en présence de Stéphanie Decoopman, la directrice générale adjointe de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), d’Édith Benmansour, la directrice du groupe hospitalier universitaire AP-HP, de Françoise Lecoufle, la maire de Limeil-Brévannes, de Laurent Cathala, le maire de Créteil et Président du conseil hospitalier de territoire du Groupement hospitalier universitaire (GHU) AP-HP Mondor ainsi que des équipes de Spie Batignolles Île-de-France en juin dernier, sur le site de l’hôpital Émile-Roux.

Le projet d’agrandissement de l’hôpital est à l’étude depuis deux décennies, et voilà près de deux ans que la gouvernance du GHU AP-HP hôpitaux universitaires Henri-Mondor a lancé une réflexion pour envisager une restructuration complète du site hospitalier afin d’améliorer la prise en charge des patients du territoire. L’histoire de l’hôpital Émile-Roux AP-HP remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque l’Assistance publique des hôpitaux de Paris a décidé de transformer un château et ses dépendances en hospice destiné à accueillir et soigner des personnes âgées. Au fil du temps et des évolutions du bâtiment, l’hospice a été remplacé par un hôpital, devenant Émile-Roux où la gériatrie reste le cœur d’activité à présent.

Près de deux ans de travaux

Au total, 21 mois de travaux seront nécessaires aux équipes de la Spie Batignolles afin de bâtir une nouvelle structure hospitalière dédiée aux soins gériatriques complexes. Les travaux envisagent donc de relier les bâtiments Calmette et Cruveilher, qui seront agrandis au moyen de la construction d’un nouveau bâtiment. Pour engager ces travaux, le GHU Mondor a mandaté A2M0 pour assurer l’assistance à la maîtrise d’œuvre, ainsi que les cabinets d’architecture Catherine Dormoy, Agence Française et Bernard Desmoulin, là où le marché de conception, de construction et de maintenance a été confié à Spie Batignolles. Le bâtiment sera donc formé de six étages et un rez-de-chaussée, disposant ainsi d’une capacité d’accueil de 244 lits dont 212 en Unité de soins de longue durée (USLD) et 32 en Unité d’hébergement renforcé (UHR), spécialement ouverts pour les services de gériatrie. En parallèle, les travaux permettront de réaménager l’ensemble des espaces et amélioreront ainsi les circulations des patients, des visiteurs et du personnel, ainsi que l’accès à des flux logistiques. Le chantier sera d’ailleurs mené en site occupé, afin de permettre la continuité des soins médicaux. Justement, continuer de soigner les patients déjà suivis fait partie des enjeux de cette opération, où la sécurité et le confort des patients, des visiteurs et du personnel sont assurés pendant toute la durée des travaux. Enfin, les façades du nouveau bâtiment seront réalisées en béton lasuré avec des éléments d’ornement, afin d’offrir une architecture particulièrement soignée à la structure hospitalière.

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?