Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Portrait-robot du barreau français

le - - Droit - Actualité du droit

Portrait-robot du barreau français
@ AP

Il y a peu, Affiches Parisiennes présentait les nouvellement créées Assises de l'ordinalité, un temps pour penser l'avenir de la profession d'avocat. Au cœur d'une actualité mouvementée, marquée par le rapport Delevoye sur le projet de réforme des retraites, le ministère de la Justice publie un certain nombre de statistiques qui parlent de la profession au présent.

Au 1er janvier 2019, ils sont précisément 68 464 avocats à exercer en métropole et dans les DROM (département et région d'outre-mer). Quatre barreaux regroupent cependant 53 % de la profession : Lyon, les Hauts-de-Seine, Marseille et surtout Paris où exercent 42 % des avocats.

Maillage territorial inégal

Dans plus de la moitié des barreaux on dénombre en revanche moins de cent avocats. Briey (Meurthe-et-Moselle) et Saint-Gaudens (Haute-Garonne) sont les lanternes rouges du classement, avec seulement 17 avocats.

Au niveau national, on retrouve en moyenne 103 avocats pour 100 000 habitants mais, logiquement, d'importantes disparités géographiques se font aussi ressentir : seuls huit départements se situent au-dessus de la moyenne nationale et pour les trois quarts des départements, ils ne sont que 56 pour
100 000. Ils ne sont même que 12,1 pour cent mille dans la Meuse.

Pour ce qui est de la répartition par âge et par sexe, les avocats constituent une profession notablement jeune et féminisée. Au milieu de leurs confrères exerçant dans les domaines judiciaires et juridiques réglementés, la profession d'avocat est la seule qui compte une majorité de femmes : 56,4 %. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans 90 % des barreaux. La moyenne d'âge dans la profession est, elle, de 43,9 ans (47,1 pour les hommes, 41,5 pour les femmes).

Pour placer ces chiffres dans une perspective dynamique, il est précisé que la population totale des avocats s'est accrue de 36,1 % depuis 2009 (ce qui revient à une hausse annuelle moyenne de 3,1 % par an sur dix ans). Paris contribue à la hausse à hauteur de 45 %. L'augmentation est plus sensible pour les femmes : leur nombre a progressé de 52 % contre 20 % pour les hommes. Les avocats constituent donc un public féminisé et se féminisant.

Salariat très minoritaire

En ce qui concerne le mode d'exercice, le modèle français est bel et bien caractérisé par un salariat très minoritaire (ce qui n'est pas le cas partout, par exemple au Pays-Bas) : 36,3 % exercent à titre individuel, 30,1 % en qualité d'associé, 29,5 % en qualité de collaborateur et ils sont seulement 4,1 % à exercer en qualité de salarié. La population d'avocats touchant un salaire est même en baisse de 14 % sur 10 ans (de 36 % à Paris). à noter toutefois que le barreau atypique des Hauts-de-Seine compte 38 % de salariés.

Succès des groupements d'exercice

Au 1er janvier 2019, le ministère de la Justice via le CNB recense 9 799 groupements d'exercice dont la quasi-totalité sont des sociétés mono-professionnelles (9 783). La loi Croissance et l'ordonnance du 31 mars 2016 avaient pourtant prévu la création, par voie d'habilitation, de sociétés pluriprofessionnelles (SPE) ayant pour objet l'exercice en commun de plusieurs des professions d'avocat, d'avocats aux Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, de notaire, d'huissier de justice, de commissaire-priseur judiciaire, d'administrateur judiciaire, de mandataire judiciaire, de conseil en propriété industrielle ou encore d'expert-comptable. Plus de la moitié des groupements sont des sociétés d'exercice libéral à responsabilité limité (Selarl). Les sociétés civiles professionnelles (SCP) arrivent en deuxième position et représentent 21 % des groupements, suivies des associations qui représentent 12 %. Un tiers des groupements se situent dans la capitale.

Mentions de spécialisation

Autre réforme récente, le décret n°2011-1985 du 28 décembre 2011 était venu simplifier le régime de l'accès aux mentions de spécialisation. Celui-ci a-t-il eu davantage de conséquences concrètes ? Au 1er janvier 2019, 8 487 mentions de spécialisation ont été recensées au niveau national et, toutes matières confondues, le taux de spécialisation des avocats s'élevait à 12,4 %. Après avoir connu une baisse en 2016 et 2017, le nombre de mentions a enregistré une légère hausse en 2018, qui s'est poursuivie en 2019. La variation est considérable d'un barreau à l'autre et on observe ici encore une forte concentration géographique : neuf barreaux regroupent la moitié des mentions de spécialisation et les avocats du barreau de Paris arrivent en tête avec 1 720 mentions, soit 20 % de l'ensemble. En proportion, le chiffre monte à 52 % à Châlons-sur-Saône. Dans 12 barreaux en revanche, aucun avocat n'est titulaire d'une mention, par exemple à Saint-Nazaire qui compte pourtant plus de 100 avocats.

Plus de la moitié des mentions sont concentrées sur cinq spécialités. Le droit du travail arrive en première position, représentant 18,2 % des mentions, suivi du droit fiscal et douanier (11,1 %), du droit des sociétés (9,3 %), du droit de la sécurité sociale (8,9 %) et enfin du droit de la famille et des personnes (8,4 %).

Le barreau français et l'international

Au 1er janvier 2019, on trouvait en France 2 422 avocats étrangers, soit 58 % de plus qu'en 2009. Ils sont inscrits au tableau de soixante-dix barreaux, dont plus des trois-quarts à celui de Paris (1 880). Le barreau des Hauts-de-Seine arrive en deuxième position avec pourtant seulement 75 avocats étrangers inscrits. Ainsi, 1 147, soit 47 % d'entre eux, sont originaires d'un pays de l'Union européenne, pour la plus grande part d'Allemagne et du Royaume-Uni (8,4 % chacun). Hors Union européenne, les avocats sont principalement originaires d'Afrique (29,5 %) ou d'Amérique du Nord (8,3 %).

Les avocats français sont presque aussi nombreux à être également inscrits à l'étranger : au 1er janvier 2019, 2 848 avocats étaient inscrits à la fois dans un barreau français et dans un barreau étranger, soit 4 % des avocats. Ils sont parmi eux 2 723 parisiens, soit la quasi-totalité avec 96 %.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide