AccueilActualitéPour Dominique Strauss-Kahn, le FMI doit utiliser ses droits de tirage spéciaux

Pour Dominique Strauss-Kahn, le FMI doit utiliser ses droits de tirage spéciaux

Selon les derniers propos tenus par Dominique Strauss-Kahn, le Fonds monétaire international (FMI) doit utiliser ses droits de tirage spéciaux pour aider les Etats à surmonter la crise actuelle.
Pour Dominique Strauss-Kahn, le FMI doit utiliser ses droits de tirage spéciaux
@ DR

Actualité Publié le ,

Il est indispensable que le Fonds monétaire international (FMI) utilise ses droits de tirage spéciaux (DTS), sorte de monnaie créée par le FMI pour soutenir des États, afin d'atténuer les effets de la crise du Covid-19, estime Dominique Strauss-Khan (DSK).

« Allègement des dettes des pays à bas revenus et émission massive de DTS sont aujourd'hui un passage obligé pour contribuer à éviter une catastrophe économique », explique l'ancien secrétaire général du FMI.

Il dénonce « un coma organisé et à un délitement subi, mais sans doute durable, des chaînes d'approvisionnement » provoqués par l'épidémie et les mesures confinement et souligne que l'action des grandes banques centrales (en plus de celle des gouvernements) pour éviter un affaissement de la demande « n'atteindra que par ricochet les économies émergentes » pour lesquelles il est particulièrement inquiet.

« En revanche, il est possible d'utiliser un mécanisme qui a déjà fait preuve de son efficacité dans la crise financière mondiale : les droits de tirage spéciaux du FMI. Rien n'empêche de les réactiver; rien, sauf l'allergie américaine à tout ce qui ressemble à une action multilatérale, allergie que la tiédeur des Européens n'aide pas à contrebalancer », juge DSK.

Dans les pays dépendant de leurs exportations de matières premières ou de la manne touristique, l'effondrement économique « risque de replonger des millions de personnes de la classe moyenne émergente vers l'extrême pauvreté ». « Or, plus de pauvreté, c'est aussi plus de morts », explique DSK qui anticipe également un déferlement migratoire vers l'Europe.

« Avant la crise actuelle, l'Europe avait déjà le plus grand mal à gérer l'afflux de quelques centaines de milliers de migrants se pressant à ses portes. Qu'en sera-t-il lorsque, poussés par l'effondrement de leurs économies nationales, ils seront des millions à tenter de forcer le passage? »

Dans un long papier balayant largement les risques et les opportunités (économiques et politiques) causées par la crise du Covid, l'ancienne figure de la gauche social-démocrate souligne comment la crise épidémique jette une lumière crue sur les failles de l'économie mondialisée, « la relativité de notre souveraineté », les risques pour les libertés publiques et individuelles et les dangers pour « la démocratie parlementaire cacochyme ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?