AccueilDroitActualité du droitPort du masque généralisé : audience au Conseil d'Etat

Port du masque généralisé : audience au Conseil d'Etat

L'association Coronavictimes interviendra mercredi 15 avril à 15h au Conseil d'État pour soutenir l'arrêté du maire de la commune de Sceaux instaurant le port généralisé du masque.
Port du masque généralisé : audience au Conseil d'Etat
@ DR

DroitActualité du droit Publié le ,

Après avoir déposé la semaine dernière un référé liberté sur la garantie des droits des malades atteints du Covid-19, l'association Coronavictimes a déposé hier, mardi 14 avril, un mémoire en intervention volontaire soutenant que l'obligation de port du masque est nécessaire pour vaincre l'épidémie.

Sur la même longueur d'ondes que l'édile de Sceaux dont l'arrêté municipal a été suspendu par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, le mémoire de l'association défend que « le port du masque, y compris artisanal, est une mesure efficace pour protéger les autres, son port généralisé est donc une mesure nécessaire pour prévenir la contamination de nouvelles personnes, notamment les personnes âgées ou malades, par les porteurs du virus ».

Représentée à l'audience devant le Conseil d'Etat par Me Guillaume Hannotin, avocat au Conseil, et Michel Parigot, président de l'association Coronavictimes, l'association rappelle que le port du masque peut avoir deux fonctions distinctes et qu'il ne faut pas confondre : se protéger soi-même et protéger les autres, et que c'est cette seconde fonction qu'il faut impérativement prendre en compte.

L'argumentaire souligne aussi que le port du masque est « une mesure utilisée par tous les pays qui ont réussi à contenir l'épidémie de coronavirus … d'autant plus nécessaire qu'une étude chinoise très récente a montré que le virus pouvait se retrouver dans l'air environnant une personne contaminée jusqu'à une distance de 4 m ».

Enfin, l'association soutient que l'obligation de port du masque n'est pas attentatoire à la liberté de circulation alors que le contraire l'est car « cela signifie que les personnes âgées et les personnes malades ne peuvent plus circuler sans se mettre en danger grave, faute de pouvoir se protéger des personnes contaminantes qui circulent sans masque ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?