Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Pour la première fois, une femme à la tête de la Commission européenne

le - - Actualité - Europe

Pour la première fois, une femme à la tête de la Commission européenne
@ DR

La nouvelle Commission européenne a été approuvée ce mercredi 27 novembre par 461 voix pour, 157 contre et 89 abstentions. Ce score en fait une Commission mieux élue que la Commission Junker, mais moins bien que les Commissions Barroso et Prodi. Elle prendra ses fonctions le 1er décembre pour cinq ans.

À sa tête, Ursula von der Leyen. Membre de l'Union chrétienne-démocrate allemande, elle a été ministre fédérale entre 2005 et 2019, tenant pendant 4 ans le portefeuille de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la jeunesse, celui du Travail pendant 4 autres années, et de la Défense pendant les 11 derniers semestres. Ses batailles ministérielles ont successivement porté sur la garde des enfants et l'instauration d'un salaire parental, dans un pays souffrant de problèmes démographiques car les femmes y peinent souvent à associer activité professionnelle et maternité, la lutte contre la pédopornographie (qui lui valut le surnom de « Censursula ») puis en faveur de l'instauration d'un salaire minimum tout en ne pouvant mener à bout sa tentative d'instaurer un quota de femmes dans les conseils d'administration. Alors qu'elle avait échoué en 2010 à la présidence fédérale malgré le soutien d'Angela Merkel, elle devient ministre de la Défense et par la même la première femme à se voir attribuer des fonctions régaliennes outre-Rhin. Elle a notamment géré le retrait des troupes allemandes d'Afghanistan, manifesté son soutien au peuple kurde et s'est opposée à l'approvisionnement de l'Ukraine en armes favorisant la négociation avec la Russie. Sous l'étiquette PPE, elle devient la première femme présidente de la Commission, une Commission d'ailleurs à la proportion de femmes commissaires record : en plus de la Présidente élue, elle comprend 11 femmes et 15 hommes.

Dans son discours d'ouverture, la Présidente élue Ursula von der Leyen a pris le temps de se souvenir des événements qui se sont déroulés à Berlin, Prague ou Bratislava il y a trente ans : « Ils nous rappellent ce que l'Union européenne a toujours signifié. Il ne s'agit pas que de partis et de politique, de normes et de régulation, de marché et de devise. Il s'agit fondamentalement de notre bien-être, de personnes et de leurs aspirations, de personnes s'unissant pour leur liberté, leurs valeurs, simplement pour un futur meilleur ». Elle a également rappelé les engagements qu'elle avait pris devant le Parlement en juillet, et ceux que les commissaires désignés ont pris lors de la procédure des auditions. S'ils concernent la protection de la démocratie, des valeurs européennes, des droits des citoyens et de l'État de droit, elle a aussi souligné que des investissements appropriés et des cadres réglementaires seraient mis en place pour que l'Europe ouvre la voie à l'international sur un certain nombre de questions clés : la protection de l'environnement et le changement climatique, la croissance, l'inclusion, l'innovation et la numérisation.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer